KATE BUSH  »BEFORE THE DAWN »

Résultat de recherche d'images pour "kate bush before the dawn cd sleeve"

Ces 155 minutes de live retracent le come-back historique, après 35 ans d’absence sur scène, de l’une des plus grandes artistes de la pop-music britannique, j’ai nommé la merveilleuse Kate Bush.

Compilant les meilleures prises de la série de concerts donnés à l’Hammersmith Apollo de Londres entre le 26 août et le premier octobre 2014, ces trois cds représentent également le seul moyen de vivre ces instants de grâce ultime; Kate Bush, perfectionniste et maniaque jusqu’au bout, ayant annoncé qu’il n’y aurait pas de pendant visuel de l’aventure scénique, voulant probablement que ces instants furtifs ne perdurent que dans les esprits des quelques milliers de personnes présentes pour l’occasion.

Ma copine ayant fait partie de cette infime fraction de l’humanité à avoir pu assister à cette performance en trois actes, je ne peux que me baser sur ses souvenirs pour affirmer que, effectivement, comme l’a titré la presse spécialisée:  »It was the greatest show on Earth! »

Les nombreuses images du livret laissent à penser que l’infrastructure immense de la scène était à même de proposer des tableaux dignes d’une comédie musicale de Broadway, comme en attestent les nombreux décors, ainsi que le nombre d’intervenants (musiciens, choristes, comédiens et staff technique) présent à chaque concert-représentation.

La première partie du concert, voulue en tant que tel, démarre sur le titre de retrouvailles  »Lily », suivi du monumental  »Hounds of Love » et de quelques autres titres qui ne feront que faire monter la pression jusqu’au premier climax de la soirée, une note tenue, reconnaissable entre mille, annonçant le classique  »Running Up That Hill (A Deal With God) », tandis que la foule de l’Hammersmith Apollo, déjà ivre de bonheur, ne devienne hystérique.  »King of the Mountain » vient refermer cette introduction au grandiose à venir, une tempête (au sens propre) emportant les personnes présentes sur scène dans le premier tableau.

Introduisant des éléments de décors imposants sur scène, le second acte, nommé  »The Ninth Wave » se veut narratif autant que chanté, nous présentant un petit appartement, puis la cale d’un bateau et des fonds marins dans lesquels notre chanteuse aux pieds nus se balade au rythme des chansons de son long répertoire, interagissant avec ses musiciens, ses choristes, ainsi qu’un prêtre et deux membres de sa famille, son mari et son fils, le second l’étant pour de vrai. De  »And Dream of Sheep » à  »The Morning Fog » en passant par  »Watching You Without Me », ce premier tableau semblait pour le moins épique. Il est véritablement dommage qu’aucune image ne puisse rendre justice à cette folie créative.

Intitulé  »A Sky of Honey », le troisième acte sera infesté de créatures étranges, de marionnettes, d’un tableau géant et de projections grandioses, la lune faisant même son apparition sur scène. Poussant encore plus loin les ressors émotionnels de ses chansons, la chanteuse de 56 ans crucifiera son audience une ultime fois, le quittant avec un  »Cloodbusting » d’anthologie qui clôturera deux heures et demie de retrouvailles. Mais dieu que l’absence fut longue.

http://katebush.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s