GALAXY EXPRESS 999 (PREMIER VOYAGE) DE LEIJI MATSUMOTO

Résultat de recherche d'images pour "galaxy express 999 kana 1"

Comme pour d’autres œuvres du grand Leiji Matsumoto, c’est au travers de la télévision que la jeunesse francophone des années 80 a découvert Galaxy Express 999. A la base du culte de la série, son apparition furtive au début des années 80, via une vhs de location qui n’était en fait qu’un montage des épisodes 1, 3 et 4. Il faudra attendre 1988 pour que la série apparaisse enfin sur TF1, puis la Cinq. Hélas, sur les 113 épisodes, moins d’une quarantaine seront doublés et diffusés chez nous. Mais qu’importe, le design des personnages et des véhicules, reconnaissable entre mille, ainsi que les furtives interactions avec Albator et Emeraldas, suffisent amplement à créer la fascination des jeunes spectateurs pour ce couple mal assortit voyageant dans l’espace à bord d’un train tiré par une locomotive à vapeur.

Publié au Japon par Shogakukan entre 1977 et 1981 (14 tomes), Galaxy Express 999 compte vingt-et-un épisodes en tout, Leiji Matsumoto ayant reprit sa série de façon irrégulière à partir de 1996 et jusqu’à 1998. Il aura fallu attendre 2004 pour que Kana propose enfin une édition française intégrale.

Quand à moi, totalement obnubilé à l’époque par les publications des éditions Glénat (Akira, Gunmn, Nausicaa, etc.), je suis tout simplement passé à côté de Leiji Matsumoto, le rangeant (grossière erreur) au même rang que Go Nagai (Grendizer, Mazinger, Devilman) qui, malgré tout son talent, était, lui, un bien piètre dessinateur. Ayant redécouvert Matsumoto ces deux dernières années grâce aux éditions Kana (voir articles sur ce blog), il ne me restait plus qu’à découvrir ce que beaucoup aujourd’hui appellent sa pièce maîtresse, son chef d’oeuvre indépassable: Galaxy Express 999. C’est la providence qui m’a permit de rentrer de pleins pieds dans cette saga galactique, achetant pour une bouchée de pains les volumes un à douze dans un magasin de seconde main. Autant dire que je n’ai pas tardé à compléter au prix fort la collection, la lecture des premiers tomes m’ayant bouleversé comme rarement un mangas ne l’avait fait auparavant.

Résultat de recherche d'images pour "galaxy express 999 kana"

Un petit résumé de la série s’impose. Dans le futur, l’humanité est séparée en deux camps diamétralement opposés, autant par sa manière de penser que par ses actions. D’un côté les humains, pour la plupart pauvres et condamnés à mourir de vieillesse, si ce n’est de misère. De l’autre, les êtres robotisés, humains ayant abandonné leur humanité pour devenir d’immortels êtres synthétiques. Le jeune orphelin Tetsurô est de la première catégorie. Ayant vu sa mère se faire abattre comme un animal par le Comte Mécanique, il décide de se venger de la manière la plus radicale qui soit, désirant devenir un androïde afin de pouvoir détruire l’empire robotique. Rapidement, il rencontre la mystérieuse Maetel (sosie de sa mère) qui lui offre un ticket hors de prix pour embarquer en sa compagnie à bord du Galaxy Express 999 afin d’aller sur Andromède où il pourra se faire robotiser gratuitement. Et ainsi commencent leurs aventures stellaires.

Se découpant sous formes d’arrêts (ou étapes), entre quatre et six par épisode, Galaxy Express 999 est un formidable voyage dans l’espace qui s’avère bien plus complexe et subtil qu’il en à l’air. D’abord parce que les réelles intentions de Maetel (je ne m’étalerai pas plus loin sur l’aura de mystère qui l’accompagne tout le long de la série) envers Tetsurô ne sont pas du tout claires, cela malgré sa bienveillance et l’apparente douceur qui se dégage de sa personne. Ensuite, parce que Tetsurô est un garçon au raisonnement paradoxal, désirant devenir comme ses ennemis afin de les anéantir alors qu’il représente à lui tout seul certaines des plus grandes qualités de la race humaine (curiosité, altruisme, honnêteté, sens de la justice, goût pour les bonnes choses de la vie, etc.)! Enfin, parce que les mondes que le duo va visiter au cours de son voyage (une bonne centaine), vont se révéler les uns après les autres des étapes importantes de leurs questionnements respectifs.

