JOHN CONSTANTINE, HELLBLAZER PAR GARTH ENNIS

8257

 

 

 

Pour son arrivée sur la série, Garth Ennis fait assez fort, sa première storyline (Hellblazer #41-#46) traitant ni plus ni moins que du cancer terminal de John Constantine et de la manière, on s’en doute fort peu orthodoxe, dont le mage va s’en débarrasser. On notera également l’ajout de trois personnages importants pour la suite, la succube Ellie, Kit Ryan, future compagne de John, ainsi que The First of the Fallen, le ‘’Lucifer’’ d’Hellblazer. Récit désespéré et repoussant les limites du sordide, ‘’Dangerous Habits’’ servira en partie de trame de fond au film de Francis Lawrence, sortit en 2005.

A nouveau scénariste, nouveau dessinateur, et c’est donc à Will Simpson qu’il revient d’illustrer ces épisodes. Artiste réaliste mais inconstant, capable du meilleur comme du pire, il signe ici quelques visions cauchemardesques, ainsi que plusieurs portraits mémorables de John. Dommage que la valse des encreurs gâche quelque peu la cohérence de l’ensemble.

Avec Hellblazer #49, le dessinateur Steve Dillon fait ses premiers pas sur la série, n’y revenant que bien des mois plus tard. Numéro anniversaire, Hellblazer #50 permet à Garth Ennis de dévoiler The King of the Vampires, pompeux nouvel ennemi de John Constantine, ce dernier ayant refusé de s’allier avec lui.

Pour ce qui est des couvertures de la série, les sombres peintures de Kent Williams ayant succédé à celles de Dave McKean, il a par la suite été remplacé par Tom Canty, un prodige du photo-montage aux compositions hantées. A partir d’Hellblazer #52, c’est à Glenn Fabry qu’il incombera de reprendre cette tâche, ce dernier, avec ses peintures ultra réalistes, offrant pour la première fois au titre une identité visuelle forte et immédiatement reconnaissable.

De Mike Hoffman à William Simpson, en passant par Sean Phillips ou encore David Lloyd, revenu l’espace d’un numéro, c’est un peu la valse des dessinateurs sur la série. Revenu pour Hellblazer #57-#58, Steve Dillon, dont le trait s’est considérablement affirmé, devient enfin l’artiste régulier à partir d’Hellblazer #62. Un mois plus tard, la série connait une seconde naissance avec le démarrage du label Vertigo. John Constantine, ayant désormais quarante ans (le personnage vieillissant en temps réel dans la série), en profitant pour se saouler en compagnie de ce qui lui reste d’amis encore vivants.

Au travers de la storyline ‘’Fear and Loathing’’ (Hellblazer #64-#66), John va être confronté à de dangereux extrémistes nationalistes, avant de donner un coup de main à son amie Ellie, un démon ayant des comptes à régler avec l’ange Gabriel. Mais ce n’est rien en comparaison de la suite, notre héros se faisant jeter à la rue par Kit et devenant un clochard céleste. Après une ultime confrontation avec The King of the Vampires, ainsi que le spectre d’un ancien pilote de la seconde guerre mondiale, John retrouvera la voie de la civilisation, mais sans Kit, repartie à Belfast.

Plus rien ne le retenant à Londres, John quitte son Angleterre natale pour les Etats-Unis, se retrouvant à New York. Mais son dépaysement sera bref, The First of the Fallen lui faisant revivre toute l’histoire américaine dans un long cauchemar.

Hellblazer #75 oblige, Will Simpson revient furtivement sur le titre, tandis que pour Hellblazer #77, c’est Peter Snejbjerg qui remplace tout aussi brièvement Steve Dillon, tandis que John Totleben se substitue à Glenn Fabry le temps d’une couverture.

Avec la storyline ‘’Rake at the Gates of Hell’’ (Hellblazer #78-#83), Garth Ennis poursuit le travail entamé par Jamie Delano en 1988, reprenant les événements tragiques de Newcastle au travers du retour de sa principale victime, Astra. S’alliant à The First of the Fallen, l’éternelle enfant damnée a peut-être autre chose en tête qu’une simple vengeance, ce qui n’est pas le cas de son maître, déchaînant les enfers sur John et son entourage proche, sans se douter qu’une troisième partie tire les ficelles au-dessus de sa tête. Une conclusion digne d’Ennis en tout cas.

http://www.vertigocomics.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s