MARVEL NOW! (PARTIE 3)

Cover for The Punisher (Marvel, 2014 series) #1

 

Troisième et dernière partie de ce dossier Marvel Now! Rétrospectivement et malgré mon enthousiasme initial, je me rends compte qu’il y a quand même passablement de choses à jeter (spin-offs et titres factuels) car ne semblant être là que pour faire déborder les rayons des comics shops. Ce triste constat n’arrive pourtant pas à gâcher le plaisir d’avoir découvert passablement d’excellentes surprises. Mais quelque part, quand on publie pas loin d’une centaine de comics par mois, c’est quand même la moindre des choses.

Il est dommage que dans son souci de dominer le marché, Marvel ne soit pas capable d’avoir une ligne éditoriale reposant sur la qualité de ses équipes techniques et non pas sur le potentiel commercial de ses personnages les plus connus. Surtout, il est aberrant que le leader du marché ne soit pas en mesure de proposer autre chose que des comics de super-héros après tout ce temps, se permettant même le luxe de les faire régresser au niveau de vulgaires batailles rangées, ces dernières n’opposant même plus des héros à des vilains (comme cela était le cas par le passé), mais bien des héros à d’autres héros, à l’image des crossover Avengers vs X-Men et Secret Wars (ce dernier venant mettre un terme provisoire à l’initiative Marvel Now!).

Malgré la somme de ces reproches, la quantité de titres proposée chaque mois va s’avérer suffisamment forte pour que l’on puisse y trouver son compte, l’élan de base ayant donné des ailes à nombre d’équipes créatrices avant que tout cela ne soit réduit en cendres par le retour des crossovers sans fin (Secret Wars et Civil War II) qui mèneront à l’annonce d’un nouveau Marvel Now! (dont je ne parlerai pas ici pour des raisons évidentes) prévu fin 2016.

Cover for She-Hulk (Marvel, 2014 series) #1

 

NOVA

Alors que l’on attend toujours de voir le personnage cosmique faire son apparition au cinéma (on y a cru durant tout Gardians of the Galaxy), Nova a bénéficié de plusieurs come-backs depuis la fin de sa série originale des années 70. Scénarisé par Jeph Loeb et dessiné par Ed McGuinness durant six mois, le titre aura été sous bannière Marvel Now! durant la moitié de son run de 30 épisodes.

PUNISHER, THE

Après The Trial of the Punisher, qui en reprenait seulement le design, les nouvelles aventures de Frank Castle de 2014 arboraient enfin le logo Marvel Now! Passant de New York à Los Angeles (avec d’évidentes références et clins d’œils à GTA), la série tente de retrouver l’esprit Marvel Max (label pour adultes de l’éditeur) sans vraiment y arriver. Mais l’idée de donner une cagoule à notre tueur de criminels est à mettre au crédit de Nathan Edmonson et Mitch Gerads

SHE-HULK

Si Red She-Hulk représentait un peu le degré zéro du comic féministe (le personnage étant basiquement Tura Satana en mode Hulk), la série She-Hulk de Charles Soule et Javier Pulido réussissait l’exploit d’être son total contraire, donnant une profondeur psychologique inattendue aux turpitudes juridico-héroïques (Jenifer Walters est avocate et super-héroïne) de son personnage principal. Un titre improbable qui se renouvelle sans cesse depuis déjà 35 ans.

Cover for Silver Surfer (Marvel, 2014 series) #1

SILVER SURFER

Attention, chef d’oeuvre! L’union du scénariste Dan Slot et de l’extraordinaire dessinateur Michael Allred a donné ici l’une des réappropriations les plus extraordinaires de l’histoire de Marvel. Parce que jusqu’à présent, le Silver Surfer, c’était surtout John Buscema et un peu Jack Kirby (because créateur du perso dans Fantastic Four) Eh bien Michael Allred est désormais le troisième plus grand illustrateur du héraut sans maître.

