DEPECHE MODE  »SPIRIT »

Résultat de recherche d'images pour "depeche mode spirit sleeve cover"

Quand  »Delta Machine » est sortit en 2013, j’étais encore disquaire, et leur disque passait si souvent dans le magasin que j’ai oublié au final de l’acheter. Quatre ans plus tard, Depeche Mode revient avec  »Spirit » et son premier single   »Where’s the Revolution ». Ayant pré-commandé l’album, j’ai pu le recevoir le jour de sa sortie dans ma boite-aux-lettres, dans une belle édition digipack (design et photos d’Anton Corbijn( avec un cd bonus de cinq remixes.

Si être fan de Depeche Mode est plutôt courant et bien accepté dans la communauté pop-rock internationale, on oublie facilement que cela n’a pas toujours été le cas, le groupe ayant été accusé de tous les maux à ses débuts (tapettes à synthétiseurs, garçons- coiffeurs, etc.) et au long de sa carrière (groupe glauque, chanteur junkie, leader despote, membres dépressifs et alcooliques, etc.). Et pourtant, des derniers grands groupes pop des années 80 encore en activités (U2, Duran Duran, A-Ha, Marillion et quelques autres), Depeche Mode est bien le seul à avoir su concilier succès critique et commercial, tout en gardant une identité alternative marquée.

Ce qui nous amène à ce  »Spirit », sortit en ce mois de mars 2017 et quatorzième effort studio du groupe anglais. Enregistré pour la sixième fois à trois (Martin L. Gore, Dave Gahan et Andy Fletcher),  »Spirit » est un disque qui, malheureusement, n’apportera pas de grands bouleversements à l’édifice Depeche Mode, le groupe semblant condamné à sombrer à petit feu depuis son dernier chef d’œuvre:  »Playing the Angel » de 2005.

Même si je me souviens d’un discours social (bien que plus humaniste que politique) dans la musique du groupe, les deux premiers titres de l’album:  »Going Backwards » et  »Where’s the Revolution », bien qu’excellents (superbe refrain pour le premier single), me font quand même  penser à une bande de vieux tontons rockers qui essaierait de réveiller les consciences de son plus jeune public en lui criant aux oreilles:  »C’est la fin du monde! Qu’est-ce que vous attendez pour faire bouger cette société?! On va droit dans le mur! ». C’est mieux dit que ce crétin de Bono, mais c’est un peu vain, parce que s’il existe un public cultivé et curieux qui se tient un minimum au courant de ce qui se passe dans le monde, c’est bien celui de Depeche Mode.

Le triste constat de la société actuelle continue avec  »The Worst Crime » et  »Scum », qui broient du noir comme à la grand époque, mais avec un habillage musical hélas un peu passe-partout. On sent bien la colère rentrée du groupe, mais tout cela est quand même bien lissé et servi avec une politesse typiquement anglaise. On ne peut pas leur en vouloir au final, ces trois gars sont aujourd’hui plus proches de la soixantaine que de la quarantaine triomphante ( »Ultra » et  »Exciter »), durant laquelle ils ont subjugué le monde par leur pugnacité et leur envie de montrer qui étaient encore les patrons.

Malgré tout, l’exécution de l’ensemble demeure remarquable et quelques titres, dont le fiévreux  »So Much love » réussissent encore à provoquer une certaine excitation que même les ballades chantées par Martin Gore n’arrivent pas à gâcher.

On passera gentiment sur le cd bonus de remixes jungle, qui n’apporte rien de plus, si ce n’est un habillage sonore pour baiser dans un état second… ce qui, après réflexion, s’avère une excellente plus-value.

Comme d’habitude depuis une décennie déjà, c’est sur scène que l’on ira prendre la température des survivants de l’electro-pop 80’s, la sortie d’un album n’étant plus un indicateur suffisant de sa bonne forme. Et ça, c’est un peu moche.

http://www.depechemode.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s