GUARDIANS OF THE GALAXY VOL. 2 (PARTIE 3)

nebula-poster-1490376309472_1280w

 

FOR THE LAST TIME, SPOILER ALERT, OBVIOUSLY

 

Maintenant que j’ai bien craché mon fiel sur tout ce qui ne fonctionnait pas dans le film, ce qui n’est, au final, pas forcément un problème (il n’y a qu’à regarder Suicide Squad et Deadpool), il est temps d’énumérer les motifs de satisfaction de GOTG2, suffisamment nombreux pour faire oublier le reste.

Je reviens quand même sur la relation entre Peter Quill et Ego qui, même si elle plombe le film, possède malgré tout quelques qualités, à savoir la rencontre entre deux acteurs qui pourraient véritablement être un fils et son père. Dommage que ces moments soient utilisés pour créer une relation dont on se fout complètement, le véritable  »papa » de Star-Lord étant connu depuis toujours et c’est bien évidement cette crapule de Yondu!

Heureusement, le film nous sert d’autres intrigues, nettement plus intéressantes, pour digérer cette histoire principale totalement nase. La première d’entre-elles, la plus puissante à mon sens, concerne la juste colère de Nebula envers sa sœur Gamora, elle aussi fille de Thanos. Sous-utilisée dans le premier film, le personnage incarné par Karen Gillan, atteint enfin tout son potentiel, réglant ses comptes avec sa sœur et intégrant momentanément l’équipe, avant de retourner à sa quête vengeresse. Nul doute que son destin final sera des plus tragiques, mais si quelqu’un doit mourir pour légitimer sa vie de souffrance, nul doute que ce sera Nebula. Et je prédis une recrudescence de cosplays de ce personnage dans les mois à venir, parce que, soyons réalistes, elle est tellement plus cool que Gamora!

drax-poster-1490376309483_1280w.jpg

Second motif de satisfaction, le personnage de Drax le destructeur, ce quasi-autiste sans le moindre second degré, ni filtre social, et se comportant comme le barbare qu’il est à chaque occasion donnée. L’ancien catcheur Dave Bautista trouve ici le rôle de sa vie, étant à l’origine de toutes les meilleures blagues du film, volant la vedette à un Chris Pratt en mode télécommandé, visiblement totalement débordé par la présence de Kurt Russel dans le rôle du père de son personnage. Ce qui est génial avec Drax, en plus du fait qu’il est bien plus intéressant que dans le comic, c’est que l’on a ici affaire à un personnage sans la moindre retenue, qui est capable de dire les pires horreurs avec la plus grande honnêteté qui soit, ce qui donne lieu à de grands moments comiques et, bien évidemment, à quelques instants émotionnellement forts. Un personnage qui fait beaucoup pour rendre le film supportable sur sa durée, son acteur se donnant totalement dans son rôle.

Pour ce qui est de la douce et gentille Mantis, contrastant à nouveau avec sa version papier, je trouve que la production s’en est plutôt bien sortie, axant l’intrigue sur son pouvoir d’empathie, plutôt que d’en faire une énième guerrière, et lui donnant une pseudo-romance pour le moins étonante avec Drax. Elle sert bien un peu de deux ex machina à la fin du film, se servant des ses pouvoirs contre son maitre, mais ce n’est pas plus absurde que les batteries volées par Rocket et recyclées en bombe pour se débarrasser d’Ego. Et au passage, j’aurai préféré que ce soit The Thing qui trimbale la bombe, comme c’était le cas dans le comic des Fantastic Four dont GOTG2 emprunte carrément tout le climax. Voilà ce que c’est de vendre les droits de ses personnages pour éviter la faillite (la banqueroute de Marvel en 1996).

rocket gotg vol 2 poster

Impossible de ne pas aimer Rocket Raccoon et Baby Groot, le duo le plus improbable qui soit. Si leur relation a diamétralement changé depuis leu premier film, Groot étant devenu une sorte de mascotte trop chou et propice à des situations absurdes (la scène de la cage avec Rocket et Yondu), elle n’en est pas moins importante, le lien entre les deux créatures étant quand même unique dans l’histoire du cinéma. On parle quand même d’un raton-laveur et d’un arbre qui interagissent de manière plus naturelle que bon nombre de véritables acteurs, alors que l’un des deux personnages n’a que trois mots à son vocabulaire, soit I, Am et Groot! Un véritable miracle de cinéma.

