TONY DEZUNIGA

dezuniga

 

 

Parmi la vague d’artistes philippins qui submergea les comics des années 70, bien peu laissèrent une empreinte comme la sienne (si ce n’est ses mentors, Nestor Redondo et Alfredo Alcala), lui le premier à avoir été accepté par un éditeur américain, en l’occurrence DC Comics.

Si son premier travail publié est une couverture du très mièvre Secret Hearts en 1970, c’est bien au travers des séries House of Mystery et The Phantom Stranger qu’il va commencer à se faire connaître, sa signature apparaissant désormais tous les mois, tandis que les fascicules de DC se voient traduits dans le monde entier, arrivant bientôt jusqu’à nous par la grâce des éditions Arédit/Artima.

Dessinant également des comics de western, il crée, avec John Albano, le cowboy sudiste Jonah Hex en 1971, en faisant l’un des personnages DC les plus atypiques qui soit, ainsi que son tout premier anti-héros. Deux séries suivront, ainsi qu’une trilogie hantée sur le label Vertigo.

Puis en 1973, épaulant Sheldon Mayer, il donne vie à Black Orchid, une justicière bien singulière qui ne sera jamais véritablement bien utilisée par son éditeur, avant qu’un certain Neil Gaiman n’arrive une décennie plus tard pour lui offrir un écrin de luxe, entièrement peint par Dave McKean. Quelques années plus tard, la belle héroïne, devenue femme-plante, aura même droit à sa propre série chez Vertigo.

De son côté, créant une vague d’intérêt sans précédent pour ses compatriotes artistes, l’artiste philippin poursuivra sa carrière, autant chez DC que chez Marvel, encrant principalement d’autres dessinateurs et ne dessinant plus que quelques numéros et couvertures à l’occasion.

Dans la première moitié des années 90, il travaillera pour l’éditeur indépendant Now, puis cessera ses activités. Il reviendra en 2006 chez DC pour dessiner un épisode de Jonah Hex puis, l’année suivante, encrera une histoire de Spider-Man chez Marvel.

En 2010, pour promouvoir le film Jonah Hex, il s’associe à Justin Gray et Jimmy Palmiotti pour le graphic novel Jonah Hex: No Way Back, le dessinant entièrement. Ce sera également son testament, une attaque, suivie de complications, finissant par l’emporter deux ans plus tard à l’âge de 80 ans.

https://www.facebook.com/tonydezuniga/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s