SPIDER-MAN

Gros morceau comme à chaque fois que les tribulations de Peter Parker, deuxième grosse licence Marvel avec Avengers. Malgré ses qualités évidentes, je passerai rapidement sur Superior Spider-Man (Doc Ock dans le corps de notre héros devenu un spectre) et ses deux spin-offs (Superior Spider-man Team-Up et Superior Foes of Spider-Man), parce qu’au bout d’un moment, il faut savoir arrêter d’exploiter une idée jusqu’à la corde. Si la série Amazing Spider-Man aura attendu 2014 pour arborer le logo Marvel Now!, c’est tout simplement parce que Peter Parker était momentanément absent (voir plus haut). Ce problème résolu, Dan Slott et Humberto Ramos (ce dernier revenant épisodiquement) se sont chargés de lui préparer un come-back digne de ce nom. Puisant dans un demi-siècle d’histoire, ce run rafraîchissant aura duré une année et demie avant d’être récupéré par un vieux de la vieille nommé Gerry Conway. Pour finir, je m’en voudrais d’omettre le retour de Peter David sur Spider-Man 2099, une vieille série futuriste qui est à Marvel ce que Batman Beyond est à DC, c’est-à-dire totalement fascinante et addictive.

THANOS RISING

Mini-série en 5 parties, scénarisée par Jason Aaron et peinte par Simone Bianchi, Thanos Rising nous permet enfin, après toutes ces décennies, de lire les origines du titan fou depuis sa naissance. Baigné par un romantisme morbide et hanté de bout en bout par la mort en personne, ce récit sublime et terminal est un complément idéal à la storyline Infinity publiée en 2013 (mais sans le label Marvel Now!) et dont Thanos est le protagoniste central. Mais son niveau d’excellence n’atteint jamais le niveau du travail de Aaron et Bianchi, visiblement habités par leur mission de rendre justice à l’un des vilains les plus complexes du Marvel Universe. Un pari relevé haut la main.

Cover for Thanos Rising (Marvel, 2013 series) #1

THOR

Chargés de faire oublier deux films indigestes, Jason Aaron et Esad Ribic seront revenus aux fondations du personnage avec Thor: God of Thunder. Se focalisant sur Asgard et ses mystères, la série réussit à retrouver passablement d’éléments apportés par Jack Kirby et Larry Lieber durant les années 60. S’écoulant sur un millénaire et reprenant trois périodes bien précises, ce run magistral (25 épisodes) est à ranger aux côtés des légendaires Tales of Asgard. Quand à Loki: Agent of Asgard, si le concept semblait intéressant, l’exécution me laisse encore un peu sceptique. Mieux vaut lire les aventures de Lady Sif dans Journey Into Mystery (chroniqué dans le partie 2 de ce dossier). Pour des raisons de continuité, je ne parlerai par de l’estimable série de 2014 avec Jane Foster, seul le numéro 1 portant la mention Avengers Now!

THUNDERBOLTS

La nouvelle incarnation des Thunderbolts est bien à l’image de cette série, chaotique au possible et changeant sans cesse de line-up créatif, ainsi que de personnages principaux, perdant même son logo Marvel Now! sans raison en 2013. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette équipe est composée de criminels (ou considérés comme tels) qui opèrent en secret en pensant faire ce qui est juste (ou en le prétendant). Pour faire court, c’est la version Marvel de Suicide Squad, et c’est plutôt chouette à lire. Inutile mais fun.

WOLVERINE

Autre machine à dollars, Logan a également bien été exploité par Marvel Now! Si Savage Wolverine était plutôt une anthologie avec plein d’équipes créatives de talent, la série éponyme (scénarisée par Paul Cornell) servait plus de prologue à la storyline The Death of Wolverine (publiée en 2014 en dehors de Marvel Now!), Logan perdant progressivement son pouvoir de régénération et redevenant lentement un homme normal, envahi par le doute, la peur et tout un tas d’émotions aussi nouvelles qu’indésirables. On passera vite fait sur la médiocre série Wolverines de 2015 pour dire un petit mot sur la meilleure (et plus longue) série du lot (s’étalant de 2011 à 2014), à savoir Wolverine and the X-Men. Estampillée Marvel Now! en cours de route, cette passionnante série de Jason Aaron, raconte comment Logan est devenu le professeur et leader d’une partie des élèves de Charles Xavier après les événements tragiques de Avengers VS X-Men. Loin des aventures solos navrantes et des vieux ennemis du passé de Logan apparaissant les uns après les autres, ce comic-chorale a longtemps été la soupape de sécurité du personnage.

