CES FILMS AU DESSUS DE L’HUMANITÉ (PARTIE 3)

Image associée

Suite et fin (provisoire) de ma liste on ne peut plus personnelle (et fortement incomplète) de films à mon sens essentiels. Ayant la certitude d’en avoir oublié une certaine quantité, je me suis efforcé de ne pas aller piocher dans ma vidéothèque pour combler les trous (trop facile), m’obligeant à utiliser ma défaillante mémoire pour en extirper les souvenirs encore liés à ces visionnages qui ont marqué mon existence.

Si vous avez déjà parcouru mes deux précédentes listes, vous aurez dû remarquer que je n’ai pas chroniqué les films dont les grandes images ouvraient chaque publication, tout comme je ne chroniquerai pas celle qui illustre cette présente chronique.

La raison à ces oublis volontaires est à chercher dans la démarche de cette liste, qui est tout sauf un top, un best of ou je ne sais quoi; car il n’y a rien de définitif dans un art aussi subjectif que le cinéma. Et je sais très bien que la plupart des films que j’ai sélectionnés ici seront jugés et commentés par autant de personnes différentes et aux avis totalement opposés, ce qui est très bien comme ça.

Diversité des goûts et des couleurs oblige, un chef d’oeuvre reconnu sera considéré comme une escroquerie pour d’autres, tandis qu’une oeuvre médiocre sera plébiscitée pour des raisons diverses et parfois valables. Selon sa popularité, son sujet ou simplement sa provenance, un film aura une toute autre résonance. On l’occultera peut-être parce qu’il est muet, en noir et blanc, en animation ou simplement étranger à notre culture, tout comme on ignorerait quelque chose que l’on ne connaît pas. Mais en faisant cela, l’on se privera de toute une expérience culturelle et intellectuelle nécessaire à une compréhension globale du cinéma; car ce dernier, même s’il demeure un divertissement, ne se résumera jamais seulement à cela.

Sur ces paroles quelque peu prétentiences (mais venant du coeur et non pas d’une salle d’université), je vous laisse parcourir cette nouvelle sélection de films bien-aimés, en espérant que cela vous plaise et que vous y preniez autant de plaisir que j’en ai eu à assembler le tout.

Résultat de recherche d'images pour

M (1931) de Fritz Lang

Un tueur de petites filles (Peter Lorre) est traqué sans résultat par la police locale, avant que la population ne s’en mêle et attrape l’assassin, le retenant prisonnier tout en montant sur pied un tribunal improvisé dans le but d’en finir au plus vite. Avec son  étude sociale inouïe pour l’époque, M le Maudit a apporté de la psychologie dans le cinéma, montrant le côté obscur et monstrueux de notre société tout en nous faisant avoir de l’empathie pour l’un des pires monstres qui soit.

Résultat de recherche d'images pour

The Invisible Man (1933) de James Whale

Le docteur Jack Griffin, scientifique de génie devenu fou après s’être rendu invisible, devient l’ennemi public numéro 1 après s’être révélé à la société, provoquant de mortelles catastrophes toutes plus maniaques les unes que les autres. Porté par la performance colérique de son acteur principal (Claude Rains), cette adaptation de H.G. Welles est une fulgurante métaphore individualiste, celle d’un homme seul contre tous. Et les dernières secondes sont incroyables.

Résultat de recherche d'images pour

The Wizard of Oz (1939) de Victor Fleming (et quelques autres)

Vivant dans un morne Kansas couleur sépia, Dorothy (et son chien Toto) se retrouve projeté par une tornade dans un monde féerique en Technicolor où elle rencontre de nouveaux amis qui vont tenter de l’aider à rentrer chez elle. Expérience visuelle d’une puissance rare, cette folie musicale inoxydable continue de fasciner le monde par ses images semblant venir d’ailleurs, bien au delà de l’arc-en-ciel.

