CAPITAINE ALBATOR, L’INTEGRALE, PAR LEIJI MATSUMOTO

Résultat de recherche d'images pour "capitaine albator le pirate de l'espace intégrale"

Publié précédemment sous la forme de cinq volumes (aujourd’hui épuisés), Capitaine Albator, le corsaire de l’espace a depuis été réédité sous la forme d’un pavé de près de 1100 pages.

Créée et éditée entre 1977 et 1979, Uchu Kaozoku Captain Herlock, même si elle n’est de loin pas la meilleure, demeure la série la plus importante de Leiji Matsumoto. Véritable phénomène générationnel depuis la diffusion de sa série animée l’année suivante, le pirate de l’espace est rapidement devenu une icône internationale de la japanimation.

Se passant dans le même univers que celui partagé avec Queen Emeraldas et Galaxy Express 999 (même si ce dernier voyage dans l’espace-temps), le récit raconte le combat sans merci d’un équipage de pirates contre la menace des Sylvidres, des femmes extra-terrestres ayant profité de la décadence de l’humanité pour l’infiltrer afin de s’approprier la Terre. Considéré comme un traître et un criminel de la pire espère par les dirigeants de sa propre planète, Albator ne peut compter que sur les siens pour libérer la Terre (et la galaxie) de la menace Sylvidre.

Loin d’atteindre les sommets émotionnels de ses autres œuvres, Capitaine Albator se lit pourtant d’une traite, son intrigue linéaire ne posant aucun problème de compréhension et se déroulant sans véritable complication jusqu’à sa résolution. On pourrait presque être déçu par le relatif manque de rebondissements qui émaillent ces plus de 1000 pages d’aventures, s’il n’y avait pas la simple fascination de découvrir un univers science-fictionnel aussi original et personnel. C’est la grande force de Leiji Matsumoto qui se révèle ici, réussir à nous captiver avec une histoire aussi basique et qui ne semble rien apporter au genre, alors qu’elle lui donne au contraire tant.

Que ce soit au niveau du design (l’Arcadia et tout ces vaisseaux aux formes parfaites), des personnages (magnifiques Sylvidres) ou même de la thématique de base (l’humanité devenue oisive et dirigée par des bureaucrates incompétents), le tout magnifié par un trait unique et un sens de la narration qui renvoie aux classiques de la première moitié du XXème siècle, tout ici transpire le travail d’exception.

On peut rester insensible à cette oeuvre (le personnage principal, taciturne et secret, est, au final, plus mystérieux que charismatique), mais on ne peut pas lui enlever son incroyable identité et la fascination qu’elle continue d’exercer sur le monde depuis bientôt quarante ans.

En conclusion (car je pourrai écrire des pages et des pages sur chaque personnage de la série), Capitaine Albator est un manga précieux et inoubliable qui se doit d’être lu afin de ressentir toute la passion de son auteur, ainsi que son message de liberté dont ce récit se fait si puissamment l’écho. Une oeuvre unique.

http://www.leijiverse.com/fr/

http://leijimatsumoto.jp/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s