JAAKKO EINO KALEVI, LIVE AU FOR NOISE, PULLY

Résultat de recherche d'images pour "jaakko eino kalevi live"

Né en 1984, Jaakko Eino Kalevi fait partie de cette génération d’artistes electro finlandaise qui accumule les sorties anecdotiques (une trentaine de références en quinze ans d’activités) tout en maintenant un non-look à la hauteur de ses références musicales.

Arrivant sur scène avec une veste argentée et en compagnie de son batteur, Jaakko semble commencer son set en toute décontraction, rameutant la foule alors qu’il pleut des cordes sur le festival, avant de s’arrêter net pour s’éclipser backstage, ayant terminé ce qui devait être son soundcheck.

On pourrait ne rien dire, après tout, ce n’est pas le premier artiste à faire ça dans un festival (même si je n’ai pas mémoire que ce soit arrivé ces dernières années), mais avec ce genre de gars, c’est clairement un signe que nous avons affaire à un spécimen rare.

Se repointant sur scène vingt minutes plus tard, habillé comme mon grand-père dans les années 70 (pantalon beige ample et pull moulant bordeaux rentré dedans), ce sosie ingrat de Jerry Cantrell commence à nous déverser sa soupe electropop, quelque part entre Moderat et Lali Puna, c’est dire le niveau.

Je ne vais certainement pas m’emmerder à citer les titres balancés mollement au public du For Noise, mais ayant croisé quelques membres du staff traverser le public, on sent bien que la déconne festive de l’entreprise ne leur aura pas échappé. A moi non plus, la blague faisant illusion le temps de quelques titres sur scène, avant de s’effondrer toute seule sous la suffisance décontractée de son interprète.

Pour ma part, totalement insensible à cette bouillie semblant être le fruit d’une relation contre-nature entre Kraftwerk et Burt Bacharach, je trompe mon ennui avec un copain, imaginant le montant des subventions que touche le finlandais pour produire deux disques par année, ou l’imaginant encore se réveiller dans son loft d’artiste-escroc ressemblant à celui de Adam Driver dans le film While We’re Young.

Bordel, heureusement qu’on a de la bière et de quoi fumer… en attendant que les choses sérieuses reprennent!

http://weirdworldrecordco.com/jek/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s