Résultat de recherche d'images pour

Brief Encounter (1945) de David Lean

Dans le café d’un gare, une femme et un homme mariés de leurs côtés et qui se sont rencontrés là, se revoient chaque semaine, irrésistiblement attirés mais n’osant pas franchir la ligne blanche de l’infidélité. Canevas de tant d’autres films depuis sa sortie, cette brève rencontre est un modèle d’équilibre, de justesse et de beauté; faisant de cette histoire d’amour impossible l’une des plus belles de toutes.

Résultat de recherche d'images pour

The Lady from Shanghai (1947) de Orson Welles

Tombant sous le charme d’une énigmatique femme fatale après l’avoir sauvée, un homme se voit proposer par l’avocat de son mari d’assassiner ce dernier contre une grosse somme d’argent. Drame psychologique génialement tordu, cette ultime collaboration du duo Orson Welles/Rita Hayworth signa la fin de leur mariage et le début de leur légende commune. Un film d’une beauté renversante et débordant d’idées visuelles uniques.

Résultat de recherche d'images pour

Rashômon (1950) de Akira Kurosawa

Dans le Japon du Xème siècle, quatre récits diamétralement opposés du même évènement (le meurtre d’un samouraï) sont échangés sous un refuge en ruines au milieu d’une pluie battante et tandis que la guerre civile fait encore rage. Film fondateur d’une nouvelle façon de raconter une histoire, Rashômon est devenu une expression de référence, tout comme le film de Kurosawa qui demeure l’un des sommets de sa longue filmographie.

Résultat de recherche d'images pour

Creature from the Black Lagoon (1954) de Jack Arnold

Une expédition scientifique navigant sur l’Amazone est confrontée à la présence d’une créature marine préhistorique humanoïde, échouant à la capturer pour la ramener. Jusqu’à-ce qu’elle revienne kidnapper l’une des leurs. Une créature d’une beauté aussi sidérante que celle de sa proie (Julie Adams) font de cette histoire d’amour impossible l’un des plus grands films du genre.

Résultat de recherche d'images pour

Forbidden Planet (1956) de Fred M. Wilcox

Une colonie spatiale ne donnant plus signe de vie, un vaisseau est chargé de prendre contact avec ses habitants, tombant sur les deux seuls survivants de ce qui semble avoir été un génocide mené par une seule et gigantesque créature invisible. Inspiration de quelques séries télévisées fondamentales pour la science-fiction, ce film emblématique de son époque est également la révélation d’un acteur hors norme, le bien-aimé Leslie Nielsen.

Résultat de recherche d'images pour

Lolita (1962) de Stanley Kubrick

Un professeur de collège quinquagénaire tombe éperdument amoureux d’une adolescente dont il a épousé la mère pour rester à ses côtés. Mais rapidement, le gouffre entre les deux va se creuser, transformant leur relation trouble en insidieux cauchemar. Oeuvre scandaleuse s’il en est, Lolita demeure cynique de bout en bout, refusant de justifier ce qui nous est montré ici. La morale du film est claire, un homme ne peut pas aimer une enfant sans en payer les conséquences au centuple. On s’en serait douté, mais c’était bien de l’affirmer, surtout à l’époque.

Résultat de recherche d'images pour "night of the living dead"

Night of the Living Dead (1968) de George A. Romero

Alors que les morts semblent êtres revenus à la vie pour s’attaquer aux vivants dans tout le pays, une bande de survivants se barricadent dans une vieille maison avant de s’organiser pour repousser l’invasion, devenant des loups entre-eux. Classique fondateur de Romero, cette nuit des morts-vivants, en plus de mettre en vedette un acteur de couleur (Duane Jones), s’avère surtout une redoutable critique de la société américaine.

