JOHNNY CASH  »AMERICAN VI: AIN’T NO GRAVE »

Deuxième album posthume pour l’homme en noir et, cette fois, le dernier de la collection « American », fameuse série initiée par le producteur Rick Rubin en 1994 (lorsque plus personne ne s’intéressait à Johnny Cash) et terminée en 2010 avec cette seconde pierre tombale.
On ne le dira jamais assez, cette collection est probablement le plus spectaculaire come-back musical de toute l’histoire de la musique moderne. Les interprétations de Cash, que ce soient des classiques, des reprises d’artistes contemporains (Depeche Mode, Nine Inch Nails, Soundgarden, Sheryl Crow et j’en passe) ou des chants traditionnels, sont pour la plupart toutes à tomber par terre. On ne s’étonnera pas de savoir que Johnny Cash, loin de ses racines country-americana, fasse l’unanimité chez les mélomanes du monde entier et la scène rock et alternative en particulier.
Enregistré peu de temps après la mort de sa femme, June Carter (à qui il ne survivra que quelques mois avant de partir la retrouver, nous laissant définitivement orphelins), ces douze derniers morceaux sont véritablement le testament d’un homme avec déjà un pied dans la tombe. La voix de Cash est celle d’un fantôme, mais elle demeure la voix de Cash tout le long, sombre et émouvante comme jamais. C’est d’ailleurs l’album le plus difficile à écouter, les informations privées que son ambiance générale laisse filtrer pouvant être insurmontable pour le fan de l’homme en noir. Il faut pourtant les surmonter si l’on veut apprécier son contenu.
Johnny reprend donc le  »Redemption Day » de Sheryl Crow,  »For The Good Times » de son acolyte Kris Kristofferson,  »Cool Water » de Bob Nolan, ainsi que le chant traditionnel de Claude Ely qui donne son titre à l’album.  »Ain’t No Grave » est à sa façon le dernier single de Cash, comme une vidéo viendra le prouver la même année.
On appréciera à sa juste valeur l’importance de ce dernier enregistrement, ultime joyau noir d’une carrière commencée dans les studios de Sun Records il y a très longtemps et dont tout les trésors cachés n’ont pas fini d’êtres déterrés.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s