RADIOHEAD  »A MOON SHAPED POOL »

Résultat de recherche d'images pour "radiohead a moon shaped pool sleeve cover"

Il aura donc fallu cinq ans aux cinq d’Oxford pour publier une suite à  »The King of Limbs » sortit en 2011. Radiohead aura tourné deux ans pour assurer la promotion de cet album, se séparant provisoirement en 2013 afin que ses membres puissent vaquer à leurs projets secondaires ou simplement se mettre au vert quelques temps.

Toujours très actifs sur internet ou dans le domaine de la technologie, le groupe finit par se réunir en 2015 pour commencer à travailler sur son neuvième effort studio. Bien sûr, il y aura la fameuse histoire du fascinant titre  »Spectre » enregistré pour le dernier James Bond et refusé par la production qui privilégiera le titre grandiloquent et quelque peu cliché de Sam Smith. Peu rancunier, le groupe offrira  »Spectre » aux acheteurs du premier single, le fulgurant  »Burn The Witch », un morceau tout en cordes et dont la vidéo enfantine en stop motion en choquera plus d’un(e), le clip rejouant le scénario de The Wicker Man, un classique du cinéma fantastique anglais.

Après avoir joué avec les visuels de ses différents sites et comptes internet, Radiohead finit par effacer tout leur contenu afin de recommencer à zéro, déclenchant un buzz mondial dans la foulée.

Préfigurant la sortie de l’album, un deuxième single, plus atmosphérique, est dévoilé, il s’agit de  »Daydreaming », une chanson d’une douce tristesse qui est également le deuxième titre de l’album à venir quelques jours plus tard en téléchargement, puis en physique le mois suivant.

Entre-temps, le rouleau-compresseur promotionnel s’est mit en route, tout les supports médiatiques étant utilisés par les membres du groupe pour faire de la sortie de  »A Moon Shaped Pool » un événement autant musical, artistique que commercial.

Pour ce qui est de l’album, hormis le fait qu’il est tout sauf rock (une option quelque peu abandonnée par le groupe il y a déjà une décennie), le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il surprend et séduit, avant de se découvrir plus en profondeur, la majorité de ses dix titres (le onzième,  »True Love Waits » étant un vieux titre réenregistré de 2001 que tout fan connait déjà) étant relativement tranquilles et très peu produits (en apparences seulement, essayez de l’écouter au casque!), seul le piano semblant surnager de l’ensemble. Malgré tout, l’écoute est très plaisante et il y a fort à parier que l’album gagnera avec le temps.

Personnellement, le seul problème que j’ai avec (et qui est de taille), c’est que je n’arrive pas à m’y attacher, n’arrivant pas à l’écouter plus d’une fois quand je pose le disque sur la platine. En y réfléchissant, je crois surtout que je n’arrive pas à m’enlever de la tête que Radiohead n’est pas que responsable de  »Pablo Honey »,  »The Bends »,  »OK Computer » et  »Kid A » (même si j’aime toujours bien  »Amnesiac »).

Pour être totalement honnête, cela fait une quinzaine d’années que Thom Yorke, Ed O’Brien, Phil Selway, Jonny et Colin Greenwood ne me passionnent plus vraiment. Je les apprécient comme de vieux amis que l’on ne voit plus qu’occasionnellement. Et comme avec de vieux amis, quand on se retrouve, tout redevient comme au bon vieux temps, avant de s’évanouir une nouvelle fois, jusqu’à la prochaine fois. C’est un peu triste mais c’est comme ça. Vivement le prochain disque donc.

http://www.amoonshapedpool.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s