Résultat de recherche d'images pour

M.A.S.H. (1970) de Robert Altman

Le tribulations bien peu orthodoxes du staff d’un hôpital militaire durant la guerre de Corée afin de tenir le coup face à l’horreur de la situation. Inspirateur de la série du même nom, le film de Robert Altman est surtout prétexte à glorifier les performances désormais cultes de prodigieux acteurs (Donals Sutherland, Elliott Gould,Tom Skerritt et Sally Kellermann) en pleine forme. Superbe détournement du film de guerre qui plus est.

Résultat de recherche d'images pour

The Exorcist (1973) de William Friedkin

Quand une relique maudite déterrée en Irak se retrouve à posséder le corps d’une innocente adolescente américaine, ce n’est pas un, mais bien deux prêtres (Max von Sydow et Jason Miller ) qui vont êtres nécessaires pour la sauver de la damnation éternelle. Plus grand film d’horreur de tous les temps, l’Exorciste est également un formidable playdoyer pour la foi chrétienne, ce qui n’est pas le moindre de ses paradoxes.

Résultat de recherche d'images pour

The Rocky Horror Picture Show (1975) de Jim Sharman

Un couple fiancé se sépare au milieu de nulle part après une panne de voiture, se retrouvant dans la demeure du mystérieux docteur Frank-N-Furter et à la merci de son personnel de maison quelque peu inquiétant. Comédie musicale déviante par excellence (ayant révélé Susan Sarandon, Tim Curry et Meat Loaf), ce délire culte (et soutenu par tout un public alternatif) est bien partit pour devenir immortel, quelques cinémas continuant de le diffuser depuis sa sortie.

Résultat de recherche d'images pour

Heaven’s Gate (1980) de Michael Cimino

Le Wyoming des années 1890, théâtre d’évenements sanglants entre anciens et nouveaux immigrés aux Etats-Unis et de passions amoureuses impossibles. Dernier grand western du XXème siècle, La Porte du Paradis est au genre ce que Les Dix Commandements était au sien, à savoir une oeuvre somme dont les différents montages n’enlèvent rien à sa grandeur. Une vision épique du cinéma historique, pour le pire comme pour le meilleur.

Image associée

Blade Runner (1982) de Ridley Scott

En 2019, des humains synthétiques, nommés réplicants, décident de se rebeller contre l’humanité qui les utilisent pour effectuer les plus basses besognes. Deckard (Harrison Ford), un blade runner, est chargé de retrouver et d’éliminer quatre d’entre-eux. Monument de la science-fiction et du film noir, le film de Scott a connu plusieurs vies, tout comme le soundtrack légendaire de Vangelis.

Résultat de recherche d'images pour

Tchao Pantin (1983) de Claude Berri

Un ancien flic devenu pompiste de nuit (après la mort de son fils junkie), se lie d’amitié avec un jeune gars paumé, avant d’apprendre que ce dernier est dealer de drogue. Apprenant sa mort quelques jours plus tard, il décide de le venger. Coluche (dans son premier et dernier rôle sérieux) illumine par son magnétisme ce drame parisien sordide, filmé par un Claude Berri qui n’aura jamais été aussi sombre et désespéré.

Résultat de recherche d'images pour

Brazil (1985) de Terry Gilliam

Dans une uchronie futuriste, un bureaucrate appliqué (Jonathan Pryce) tente, tant bien que mal, de rectifier une erreur administrative ayant amené à l’arrestation d’un citoyen innocent, devenant de fil en aiguille un ennemi de l’état. S’inspirant de George Orwell et Franz Kafka, l’ancien Monty Python dresse ici un tableau flippant de l’état-roi, tentant de faire subsister un peu de poésie dans un monde de cauchemar.

Image associée

Camille Claudel (1988) de Bruno Nuytten

Le vie tragique d’une sculpteur de génie, dont le malheur fut de vivre à la même époque que Auguste Rodin (Gérard Depardieu), son maître spirituel, amant et futur ennemi intime. Drame historique mettant en évidences la condition de la femme à la fin du XIXème siècle, ce biopic coup de poing est porté du début à la fin par la prestation habitée de la foudroyante Isabelle Adjani.

