DOCTOR WHO, SAISON 9

Résultat de recherche d'images pour "doctor who season 9 poster"

A l’heure où Peter Capaldi vient de publiquement annoncer qu’il ne poursuivrait pas son rôle du Docteur au delà de la saison 10 (qui sera diffusée en avril de cette année), il me semblait bon de revenir sur sa seconde année dans la peau du timelord le plus âgé depuis le retour de la série sur les ondes en 2005.

Faisant suite à Christopher Eccleston, David Tennant et Matt Smith, l’acteur écossais (et ancien frontman du groupe punk rock The Dreamboys avec Craig Ferguson) a bien mis deux ou trois épisodes (c’est la moyenne à chaque fois, on refuse catégoriquement le nouvel acteur et on finit très vite par ne plus voir que lui dans le rôle) à convaincre le monde entier qu’il était un Docteur digne de ce nom. Arrivé dans la série alors qu’il avait 55 ans bien sonnés, il aura incarné un Docteur abîmé et amnésique, faible et dangereusement revanchard, se rendant compte de ses erreurs comme un enfant pris en flagrant délit de vol de bonbons.

Dans cette nouvelle saison, le Docteur a repris du poil de la bête, se prenant pour une rock-star avec sa guitare électrique en bandoulière, ses Ray-Bans et son hoodie. Terriblement cool avec sa nouvelle coupe de cheveux, semblant plus fou que jamais, le Docteur est furieusement différent de celui de la saison précédente, cela grâce à un acteur exalté qui semble avoir enfin percé le secret de l’immortalité chère aux habitant de Gallifrey.

Retrouvant Clara Oswald (Jenna Coleman) et Ashildr (Maisie Williams), Peter Capaldi fait des étincelles dans cette neuvième saison, repoussant les limites de la coolitude absolue, ainsi que les limites du temps et de l’espace auxquelles un timelord est censé se conformer. Impossible de choisir un épisode préféré, tant l’ensemble vole à une altitude relativement élevée, honorant haut la main les promesses de la saison précédente.

Je m’en voudrais de spoiler quoi que ce soit à celles et ceux qui n’ont pas encore eu la chance de regarder les douze épisodes (plus deux épisodes spéciaux), mais, niveau émotionnel, la relation entre Clara et le Docteur va atteindre son climax. Mais je n’en dis pas plus.

Tradition oblige, l’épisode de Noël (The Husbands of River Song) réussira pour la énième fois à tirer des larmes aux plus irréductibles détracteurs de la série, Steven Moffat et cie n’ayant pas leur pareil pour susciter de telles émotions. Surtout, pour une série qui est quand même connue pour être une sorte de mélange improbable entre de la science-fiction et de la comédie, les moments dramatiques, pour ne pas dire cruels, ne manquent pas dans Doctor Who.

De très bonne augure pour la saison dix et la transformation finale du Docteur qui devrait être, comme à chaque fois, l’un des moments les plus anxiogènes de l’année 2017 (même si Twin Peaks fait son retour et que Riverdale est bien partit pour devenir un phénomène de société). Et qui sait, on aura peut-être enfin droit à une catchphrase digne de ce nom! On peut toujours rêver.

http://www.bbc.co.uk/programmes/b006q2x0

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s