GIVE ME LIBERTY DE FRANK MILLER ET DAVE GIBBONS

Résultat de recherche d'images pour "GIVE ME LIBERTY"

Give Me Liberty est un graphic novel avec lequel j’ai une relation particulière depuis sa sortie en 1990 chez Dark Horse Comics. En effet, cela fait un quart de siècle que je rachète ce titre au gré de ses différentes éditions. Je crois avoir commencé avec la traduction en quatre volumes cartonnés des éditions Zenda, puis ce fut la mini-série originale en quatre parties, avant d’acheter le trade paperback. Ayant perdu ce dernier, je l’ai racheté récemment (le volume étant disponible sur Amazon presque gratuitement s’il n’y avait pas les frais de port) et l’ai relu dans la foulée, le connaissant presque par coeur depuis le temps.

Chef d’oeuvre mineur de Frank Miller (Elektra, Batman: The Dark Knight Returns) et Dave Gibbons (Watchmen, Green Lantern), Give Me Liberty est une dystopie futuriste, ainsi qu’une satyre du rêve américain racontée au travers du destin de Martha Washington, une jeune femme noire née dans le  »Green », une prison raciale camouflée en projet social. La mini-série raconte sa trajectoire de survivante à la précarité réussissant à s’extirper de sa condition pour s’enrôler dans les forces armées de son pays et devenir progressivement, malgré le racisme et la corruption, un élément décisif de l’histoire tourmentée de son pays. Bien que se passant dans un futur très proche (les années 2000), l’Amérique de Give Me Liberty est totalement décadents et rongés par des conflits internes similaires à ceux d’aujourd’hui mais emplifiés par dix.

De la population noire parquée dans des ghettos à la nation apache qui s’est radicalisée au point de devenir un mouvement terroriste, ne manquait qu’un conflit-prétexte digne du Vietnam. Miller le transpose dans la forêt Amazonienne, y envoyant de jeunes soldats américains se faire réduire en charpie ou ronger par des armes chimiques. Un passage qui rappelle beaucoup le Marshal Law de Pat Mills et Kevin O’Neil.

Gros oeuvre à l’époque de sa sortie, plébiscité dans le monde entier comme un écho politique digne du V For Vendetta de Alan Moore et David Llold, Give Me Liberty a quelque peu perdu de son pouvoir de fascination avec le temps. La faute est probablement partagée entre Miller et Gibbons, pourtant, aucun des deux n’a démérité. Le portrait au vitriol de cette Amérique imaginaire souffre probablement d’une trop grosse dose de cynisme et d’ironie de la part de l’auteur de Ronin et du futur 300, ce qui ne l’empêche pas de donner une personnalité forte et complexe à son héroïne. Quand au dessin de Dave Gibbons, bien que plus mainstream et large (avec de grandes cases) que sur Watchmen, il n’en demeure pas moins remarquable, l’artiste anglais se permettant même parfois la couleur directe pour illustrer les fausses couvertures de magazines people émaillant l’histoire.

Le souci, c’est que nous avons depuis dépassé la date des événements futuristes de Give Me Liberty et que l’ensemble semblait déjà quelque peu daté au début des années 2000, rendant une éventuelle adaptation cinématographique plutôt risquée de nos jours. Le message d’avertissement est toujours d’actualité en 2016, mais Frank Miller, qui n’était pas encore le réactionnaire quelque peu raciste que nous connaissons aujourd’hui, n’avait visiblement pas vu venir certaines menaces terroristes actuelles. Par contre, niveau politique intérieure, il tape assez juste avec son président par accident et plein de bonne volonté qui devient alcoolique.Même chose avec le combat des noirs contre un système blanc privilégié et raciste.

Malgré tout, Give Me Liberty, même s’il n’est pas le chef d’oeuvre que l’on a dit, demeure d’une fulgurante puissance et mériterait clairement une adaptation (repensée) pour le grand écran avec une jeune actrice porteuse de tous les espoirs d’une nation. Hélas, en ces temps troublés pour l’Amérique, ce film pourrait tout autant être un outil de réconciliation que l’étincelle qui mette le feu aux poudres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s