DICK GIORDANO

 

Une légende de l’industrie des comics, un mythe de son vivant, un père et un grand-père pour bon nombre d’artistes de la profession, tel était le grand Dick Giordano.

Originaire de New-York où il est né en 1932, il devient dessinateur freelance pour Charlton Comics en 1952 et son éditeur en chef en 1965, relançant et créant toute une collection de personnages (Captain Atom, Blue Beetle, Peacemaker, The Question, etc.) qui, vingt ans plus tard, rachetés par DC, serviront de base à Alan Moore et Dave Gibbons pour créer le plus grand graphic novel de tous les temps: Watchmen.

Éditeur chez DC de 1968 à 1971, il finit par rejoindre son ami Neal Adams (Batman, Green Arrow/Green Lantern, Deadman) pour lancer Continuity Comics dans les années 70. Il travaille également pour Marvel, privilégiant les titres fantastiques et d’horreur.

De retour chez DC en 1989, il devient l’éditeur des titres Batman, tout en continuant à dessiner et à encrer. Il sera par la suite vice-président et directeur exécutif de DC de 1983 à 1993. Éditorialiste dans les pages des comics DC, il en sera la voix durant cette période charnière pour l’éditeur.

C’est lui qui fondera le label adulte Vertigo en compagnie de Karen Berger, ouvrant la porte aux plus grands artistes britanniques de l’époque. Une aventure qui continue depuis 1993 et qui fait de Vertigo le plus vieux label de DC encore en activités à ce jour.

En 1994, il dessine Modesty Blaise, scénarisé par Peter O’Donnell et continue à encrer d’autres comics, se retrouvant régulièrement crédité dans The Sandman en compagnie d’artistes n’ayant pas la moitié de son âge. De 94 à 96, il participe également à l’aventure Valiant Comics en encrant quatre de leurs titres. Les années suivantes, il revient dans quelques titres Marvel

Entre 2002 et 2004, toujours désireux de lancer de nouveaux projets, il participe à la courte aventure de l’éditeur Future Comics. 2004 lui permet enfin de réaliser, avec Roy Thomas chez Marvel, l’adaptation du Dracula de Bram Stoker, laissée de côté trois décennies durant. Deux ans plus tard, il signe son dernier grand projet avec Marvel Romance Redux, un hommage aux comics à l’eau de rose de sa jeunesse.

Récompensé à plusieurs reprises pour son action déterminante dans l’évolution du médium, il a aidé à faire connaître plusieurs générations d’artistes majeurs et demeure une influence vive encore aujourd’hui. Victime d’une pneumonie en 2010, il laisse derrière-lui un héritage incalculable et surtout pas la moindre trace de la plus vague plainte, arnaque ou d’un quelconque désamour de qui que ce soit.

Stan Lee et Bob Kane ne peuvent pas en dire autant.

http://www.dickgiordano.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s