Résultat de recherche d'images pour

Hotaru no haka – Le Tombeau des Lucioles (1988) de Isaho Takahata

Souffrant des bombardements américains et de la pauvreté qui affligent le Japon durant la seconde guerre mondiale, un jeune garçon et sa petite soeur tentent de survivre tant bien que mal, luttant pour ne pas mourir de faim dans l’indifférence générale. Reconnu comme l’un des films les plus dévastateurs qui soit (personne n’en sort intact), ce pamphlet anti-guerre reste pour toujours avec ses spectateurs.

Résultat de recherche d'images pour

Edward Scissorhands (1990) de Tim Burton

Un vieil inventeur retiré du monde, meurt avant d’avoir achevé sa plus grande création, la laissant seule au monde. Jusqu’au jour où une vendeuse de cosmétique vient sonner à la porte et décide de recueillir le jeune Edward. Fable hivernale et véritable consécration de l’univers de Tim Burton, Edward aux Mains d’Argent est également le dernier film de l’immense Vincent Price.

Résultat de recherche d'images pour

Arizona Dream (1993) de Emir Kusturica

Orpelin ayant refait sa vie, Axel (Johnny Depp) est rappelé par son oncle qui a besoin de lui pour l’aider dans son commerce de voitures d’occasion. Perdu au fin fond de l’Arizona, il va succomber à la passion débordante de deux femmes (Lili Taylor et Faye Dunaway). Grand film bordélique où les destins de plusieurs personnages grandioses se croisent, Arizona Dream est un fantastique rêve éveillé dans lequel plane l’empreinte musicale d’Iggy Pop, responsable de son emblématique chanson-titre.

Résultat de recherche d'images pour

Breaking the Waves (1996) de Lars Von Trier

Bess McNeill, une femme écossaise innocente, mentalement fragile et dévote à sa rigide communauté religieuse, se marie à Jan (Stellan Skarsgard) un ouvrier de plate-forme pétrolière danois. Après l’accident de ce dernier, Bess va tomber dans une spirale de débauche afin de satisfaire ses phantasmes. Un film bouleversant sur l’amour fou et absolu d’une femme pour son homme, porté par la performance d’une vie de la fabuleuse Emily Watson.

Résultat de recherche d'images pour

Ring (1998) de Hideo Nakata

Une légende urbaine devient réalité quand une bande d’adolescents trouve la mort une semaine exactement après avoir visionné le dérangeant contenu d’une cassette VHS. L’ayant également visionnée (ainsi que son fils), Reiko (Nanako Matsushima) va tenter d’annuler la malédiction en retournant à sa source. Opus magnum du film de fantôme, Ring est également une magnifique démonstration de ce qu’une mère est capable d’accomplir pour protéger son enfant.

Résultat de recherche d'images pour

The Iron Giant (1999) de Brad Bird

En pleine guerre froide, un robot géant venu de l’espace atterrit sur Terre et devient le protecteur d’un petit américain, les rôles s’inversant quand l’armée paranoïaque se met en tête de le détruire pour la protéger le pays. Film d’animation à l’ancienne, autant par le style que l’exécution, le Géant de Fer est sans conteste l’un des plus beaux joyaux du genre, réconciliant enfants et adultes par son histoire dans laquelle chacun se reconnaîtra.

Résultat de recherche d'images pour

Donnie Darko (2001) de Richard Kelly

Un adolescent HP (Jake Gyllenhaal) au comportent anti-social, échappe à une mort improbable (un réacteur d’avion s’écrase sur sa chambre) grace à son somnambulisme. Sous l’emprise de ses rêves, il commet différents délits, rêvant également d’un personne déguisée en lapin démoniaque. Hommage à l’esthétique pop des années 80, Donnie Darko est un petit miracle de cinéma indépendant, ainsi que la révélation d’une future star.

