L’ETAT DU MONDE (PARTIE 1)

Résultat de recherche d'images pour "donald trump button"
Plus personne ne ferme la gueule de personne sur les réseaux sociaux, parce que plus personne n’a raison et, surtout, plus personne n’a tort. Le seul moyen de faire taire une personne qui nous gène dans la vraie vie, c’est de la détruire, moralement ou physiquement.
Et c’est exactement ce qui se passe dans le monde depuis l’aube des temps. Sauf que depuis quelques années, cette vieille règle semble en recrudescence tout autour du monde.
Si l’on remonte un peu, on se rend compte qu’il y a toujours eu des attentats terroristes, des massacres ethniques ou des crises migratoires. Par contre, il n’y a pas toujours eu internet, les réseaux sociaux et l’info en continu. Avec le Brexit et maintenant cette élection malheureuse aux Etats-Unis, il semblerait que l’humanité soit passée à un cap supérieur d’intolérance et d’incompréhension.
Ce qui est paradoxal, vu que l’information semble omniprésente dans nos vies. Le souci, c’est que nous ne savons plus comment appréhender ce surplus d’informations, ne faisant que les ingurgiter sans avoir le temps de les digérer. On a de moins en moins la fin d’une info, seulement le début et le milieu. Quand aux corrections, aux erratums, ils arrivent parfois bien tard (quand ils arrivent).
On ne tolère plus ce qui n’est pas comme nous en somme. Ce n’est pas nouveau, mais cela prend des proportions inquiétantes. Race, religion, parti politique, équipe de foot, orientation sexuelle, etc. Mais comme ce n’est pas suffisant, il devient légitime de rajouter de nouvelles catégories. Véganes, défenseurs des animaux, féministes et autres altermondialistes sont donc devenus les nouvelles cibles des  »gens normaux », ceux qui aimeraient bien pouvoir bouffer leur steak de Kobe en paix, frapper leur animal de compagnie quand il pisse sur le tapis, siffler une femme dans la rue en rêvant de la baiser ou encore dénoncer ces sales punks de squatteurs qui passent leur temps à peindre des banderoles pour aller manifester contre une multinationale centenaire.
Conséquence de ces nouveaux comportements, liés de près ou de loin à la peur du terrorisme (terme galvaudé s’il en est), à l’incompréhension des combats des nouvelles générations ou encore à l’afflux (très relatif) de migrants dans sa commune de bouseux, une montée internationale de la haine sous toutes ses formes.
George Orwell, Ray Bradbury, Joan Baez, Martin Luther King, John Carpenter, Frank Miller, Patti Smith ou encore Gandhi ont bien tenté de nous faire comprendre les dangers de la peur irrationnelle de l’autre, de la violence aveugle, de l’égoïsme et de l’ignorance érigées en vertus. Mais qui se souvient encore d’eux (ou les as jamais connus) en 2016?
On nage en pleine désinformation, la presse (gratuite, la pire) et les médias sont à la solde de grands groupes déshumanisés seulement désireux de vendre des sodas, des cosmétiques ou de la lessive. Les idoles de l’humanité sont des sportifs décérébrés, des popstars dégénérées et des politiques corrompus. Artistiquement parlant, nous vivons la pire période de notre histoire, celle du recyclage par le fond.
Du coup, on aura beau se prendre la tête avec ses  »amis » sur les réseaux sociaux (entre une adorable vidéo de petits chats, des photos de la fiesta de samedi et un test de connaissances sur les tailles de bites à travers le monde), le seul véritable moyen de faire taire quelqu’un, c’est de le silencier dans la réalité. Parce que raisonner ne sert plus à rien en 2016. Plus personne n’écoute personne.
Une question bien naïve serait de se demander : Quand cela va-t-il s’arrêter? Mais il n’y a peut-être pas besoin que cela s’arrête. C’est peut-être juste nous qui devrions arrêter, collectivement, d’exister. Car à l’évidence, ensemble, nous ne valons plus rien.
Publicités

Une réflexion sur “L’ETAT DU MONDE (PARTIE 1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s