CAMERA (featuring AFTER 5:08), LIVE AU BOURG, LAUSANNE

bb235_camera1_oscarvalentine

Premier concert de 2017 pour votre serviteur, les berlinois du label Bureau B étaient de passage dans la capitale vaudoise pour nous balancer leur krautrock en pleine figure.

Héritier de groupes mythiques tels que Can ou Neu!, Camera se fera attendre sur la scène de l’ancien cinéma du Bourg, laissant le soin à After 5:08 de démarrer la soirée tout en douceur.

Constitué d’un duo de bidouilleurs, After 5:08 va  nous balader dans des sonorités qui rappelleront à certains l’habillage sonore de Blade Runner et pour d’autres les ambiances éthérées des films de John Carpenter. Tranquille sans être chiant, les deux jeunes hommes réussiront le pari de ne jamais lasser, abandonnant la scène après une bonne demi-heure d’expérimentations.

Attablé en compagnie d’une amie qui m’a offert le prix d’admission, ainsi que ma boisson (car oui, je suis pauvre), je vois les membres de Camera investir la scène, non sans remarquer l’étrange cérémonial que leur guitariste exécute devant le public, laissant se consumer une allumette à quelques centimètre de son grand chapeau. Je ne sais pas pourquoi, mais je pourrai jurer que des vapeurs d’encens sont arrivées à mes narines quelques instants plus tard.

Et puis le concert commence. Alors, c’est un peu problématique d’en parler, car dans l’absolu, si je devais résumer l’ensemble, je dirai que la première demi-heure ressemblait à une mise en ambiance monotone, montant crescendo vers une sorte de climax hyper-trippant  et ultra-rythmé (mélange des titres  »Ausland »,  »Synchron » et  »Tjamahal » sans pouvoir le jurer) de la même durée, pour se conclure par une redescende interminablement longue et du même acabit que le début du set.

Alors je ne sais pas si c’est cette salle (je crois bien que oui, me rendant compte à chaque concert que je hais la configuration de cet endroit, la disposition de ses tables et une partie de son public de snobs), prévu à la base pour la projection de films, mais je n’ai jamais réussi à rentrer dans le trip du groupe berlinois. J’aurai préféré les voir dans un squat ou dans le métro (lieux qu’ils privilégient pour les concerts) que dans cet endroit où l’on sert du vin à la clientèle et où les  »stars » de la radio et de la télévision viennent se montrer.

Ne restant pas pour le set electro new-wave de DJ Rocket Queen, nous retrouvons le froid polaire de ce début d’année et repartons en direction du centre-ville pour regagner nos pénates, finalement assez satisfaits de notre petite soirée krautrock.

http://www.bureau-b.com/camera.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s