Résultat de recherche d'images pour

Tasogare Sebei – Le Samouraï du Crépuscule (2002) de Yôji Yamada

Dans le Japon du XIXème siècle, un misérable samouraï de second rang (Hiroyuki Sanada), prend la défense d’une femme battue dont il est épris, se révélant prodigieusement doué dans son art, il s’attire quelques ennuis en humiliant involontairement des hommes au dessus de lui. Oeuvre à l’ancienne, le film de Yôji Yamada ressuscite un cinéma qui semblait perdu en privilégiant la véracité historique et le filmage en situations aux effets numériques. Une réussite exceptionnelle qui doit beaucoup au charisme de son acteur principal.

Résultat de recherche d'images pour

Hard Candy (2005) de David Slade

Une adolescente (Ellen Page) au QI exceptionnel séduit un photographe adulte (Patrick Wilson) qu’elle soupçonne d’être un pédophile, le suivant jusque chez lui pour le confronter par la manière forte. Version moderne et d’actualités du Petit Chaperon Rouge, Hard Candy est un film qui ne prend pas de gants pour dénoncer un véritable fléau de notre société, tout en donnant quelques pistes de réflexions radicales aux principales intéressées.

Résultat de recherche d'images pour

Children of Men (2006) de Alfonso Cuaron

2027, l’humanité s’est arrêtée de procréer depuis 18 ans et semble condamnée à disparaître à court terme. Dans ce monde devenu chaotique, un ancien activiste (Clive Owen) accepte de conduire une femme miraculeusement enceinte dans un sanctuaire loin d’ici. Techniquement parfait et offrant une vision aussi désolante que réaliste de notre futur, Les Fils de l’Homme est une parabole cinglante baignée par un humanisme (teinté de cynisme) qui fait mal. Julianne Moore y est inoubliable.

Résultat de recherche d'images pour

Gran Torino (2008) de Clint Eastwood

Un vétéran mysanthrope de la guerre de Corée se retrouve confronté aux nouveaux conflits ethniques qui émaillent la vie de son vieux quartier. Prenant un jeune garçon Hmong sous sa protection, il va découvrir qu’il a plus en commun avec cette culture étrangère qu’avec sa propre famille. Enième chef d’oeuvre d’un cinéaste passionnant, Gran Torino est également un foudroyant plaidoyer pour le rapprochement des cultures vivant aux Etats-Unis. Quand à la performance de Eastwood, on espère en revoir encore une dernière de ce niveau.

Résultat de recherche d'images pour

Drive (2011) de Nicolas Winding Refn

Un cascadeur hollywoodien peu loquace (et arrondissant son salaire en participant à des braquages en tant que chauffeur) se met en danger en voulant venir en aide à sa voisine dont il semble être amoureux. Court-circuitant toutes les vieilles ficelles de ce genre de films, Drive se révèle au final comme l’un des films les plus puissants émotionnellement de toute l’histoire du cinéma, la scène de l’ascenseur achevant de faire de Ryan Gosling le James Dean de notre temps.

Résultat de recherche d'images pour "youth sorrentino"

Youth (2015) de Paolo Sorrentino

Dans un centre thermale de luxe niché dans les Alpes Suisses, différents personnages hauts en couleurs tentent de trouver un sens à leur vie. On y trouve un chef d’orchestre à la retraite (Michael Caine), un réalisateur has-been (Harvey Keitel), un acteur jusqu’au-boutiste (Paul Dano), ainsi que tout un tas d’autres personnes fascinantes. Film chorale sans véritable histoire, Youth est surtout l’occasion de profiter d’un casting formidable qui apporte gravité et légèreté à des moments de vie qui deviennent un peu les nôtres au final.

Et voila, j’en ai terminé pour ce petit projet. J’y reviendrai peut-être d’ici un mois, histoire d’ajouter une autre série de films oubliés, peut-être pas. Merci d’avoir eu la patience de lire jusqu’ici et n’hésitez pas à poster des commentaires.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s