DARK FUNERAL (FEAT. LVX HAERESIS), LIVE AUX DOCKS, LAUSANNE

17817621_118418615369964_2749280262058672128_n

 

 

Je ne sais pas si cela est dû à la profusion de groupes de black metal dans nos salles romandes, mais il semblerait que l’hiver ne soit pas décidé à nous quitter ce printemps, comme en témoigne le passage de Dark Funeral à Lausanne en ce glacé mois d’avril.

En première partie, un groupe local, Lvx Haeresis, qui distille un black metal atmosphérique propre à la contemplation et à la fumette. Du coup, vu qu’il n’y a pas grand chose à contempler à l’intérieur de la salle, et qu’il est en plus interdit de fumer, on profite des harmonies du groupe valaisan depuis l’extérieur.

Considérés comme les leaders actuels du black metal, le groupe suédois, pratiquement absent durant la dernière décennie, nous revient avec  »Where Shadows Forever Reign », un nouvel album, sortit en 2016, qui vient mettre un terme à sept années de silence radio.

Arrivant sur scène, looké comme à la grande époque, tout de cuir vêtu et prêt pour la bataille, Dark Funeral présente son nouveau chanteur, Heljarmadr, un vocaliste qui tranche franchement avec le reste du groupe, composé de grands chevelus menaçants, alors que lui ressemble comme deux goutes d’eau à un croisement entre King Diamond et le Floki de la série Vikings. D’ailleurs, en ouverture du concert, les enceintes auront craché du Mercyful Fate, preuve que ces suédois ont tout compris, comme me le fera remarquer un ami et fan de base de l’œuvre de King Diamond.

Démarrant leur set par  »Unchain My Soul » et  »The Secret of the Black Arts », Dark Funeral attaque d’entrée dans le vif du sujet. Ce qui n’est pas vraiment le cas de leur ingénieur du son, sa table de mixage indiquant 91 malheureuses décibels… 91!!! Bon sang, même Superbus joue plus fort!!!

 »666 Voices inside » et  »The Arrival of Satan’s Empire » se succèdent dans une indifférence polie, tandis que les frustrés quittent le fond de la salle pour aller râler, une bière à la main, devant la salle des Docks.

Conscient que quelque chose ne va pas, le groupe se ressaisit à la moitié de son set, redoublant d’efforts à partir de titres comme  »Ravenna Strigoi Mortii » et  »As One We Shall Conquer », des morceaux qui peuvent enfin être entendus à un volume décent, l’ingénieur du son ayant enfin retrouvé un peu de décence et de conscience professionnelle en montant quelque peu le son, ce dernier atteignant enfin les 100 décibels.

Quelque peu statique, à l’image de son nouveau frontman, le groupe exécute son set avec une assurance et une efficacité qui dénotent carrément avec Mayhem, présent en ces lieux la semaine précédente. On sent bien la différence entre les deux formations mythiques, la première, puant la mort, étant aussi old school que hantée, alors que l’autre sonne très moderne, jouant vite et fort, mais sans véritable passion.

A la décharge des suédois, leur concert s’est mieux terminé qu’il a commencé, un souffle épique soufflant soudainement dans la salle tandis que rugissaient les derniers titres de leur set,  »Thy Legion Come » et le final  »My Funeral ».

Revenant exécuter trois derniers titres, Dark Funeral plie la soirée avec  »Where Shadows Forever Reign », le titre éponyme de leur nouvel album, la puissance de son exécution nous forçant à reconnaître que le groupe semble être revenu avec un album digne qui n’a peut-être pas encore révélé tous ses secrets.

 

http://darkfuneral.se/

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s