3%, SAISON 1

a3af5aa951564c0d5e0ed8067837e952

Première série originale Netflix Brésilienne (et seconde en Amérique Latine après Club de Cuervos), 3% aura mit sept ans à émerger après un premier pilote développé indépendamment en 2009.

Se passant dans un futur dystopique proche, la série nous fait découvrir une humanité partagée en deux catégories diamétralement opposées, l’une vivant dans la misère et l’autre dans le luxe (the better side). On pourrait rétorquer que cette réalité existe déjà, mais ce serait noircir un tableau qui l’est déjà suffisamment, une partie de l’humanité, dont nous faisons vous et moi partie, vivant dans une sorte de plus ou moins juste milieu. Mais je digresse.

Basé sur un système de recrutement annuel, géré par le monolithique Ezequiel (Joao Miguel) et constitué de tests de personnalités et d’épreuves, la seule possibilité d’intégrer l’élite est ouverte à toute personne âgée de vingt ans et désireuse de la tenter.

L’histoire suit donc un groupe de jeunes gens qui vont se retrouver liés les uns aux autres au travers de nombreux défis, autant intellectuels que physiques, en éliminant un ou une à chaque fois. Cerise sur le gâteau, une personne s’est infiltrée dans la sélection pour commettre un attentat.

Compensant la faiblesse de ses moyens de production par un casting constitué de personnalités hautes en couleurs et pour lesquelles chacun trouvera des qualités ou de bonne raisons de les détester, 3% souffre hélas de sa principale spécificité, à savoir son pays de production.

Que l’on ne se méprenne pas, je n’ai aucun problème avec le fait que l’on nous fasse passer des bâtiments et des infrastructures modernes de Sao Paolo pour le  »futur », que l’on découpe des habits pour les rendre futuristes, que tout soit éclairé à la lumière blanche et que le peu de thune soit partit dans des tableaux de bords et des écrans en image de synthèse! En tant que vieux fan de San Ku Kai, je sais très bien ce que c’est de devoir se battre avec un budget inexistant afin de raconter une histoire épique.

Hélas, malgré toute la bonne volonté de la production, 3% ressemble plus à un programme de télé-réalité qu’à une fiction se passant dans le futur. N’est pas japonais qui veut.

Pire, alors que la langue portugaise ne pose étrangement pas problème à l’immersion, c’est tout le côté culturel qui vient plomber la série, les comportements et la mentalité générale semblant plus appartenir à des gens random du passé qu’à des survivants du futur.

A bien des égards, si une chaîne de télévision russe ou suisse se mettait en tête de produire une série comme 3%, elle tomberait à coup sûr dans les mêmes travers qui plombent ce genre de programme. Après tout, il a fallu un bon moment à la BBC pour trouver la formule miracle de Doctor Who. Et elle n’avait pas la 4K (Ultra HD) pour compenser visuellement comme ici.

Le problème? Eh bien, il est simple comme bonjour. La science-fiction, comme tout les genres faisant appel à l’imagination, ne s’improvise pas. Vous aurez beau être motivé et y croire à fond, si vous n’avez pas d’antécédent dans le genre, cela se verra et personne n’y croira.

Ayant regardé les huit épisodes de la série brésilienne, j’ai bien reconnu les emprunts à Gattaca, Black Mirror, entre autres. Le souci, c’est que tout cela est traité par des scénaristes et des dialoguistes qui ne semblent rien y connaitre en science-fiction, ce qui rend le visionnage pénible, ayant eu l’impression d’assister à un programme sans ambition et quelque peu cheap qui, à force d’être terre-à-terre, en devient chiant. Or, la science-fiction n’est pas censée l’être. En tout cas pas quand elle se décline sous la forme d’une série-télé (renouvelée pour une seconde saison).

Et pourtant j’aime bien Bianca Comparato, Rodolfo Valente ou encore Vaneza Oliveira, même si leurs personnages semblent plus avoir auditionné pour la Nouvelle Star que pour un avenir meileur. Si seulement 3% pouvait trouver sa personnalité dans la saison deux, on tiendrait là une très bonne série de science-fiction.

https://www.netflix.com/ch-fr/title/80074220

Enregistrer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s