DEATH, DE NEIL GAIMAN, CHRIS BACHALO, MARK BUCKINGHAM, DAVE MCKEAN, JILL THOMPSON

Cover for Death: The High Cost of Living (DC, 1993 series) #1 [Standard Cover]

 

Crée en 1989 par Neil Gaiman et Mike Dringenberg dans la série de The Sandman, Death, incarnation de la mort et visiteuse de l’humanité à son dernier souffle, se présente sous la forme d’une jeune femme au look gothique et à l’humeur plutôt douce, voir amusante. Avec son look facilement imitable et son ankh autour du cou, elle va vite devenir excessivement populaire dans la série de son grand frère, devenant le personnage le plus récurent de la famille des Endless.

Sa première aventure voit le jour pour le démarrage de Vertigo en 1993 avec la mini-série Death: The High Cost Of Living. Toujours scénarisée par Neil Gaiman, cette histoire en trois parties voit Death, mortelle un jour par siècle, marcher parmi l’humanité, s’entichant de Sexton furnival, un jeune homme un peu paumé, ce dernier l’accompagnant dans ses tribulations vingt-quatre heures durant suite à une rencontre dans une décharge publique, puis au vol du précieux ankh ornant le cou de la jeune femme. Une clocharde, répondant au sobriquet de Mad Hettie, va également se joindre à l’intrigue.

Cover for Death: The High Cost of Living (DC, 1993 series) #2

Superbement dessiné par Chris Bachalo et encré par Mark Buckingham, sous des couvertures photographiques de Dave McKean, cette mini-série, écrite par un Neil Gaiman en état de grâce, va atteindre la première place des ventes dès sa sortie, étant plusieurs fois rééditée, tout comme l’édition en un seul volume.

Succès oblige, 1994 voit la parution de A Death Gallery, un comic composé d’illustrations peintes ou dessinées par de prestigieux artistes, dont Chris Bachalo, Brian Bolland, Adam Hugues, Dave Mckean ou encore Moebius. Certaines de ces pages, souvent remarquables d’un point de vue artistique, sont devenues de fameux posters.

Cover for A Death Gallery (DC, 1994 series) #1

Plus intéressant, Death Talk About Life, dessiné par Dave McKean, est un mini-comic en noir, blanc et beige de huit pages aux travers duquel Death vient parler du sida. Se déclinant sous la forme d’un manuel éducatif à l’usage des adolescents découvrant la sexualité, ce brillant pamphlet permet également de retrouver l’anti-héros de la série Hellblazer, John Constantine, ce dernier servant d’assistant à Death en tenant une banane qu’elle recouvre d’un préservatif. D’abord inséré dans les publications Vertigo, ce comic a ensuite été édité à part et offert dans les conventions ainsi que dans les écoles américaines. Ce comic est disponible dans l’édition complète de Death: The High Cost Of Living.

Il aura fallu trois ans (1996) pour voir la parution de sa seconde et dernière aventure solo, intitulée Death: The Time Of Your Life. On y retrouve des personnages secondaires de la mini-série de 1993, la jeune chanteuse folk lesbienne Foxglove et sa compagne Hazel, les deux jeunes femmes étant chacune confrontées à une mort inattendue et brutale.

Cover for Death: The Time of Your Life (DC, 1996 series) #1

Nettement plus introspectif que par le passé, Neil Gaiman prend des risques en partant dans une direction pour le moins hasardeuse avec cette histoire qui joue beaucoup avec les notions d’injustice et de réparation. Si l’équipe artistique est la même durant la première moitié des trois épisodes, elle change tragiquement avec le départ de Chris Bachalo. Devenu une star grâce à Death:The High Cost Of Living, Bachalo n’a pas tardé à se faire courtiser par Marvel Comics, dessinant X-Men Unlimited, Ghost Rider 2099 et surtout Generation X. Abandonnant Death sans même terminer le deuxième épisode, il se voit remplacé au pied levé par son encreur Mark Buckingham, ce dernier se faisant à son tour encrer par Mark Pennington. La ressemblance est presque parfaite, même si l’on est loin du style de 1993, Bachalo ayant depuis intégré des influences cartoonesques et mangas dans son trait. Buckingham termine donc l’histoire, laissant malgré lui un sentiment d’inachevé pour le lecteur. A noter que l’édition complète reprend quelques pages de A Death Gallery.

Un projet étonnant voit le jour en 2003 sous l’impulsion de la dessinatrice Jill Thompson, rien de moins qu’un manga! Death: At Death’s Door. Énorme succès en librairie mainte fois réédité, ce manga, en noir et blanc évidemment, permet de retrouver Death sous un angle beaucoup plus léger, un peu à l’image des autres mignones productions de l’artiste aux cheveux roux que sont The Little Endless Storybook et The Dead Boy Detectives, oeuvres à l’aquarelle qui voient dans la première Death et sa famille réduite à l’état d’enfants et dans la seconde Death apparaître en invitée.

Bien qu’étant un personnage Vertigo, Death a également fait de nombreuses apparitions depuis 1990 dans les titres DC. On la retrouve dans Captain Atom, Ambush Bug Nothing Special, Lobo’s Back, Legion of Super-Heroes ou encore dans Action Comics, un titre Superman où elle vole la vedette, le temps d’une couverture déjà classique, à Lex Luthor.

http://www.vertigocomics.com/

Cover for Death: At Death's Door (DC, 2003 series) #1

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s