ROPOPOROSE ET BRAZILIERS, LIVE AU FOR NOISE, PULLY

Résultat de recherche d'images pour "braziliers"

En plus d’une affiche se produisant sur la grande et unique véritable scène, le For Noise Festival proposait également deux groupes sur le  »terrain », c’est-à-dire sous la tente du bar principal. Deux groupes à géométrie variable en fait, le second étant le premier avec un membre en plus.

Ayant quelque peu raté le set de Ropoporose (tout en l’entendant de loin, grave erreur de ma part), je me suis largement rattrapé avec celui de Braziliers, ces derniers ayant réussi un inattendu hold-up avec leur prestation hypnotisante et dansante à la fois. C’était probablement aussi le cas la première fois, mais comme j’étais pas là…

Constitué d’un frère (Romain) et d’une sœur (Pauline), respectivement batteur et guitariste de Ropoporose (en activités depuis quatre ans), le groupe de Vendée était ce soir au four et au moulin. En effet, Piano Chat ayant incorporé le duo en tant que chanteur-guitariste de leur autre projet nommé Braziliers.

Ce soir, le trio a fait quelque chose d’assez effarant en moins d’une heure, transformer un lieu de passage vers le bar en véritable salle de concert, délivrant un set invraisemblable constitué de boucles se transformant en une vague finale qui aura englouti l’ensemble du public dans un trip psychédélique ultime dont votre serviteur se rappellera longtemps. Je crois bien que c’est la première fois que j’ai autant halluciné sans avoir pris quoi que ce soit. Il s’est juste passé un truc malade sous cette fichue tente. Et je ne suis pas le seul à l’avoir ressenti, l’ensemble du public semblant n’avoir fait qu’un durant une bonne dizaine de minutes exaltantes. Et quand tout s’est arrêté, il ne nous restait plus qu’à applaudir à tout rompre, histoire de redonner un peu de ce que nous avions reçu du groupe.

Autant avec Ropoporose qu’avec Braziliers, il y a une forme de génie brut qui traverse ces deux groupes Vendômois, autant l’un que l’autre excellant dans une science-pop émotionnelle comme on n’en a plus vue depuis les expérimentations de Sonic Youth, du Velvet Underground, voir de Magma.

Ayant découvert ces jeunes gens il y a peu, il m’a fallu cette chronique pour comprendre que vu que j’avais raté le premier concert, je n’étais pas en train de faire une chronique sur le groupe que je croyais mais bien sur l’autre! Heureusement que j’ai contacté le groupe sur son Facebook, ça m’aura évité une terrible méprise.

Les avoir fait jouer à côté du bar (alors qu’un couillon comme Jaakko Eino Kalevi disposait de la grande scène pour brasser de l’air et faire des moulinets dans le vide) m’échappe encore, mais nul doute que la prochaine fois qu’ils repasseront dans le coin, ce sera sur une scène digne de ce nom et, surtout, digne de leur talent, ce dernier visiblement sans réelle limite.

http://ropoporose.com/

http://www.pianochat.fr

Résultat de recherche d'images pour "ropoporose"

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s