MARVEL NOW! (PROLOGUE)

Résultat de recherche d'images pour "marvel now! 2012"

Quelque peu blessés dans son orgueil par le succès fulgurant du New 52 de la distinguée concurrence (mais également motivés par la reprise d’un marché qui plongeait depuis déjà trop longtemps), Marvel Comics offrit à son tour un relaunch digne de ce nom en octobre 2012 et sobrement baptisé Marvel Now!

Relaunch et non reboot, ce qui est très important, Marvel n’ayant pas souhaité reproduire l’approche radicale de DC en recommençant ses histoires de zéro et créant de nouvelles origines sujettes à polémiques. Au lieu de ça, Marvel a opté pour une approche plus raisonnable, donnant à ses séries de nouvelles équipes créatives, dont la particularité était de ne jamais avoir œuvré sur les titres assignés. Evidemment, le relaunch n’a pas échappé à de nouveaux designs, ainsi qu’à de nouvelles séries, dont quelques variations originales.

Il est à noter que cette initiative est l’une des premières du nouvel éditeur en chef de Marvel, Axel Alonso (ancien pilier éditorial du label Vertigo de DC Comics), ce dernier remplaçant Joe Quesada (génial dessinateur co-créateur de Painkiller Jane, Ash et Azrael), bombardé chef créatif de la Maison des Idées.

Focalisé sur les titres de DC Comics jusqu’à aujourd’hui, j’ai quelque peu laissé passer ce relaunch pour ne m’y intéresser que l’année dernière, accumulant suffisamment de trade paperbacks pour pouvoir en parler autrement qu’au travers de previews. Comme je l’avais fait avec The New 52, je reprends l’idée de chroniquer ces titres par ordre alphabétique et avec la volonté de ne rien oublier, même ce que je n’ai pas encore lu.

Marvel Now! ayant duré de octobre 2012 à mai 2015 (s’arrêtant pour laisser la place à la storyline Secret Wars), j’occulte volontairement l’initiative du même nom prenant place en 2016 et qui ne fonctionne absolument pas sur la même dynamique, Marvel Comics ayant commencé à s’engluer dans les décisions éditoriales les plus absurdes et aberrantes de son histoire, laissant à nouveau le champ libre à DC Comics (avec Rebirth) pour lui permettre de reprendre le contrôle qualitatif (et temporairement quantitatif) du marché.

C’est d’ailleurs un peu la raison principale de cette chronique en plusieurs parties, Marvel Now! signifiant également la dernière période de grandeur de l’éditeur New Yorkais, ce dernier s’étant totalement égaré depuis une année et demie, publiant une quantité de séries indigestes, tout en capitalisant sur des concepts absurdes qui ne servent qu’à alimenter le marché de la spéculation. J’y reviendrai peut-être lors d’un prochain article, mais pour l’instant, je préfère me focaliser sur un sujet réellement satisfaisant, à savoir ces 20 mois durant lesquels Marvel Comics a inondé le marché de titres de qualité.

TO BE CONTINUED

http://marvel.com/

Résultat de recherche d'images pour "marvel now! 2012"

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s