Mais j’en reviens à mon personnage fétiche, à savoir Rocket Raccoon. J’avais quelque peu mal digéré que Groot lui vole la vedette dans le premier film, ce qui me semblait injuste, d’un point de vue développement. Groot est un gimmick, un super gimmick mais rien de plus, et c’est particulièrement évident dans cette suite, qui ne focalise que sur son côté cute et le nombre de jouets qui vont se vendre à Noël rien qu’avec lui. Pas certain que les peluches de Rocket auront le même succès. Et c’est tant mieux, car mon raton-laveur préféré est nettement plus intéressant que la majorité du casting. Irascible, colérique et empli d’une tristesse insondable, Rocket est véritablement le personnage le plus humain de toute l’équipe. Il faut voir comme il se prend la tête avec ses coéquipiers, ou même Yondu, ce dernier finissant par percer sa carapace en lui balançant ses quatre vérités sans ménagement. Wow, c’est tellement inattendu dans un film pareil! Du coup, je ne sera pas étonné que la prochaine fois que Rocket apparaitra dans un film, le drame l’accompagne, un drame du même niveau que celui semblant coller aux bottes de Nebula.

yondu gotg vol 2 poster

J’en termine avec Yondu, véritablement le personnage principal de GOTG2, prenant largement la place de Star-Lord, aux fraises la majorité du film avec son père biologique et aussi soûlant que lui. Dans le rôle du seul Gardien original (relisez vos classiques!), Michael Rooker se montre, comme à son habitude gigantesque. Étant à James  Gunn ce que Ron Perlman est à Guillermo Del Torro, il est celui qui réussit le mieux à capitaliser sur sa performance du premier film, apportant une lumière nouvelle sur sa personnalité, tandis qu’une mutinerie le prive du commandement de ses Ravagers, les plus fidèles étant exécutés avec une rare cruauté. Mais c’est probablement la confrontation avec ses anciens amis, les Gardiens de l’Univers originaux, qui est la plus révélatrice de la dualité de son personnage. Quand le personnage de Starhawk, joué par Sylvester Stallone (!!!) l’interpelle devant tout le monde et lui rappelle, de manière tonitruante, qu’il a brisé le code, ainsi que leur amitié, quelque chose se brise chez Yondu. Tour d’un coup, il n’est plus un pirate de l’espace, même plus un héros déchu, juste un enfant accablé qui aimerait revenir en arrière et réparer ses erreurs. Dans cette scène, Michael Rooker m’a tué. J’avais les larmes aux yeux.

Le deus ex machina qui suit l’instant d’après ne parvient même pas à être risible, la reine des Sovereign, avec sa court, arrivant à petits pas sur la neige, tandis qu’un tapis est déroulé devant elle, avant de se bloquer, rendant la situation encore plus absurde. Lui proposant de retrouver Peter et ses amis, elle ne réalise même pas qu’elle vient de donner à Yondu le moyen de s’amender pour sa vie de pirate. Une rédemption qui finira d’une manière pour le moins tragique et qui, à mon sens, est le véritable final du film, Ego n’ayant jamais représenté autre chose qu’une menace et un intérêt secondaire.

GOTG2-Ayesha

Voila, je crois que j’ai fait le tour de Guardians of the Galaxy Vol. 2. J’aurai pu parler du soundtrack, toujours aussi vintage (Electric Light Orchestra, Sweet, Sam Cooke, George Harrison, cat Stevens, etc.), ainsi que de son placement dans le film, pas toujours très digeste pour la dynamique de l’ensemble. Pour ce qui est des effets spéciaux, ils sont très beaux, à l’exception des petites scènettes représentant Ego dans des tableaux et qui semblent avoir été chiées par un concepteur de première année. Sans oublier la fameuse matte painting de la méchante planète, qui ressemble beaucoup à un majeur dressé à la face de tous les fanboys qui attendaient la scène la plus épique du film et qui n’ont eu que sa vision de travail.

Un GOTG3 étant d’or et déjà prévu, alors que l’actuel est bien parti pour rapporter plus d’un milliard de dollars au box office international, on ne peut que se réjouir du développement du Marvel Cosmic Universe, ainsi que de tous les nouveaux personnages qui vont en sortir, que ce soit Captain Marvel, Adam Warlock, Nova, Darkhawk et, pourquoi pas, les vieux Gardians of the Galaxy, reformés en l’honneur de leur ancien compagnon à la peau bleue.

https://marvel.com/guardians

 

groot-poster-1490376309496_1280w

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s