SKINNY PUPPY (FEAT. HORSKH), LIVE AUX DOCKS, LAUSANNE

Skinny-Puppy-Lausane-Docks-07-06-2017-10

 

En ce mois de juin 2007, Nivek Ogre, Cevin Key et leurs goules de Vancouver étaient de retour à la salle des Docks, prêts à nous en remettre une couche après l’électrochoc d’il y a cinq ans, dont nombreux, votre serviteur inclus, ne se sont pas encore remis.

Toujours en plein Down the Sociopath Tour depuis 2015, le groupe canadien, qui n’a plus sortit d’album depuis son magistral  »Weapon de 2013, était accompagné pour sa seule date Suisse par le duo français Horskh, qui pratique de l’electro indus tendu et bien agressif, fait de percussions sauvages et de rythmes digitaux aussi froids qu’incisifs, limite metal mais avec l’énergie du punk. Ce qui ne l’a pas été par contre, c’est que pour la première fois de ma vie, j’ai laissé le putain de flash pendant que je les prenais en photo. Cette honte que je me suis prise!

Tournant avec le batteur Justin Bennett et les guitaristes Matthew Setzer et William Morrison, vus chez London After Midnight et Front Line Assembly, le duo fondateur historique arrive sur scène de la manière la plus théâtrale qui soit, démarrant leur set avec  »Jahya », premier morceau de l’album  »The Process » de 1996.  »Dogshit » est servi juste après, suivi de  »Fascist Jock Itch », une autre vieillerie qui ravira les fans.

Looké en momie au faciès ravagé, se faisant installer des seringues géantes sur tout le corps par un minion se baladant autour de lui, Nivek Ogre n’a rien perdu de son sens de la mise en scène, accaparant la scène comme toujours, tandis que le génie des claviers, Cevin Key, se remettant de sa tumeur au visage de l’année dernière, assure dans l’ombre bien à l’abri derrière ses claviers.

Skinny Puppy enchaîne les titres, toutes périodes confondues, n’oubliant pas ses classiques intemporels, tel le furieux  »The Choke » et le fédérateur  »Assimilate », synonyme pour beaucoup d’entre-nous du début de la romance à la vie à la mort avec le groupe.

Beaucoup moins agressif que la précédente fois, les lasers et autres projections stroboscopiques ayant été rangés en même temps que les échasses et la pseudo-tenue du KKK, le show se veut cette fois plus théâtral, la seule folie visuelle étant un écran balançant des images psychédéliques et les tronches de quelques chefs d’états bien-aimés.

Le groupe reviendra pour un rappel de deux titres, nous quittant avec  »VX Gas Attack » et  »Candle », laissant le public dans une euphorie bien compréhensive, tant certains concerts comptent plus que d’autres. Vivement un nouvel album.

 

http://skinnypuppy.com/

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s