Je m’en voudrais d’occulter le très important troisième personnage principal de la série, à savoir le Contrôleur du Galaxy Express 999, garant du protocole interne, annonceur des destinations et véritable homme à tout faire du train de l’espace. C’est également le personnage qui évolue le plus dans la série, passant du statut d’employé procédurier à un véritable allié dans la suite des aventures du duo, ces derniers ayant toujours plus de mal à respecter les horaires (allant de quelques minutes à plusieurs jours) d’arrêt du train dans chaque gare, bataillant le plus souvent pour leurs vies (ou leurs tickets, indispensables à leur voyage) que se relaxant dans leur hôtel.

Résultat de recherche d'images pour "galaxy express 999 kana"

S’il fallait nommer un quatrième personnage principal, ce serait sans nul doute le Galaxy Express 999 lui-même, en tout cas son ordinateur de bord, véritable intelligence artificielle à elle toute seule! Surtout, comme pour nos trois autres héros, plus on avance dans la série, plus on en apprend sur ce train fantastique et sa capacité à se mouvoir dans l’espace sur des rails invisibles, traversant l’espace-temps comme les dimensions sans jamais dévier de sa trajectoire initiale, allant d’une planète à l’autre sans se soucier d’autre chose.

Parler de toutes ces planètes mériterait presque un article à part, tant ces dernières s’avères fascinantes et très souvent hautement dangereuses pour de simples humains. De Mars à Titan en passant par Pluton et des mondes aussi absurdes que la Planète des Ténèbres, celles répondant aux noms de Cuirassée, Double, Préhistorique ou encore du Lendemain, nos héros auront fort à faire pour défendre leurs précieux tickets ou simplement leurs peaux.

Croisant toute la misère (et l’espoir) de l’univers, autant humaine que robotisée, Maetel et Tetsurô rencontreront bon nombre de personnages fascinants qui laisseront une empreinte indélébile dans leurs mémoires. De Claire, la femme transparente au corps de verre, à Antarès, le grand brigand, en passant par l’écrivain de la Planètes des Mirages ou encore Shadow et Dailoose, le moine de l’espace, sans oublier Albator et Emeraldas, c’est autant de personnalités uniques qui, à leur manière, feront évoluer le point de vue de Tetsurô sur sa volonté de devenir un être robotisé pour venger sa défunte mère.

Résultat de recherche d'images pour "galaxy express 999 kana"

Mais surtout, et ce petit article ne serait pas vraiment complet sans cette mention, Galaxy Express 999 est une série d’une insondable tristesse. La mélancolie qui se dégage des personnages de Maetel et de Tetsurô (et même de ce pauvre Contrôleur qui semble sans ami ni famille) n’a d’égale que l’effroyable solitude qui les accompagnent dans le froid stellaire de leur long voyage, entre des planètes toutes plus déprimantes et malades les unes que les autres. Croisement entre un road-movie spatial, un western et des épisodes de la Quatrième Dimension et d’Au-Delà du Réel, la série de Leiji Matsumoto est une véritable montagne russe d’émotions, le plaisir que l’on éprouve à la lire se traduisant le plus souvent par des soupirs, quelques rires et passablement de larmes.

N’ayant pas encore abordé les volumes 15 à 21 (le second cycle paru entre 1996 et 1998), je me réserve un second article pour revenir vous en parler d’ici quelques mois. En attendant, je ne peux que vous presser de donner une chance à cette série sans pareil. N’attendez pas comme moi une décennie pour réaliser que Galaxy Express 999 est un joyau absolu hors du temps dont aucun manga actuel n’égale le niveau narratif et émotionnel. Le travail d’une vie en somme.

http://leijimatsumoto.jp/

Résultat de recherche d'images pour "galaxy express 999 kana"

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s