JOHN CONSTANTINE, HELLBLAZER PAR ANDY DIGGLE

353850

Après un épisode de transition scénarisé par Mike Carrey, c’est au tour d’Andy Diggle de poser ses valises sur la série, embarquant avec Hellblazer #230.

On retrouve ici un John Constantine en fort mauvaise posture, affaibli, diminué, venant de sortir très laborieusement des griffes d’un minable tueur en série. Bien décidé à redevenir l’homme et le mage qu’il était, il retourne à l’asyle de Ravenscar (devenu un hôtel) pour se purger du mal qui le ronge, découvrant un parasite, présent en lui depuis des années.

Ne ménageant pas ses efforts pour rendre à Constantine toute sa flamboyance passée, Andy Diggle va s’en donner à cœur joie tout le long de son run, débordant d’une impitoyable cruauté. Cela faisait longtemps que le personnage n’avait pas semblé aussi puissant et intouchable

Traquant sans le savoir un vieil homme politique qui commet des crimes à travers un portail lui permettant de posséder le corps d’un individu pour tuer à sa place, John va également devoir faire face à un mage qui canibalise les pouvoirs de ses collègues.

Danijel Zezelj s’invite brièvement sur la série, tout comme Glenn Fabry, qui réalise une poignée de couvertures, avant de rendre son poste à Lee Bermejo. Quand à Leonardo Manco, son style s’étant considérablement dégradé depuis la storyline ‘’The Laughing Magician’’ (Hellblazer #240-#242), il laisse momentanément sa place à Guiseppe Camuncoli sur ‘’The Mortification of the Flesh (Hellblazer#243-244), qui permet de retrouver la succube Ellie pour une confrontation mouvementée au Vatican.

Petit intermède punk, ‘’Newcastle Calling’’ (Hellblazer #245-#246), scénarisé par Jason Aaron et dessiné par Sean Murphy, raconte le sort tragique d’une équipe de télévision partie faire un reportage sur Mucous Membrane, l’ancien groupe de John. De la nécessité d’avoir lu le run fondateur de Jamie Delano.

Cloturant son passage sur la série avec ‘’The Roots of Coincidence’’ (Hellblazer #247-#249), Andy Diggle retrouve Leonardo Manco pour une résolution des plus surprenantes, convoquant le manipulateur frère jumeau de John, supposé mort à la naissance mais vivant dans une autre réalité et tirant les ficelles dans l’ombre depuis tout ce temps. Pas certain que cette histoire soit la meilleure de son auteur, d’autant que le dessin bâclé de Manco, visiblement à la bourre, n’arrange rien à l’ensemble. Vraiment dommage.

http://www.vertigocomics.com/

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s