ROTTING CHRIST, LIVE AUX DOCKS, LAUSANNE

Résultat de recherche d'images

Je ne vais pas vous faire croire que je touche ma bille en matière de black metal, mais pour avoir écouté et apprécié ce genre musical en périphérie de mes véritables passions que sont la new wave, le rock alternatif, la noise et le metal en général, je pense que je devrais être capable de faire un petit résumé de la soirée sans passer pour un touriste complet.

En cette veille d’Halloween, l’affiche des Docks à Lausanne, ne fait pas semblant, proposant Schammasch (un groupe ritualiste Suisse que j’ai totalement raté à cause du changement d’heure!), Mystifier (des brésiliens au son bien lourd qui m’auront agréablement surpris le temps d’une grande bière), ainsi que Rotting Christ et Inquisition, les deux locomotives de la soirée.

On ne présente plus les frangins Tollis de Rotting Christ, groupe formé à Athènes en 1987 et ayant depuis offert au monde une bonne douzaine d’albums, dont le dernier  »Rituals » de 2016. Les grecs ont toujours su pimenter leur musiques d’influences gothiques, ces dernières devenant de plus en plus évidentes dans les années 2000, se rapprochant même un peu des sonorités plus mélodiques de groupes tels que Moonspell ou encore Paradise Lost. Pour les avoir découverts avec l’album  »Khronos » (paru en 2000 justement), j’ajouterai même une petite touche d’indus à leur savant mélange d’influences, s’éloignant déjà à l’époque de Venom, Celtic Frost et autres Bathory.

Aussi sataniste que votre serviteur, Rotting Christ est surtout un groupe qui ne croit plus à la religion chrétienne depuis longtemps, la considérant à juste titre comme un moyen de contrôle des masses, ce qui se ressent totalement dans sa musique, ses membres étant par dessus le marché de forts sympathiques musiciens, très proches de leurs fans, comme en témoignera leurs nombreuses interractions avec le public durant le concert.

Démarrant leur set par leur terrible collaboration avec Diamanda Gallas,  »Orders from the Dead » (sur l’album  »Aelao » de 2009), Rotting Christ enchaîne avec le lourd  »Ze Nigmar », tiré de son dernier album, puis le foudroyant et trash  »Kata don Demona Eautou ». Titre adoré de votre serviteur,  »Elthe Kyrie » et son phrasé ultra-speed, autre joyau du dernier opus,  »Rituals », probalement leur album le plus abouti à ce jour.  »Apage Satana », avec son intro ambiant virant rapidement tribal, sera également un autre climax du concert.

Quelques vieilleries seront également jouées ( »The Sign of Evil Existence » entre autres), puis le groupe cloturera les hostilités avec le très rock n’rollien  »Grandis Spiritus Diavolos » (cette intro de malade…) et une version définitive du  »Non Serviam » tiré de l’album du même nom sortit en 1994, laissant le public les acclamer à juste titre durant de longues minutes. Voir ensuite Sakis et Themis Tolis, le guitariste George Emmanuel et le batteur Van Ace prendre le temps de serrer des mains au premier rang en dit long sur l’attitude du groupe. Un putain de concert qui restera dans les mémoires.

http://www.rotting-christ.com/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s