Cover for Wolverine (Marvel, 2013 series) #1

X-FACTOR

Malgré le retour de son scénariste historique Peter David, X-Factor peine bien à convaincre avec son histoire d’équipe de mutants sponsorisée. Le run aura duré vingt épisodes et ressemble plus à un ersatz de Image Comics qu’à du bon Marvel Comics. Voila ce que c’est d’écrire des biographies propagandistes sur et avec Stan Lee, cela fait perdre son véritable talent de raconteur d’histoires. Malgré tout, le dessin élégant de Carmine Di Giandomenico a de la gueule et fait beaucoup pour rendre l’ensemble digeste.

X-FORCE

Poursuivant la storyline entre Nathan Summers (Cable) et une Hope Summers (fille de Jean Grey et Scott Summers) élevée dans le futur pour sauver les mutants du présent, Cable and X-Force (bien que clairement un comic d’équipe) réussit à être plus intéressant et immersif que la série-titre, plutôt générique et un peu trop bourrin à mon goût. Un titre en demi-teinte pour les complétistes.

X-MEN

On passera rapidement sur les séries solo (Storm, Cyclops, Magneto et Nightcrawler), toutes plus ou moins anecdotiques et dispensables (malgré le retour de Chris Claremont sur la dernière) pour se concentres sur les titres principaux. Faisant suite aux événements tragiques de Avengers VS X-Men, Uncanny X-Men nous permet de retrouver Cyclops (devenu le personnage le plus haï sur Terre) et sa nouvelle équipe confrontés au reste du monde, tandis qu’un culte s’est crée autour du polémique leader. Scénarisé par Brian Michael Bendis et dessiné par le grand Chris Bachalo (en alternance avec Frazer Irving un temps), Uncanny X-Men aura perduré jusqu’à fin 2015. Toujours par Bendis (et dessiné par Stuart Immonen), All-New X-Men va encore plus loin, ramenant les 5 premiers X-Men du passé pour les confronter au monde moderne, ainsi qu’à leurs doubles (du moins ceux encore en vie). Fascinant sur le papier, le concept de Bendis s’essouffle hélas un peu vite, ce qui n’aura pas empêché le titre de perdurer 41 numéros. Quand au faible X-Men Legacy (devenu le refuge du mutant Legion), il aura quand même inspiré à la Fox une nouvelle série télé qui ne semble avoir rien gardé de l’histoire originale, si ce n’est son nom.

Cover for Uncanny X-Men (Marvel, 2013 series) #1

J’en ai terminé avec ce tour d’horizon des séries Marvel Now! Comme indiqué au début, je n’ai pas traité des nouvelles séries lancées en 2016 sous ce même label. Premièrement, parce qu’elles ne sont pas encore toutes lancées à l’heure où j’écris ces lignes (et que personne ne les a lues surtout), deuxièmement, parce qu’elles ne font plus partie de la même dynamique, leurs ambitions étant très éloignées de celles du relaunch de 2012, car cette fois, Secret Wars oblige, il s’agit d’un reboot.

Autre différence de taille, Marvel fut clairement dans le creux de la vague en 2016, son habituelle domination du marché (contestée 3 mois durant par DC) ne s’expliquant désormais que par un nombre plus grand de titres publiés (vendus aux revendeurs avec multiples discounts mais sans possibilité de retour) et des prix également plus élevés (1 dollar en moyenne de plus que DC). Sans oublier le retour de la franchise Star Wars (anciennement chez Dark Horse) qui leur a fait gagner des millions depuis deux ans mais qui semble déjà sur le déclin, la période de spéculation étant passée.

Il y a peu de chances que Axel Alonso et Joe Quesada se reprennent rapidement avec leurs idées éditoriales calamiteuses (The Unbelievable Gwenpool, Slapstick, Deadpool the Duck, U.S. Avengers ou même The Champions, sans compter les variant covers à gogo et ce genre de délires aberrants dignes des années 90), l’éditeur New Yorkais ayant depuis longtemps abandonné l’idée de faire de l’argent à long termes sur ses seuls comics. L’avenir financier de Marvel repose désormais sur les produits dérivés de ses films, séries télévisées et animées. Tout le reste, n’est désormais plus qu’un catalogue de titres destiné à être relancé chaque année sans le moindre plan à long terme. Du profit immédiat qui s’avère aussi lucratif que risqué. Heureusement, le géant Disney est là pour camoufler les pertes et le fait que, même en étant leader du marché, plus personne ne lit la moitié de son catalogue.

http://marvel.com/

 

Cover for All-New X-Men (Marvel, 2013 series) #1

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s