BETH DITTO, LIVE AU MONTREUX JAZZ FESTIVAL

FESTIVAL, FESTIVALS, JAZZ, JAZZ MUSIK, JAZZFESTIVAL, KONZERT, KONZERTE, LIVE-MUSIK,

 

 

Séparée depuis 2016 du groupe Gossip dont elle était la chanteuse depuis 1999 alors qu’elle n’avait que 18 ans, Beth Ditto, désormais âgée de 36 ans, nous est revenue cette année avec un premier album solo:  »Fake Sugar ».

En tournée pour la promotion de son disque, Beth, entourée de ses musiciens, se trouvait au début du mois de juillet au Montreux Jazz Festival, ouvrant pour Pet Shop Boys.

Arrivé sur place avec un peu de retard, ayant été appelé en dernière minute par une excellente amie ayant un ticket en trop, je rate le début du concert avec  »Oh My God » et  »In And Out », deux extraits de  »Fake Sugar ».

C’est  »I Wrote the Book » de son premier EP de 2011 qui vient résonner à mes oreilles en rentrant dans la salle, encore clairsemée mais commençant bien à se remplir pour assister au show de la petite chanteuse de l’Arkansas, ce soir victime de problèmes de voix mais refusant de se laisser embêter par ce petit problème.

 »Ooh La La », nouvel extrait de  »Fake Sugar » arrive ensuite. Je me rends compte que les nouvelles chansons peinent vraiment à passionner le public, visiblement tout aussi ignorant du disque que votre serviteur. Les musiciens sur scène ont beau s’avérer parfaits,  il manque décidément cette énergie rock qui se dégageait de Gossip, la soul de Beth Ditto sentant plus les vacances et le farniente qu’autre chose.

 »Love Long Distance », premier morceau de Gossip du concert, vient réveiller le public de sa torpeur. Un doublé aurait été bénéfique (je me souviens qu’elle a joué  »Heavy Cross » mais je ne sais plus quand) au concert mais c’est  »We Could Run » qui suit, heureusement couplé à  »Fire » premier titre et single de  »Fake Sugar. Un excellent titre à sauver de ce premier album plaisant mais sans plus.

Moment attendu par toute la salle,  »Standing in the Way of Control » réussit presque à retrouver la magie des précédentes performances de Gossip sur territoire helvétique, manquant de peu de faire danser le public, définitivement dans l’attente du duo britannique.

Sauvant le concert par sa bonne humeur et ses blagues entre les chansons, Beth Ditto, quelque peu éprouvée par ses problèmes de voix, terminera son set dans la salle Stravinski avec une joie communicative qui terminera de faire de ce début de soirée un excellent moment en attendant le début des grandes manœuvres.

 

http://www.bethditto.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s