PETER KERNEL, LIVE A LA ROCK CAVE, MONTREUX

En ce troisième samedi de juillet, le couple Barbara Lehnhoff (basse/chant) et Aris Bassetti (guitare/chant) était de retour à Montreux en compagnie de son dernier  batteur en date (j’ai perdu le compte) pour illuminer la Rock Cave de ses sonorités indie-rock qui ont fait d’eux les dignes héritiers de Sonic Youth.

Toujours en tournée malgré un dernier album ( »Thrill Addict ») pourtant sortit début 2015, Peter Kernel semble plus en forme que jamais, le duo prévenant d’entrée qu’il a des questions, avant d’entamer  »Ecstasy », le premier titre de son set, également le premier de son dernier album et un petit bijou de montée en puissance.

 »I’ll Die Rich at your Funeral », extrait de  »White Death & Black Heart » de 2011 s’impose comme un titre fort, sa rythmique, ainsi que le passage clamé par Barbara, possédant toujours la même faculté de capter l’attention du public.

C’est d’ailleurs un peu à ce moment que le couple nous demande le nom de la montagne en face du festival, ce à quoi le public répond en cœur: Dents du Midi!!! Ce qui est génial avec Barbara et Aris, c’est que malgré le fait qu’ils ne maîtrisent pas totalement la langue française (une canadienne et un mexicain vivant au Tessin), ils se forcent à parler au public ou entre eux dans cette langue, allant même jusqu’à faire des blagues ou raconter de ces conneries que ça en devient presque un spectacle entre les chansons! Fabuleux.

Tir groupé avec pas moins d’une dizaine de titres tirés de  »Thrill Addict » à la suite, le groupe en jouant la quasi intégralité.  »Leaving for the Moon » est suivi par  »They Stole the Sun », un morceau assez tripant, puis  »Your Party Sucks », dont le clip de marche à pieds vaut son paquet de cacahuètes, au moins autant que celui de  »It’s Gonna be Great » avec son barbecue. Peter Kernel ou l’art de sublimer les petites choses de la vie de tous les jours.

Le couple continue ses blagounettes entre les morceaux, rivalisant de drôlerie en se défiant gentiment, Aris demandant au public s’il veut plus de guitare, tandis que Barbara demande s’il désire plus de basse! Ha ha ha ha ha…

 »You’re Flawless » change quelque peu la tonalité du set par son ambiance oppressante et nettement moins tranquile que les précédents titres, ce qui ne l’empêche pas d’avoir une superbe ligne de guitare et de basse, la voix de Barbara lui donnant une puissance sans égale qui marque l’un des autres sommets de ce concert à la Rock Cave. Mon titre préféré de  » Thrill Addict ». Un classique, rien de moins. »Supernatural Powers », dans la même veine, nous vaut un grand moment de batterie, ainsi qu’un pur moment de trip ultime aux limites du stoner.

 »Majestic Faya », bien que toujours très soutenu, revient à des sonorités moins oppressives, ce qui n’est pas plus mal,le public venu à la Rock Cave pour causer chiffon s’étant éclipsé depuis longtemps devant l’impossibilité de l’idée.  »We’re Not Gonna be the Same Again » peut donc être apprécié sans avoir à se déplacer pour éviter d’entendre des trous-du cul parler de leur travail ou de leur dernier restaurant de merde.

Sur scène, Aris et Barbara semblent décidément super heureux d’être là, le premier demandant à être photographié devant le logo du Monteux Jazz Festival afin que ses amis ne le prennent pas pour un affabulateur! Si ces deux drôles d’oiseaux me fascinent, je dois quand même bien avouer que je j’ai d’yeux que pour Barbara, la blonde bassiste ressemblant vraiment à une sorte de Darryl Hannah qui serait devenue rockstar. Mais j’aime bien Aris aussi, plus mexicain que jamais avec sa chevelure folle et sa récente petite prise de poids.

 »I Kinda Like It » et  »High Fever » viennent terminer le concert dans un déluge d’applaudissement mérités, Aris rappelant qu’ils ont besoin d’argent car ils sont venus à pieds au festival et c’est pourquoi ils se réjouissent de nous vendre à leur stand merchandising, des tee-shirts faits mains, leur batteur (qui subit leurs blagues en rigolant), ainsi qu’un jeux de quatre pneus neige. Assurément une belle affaire.

Seul rappel auquel j’aurai eu droit durant mes six concerts au Montreux Jazz, le groupe revient pour un dernier titre, cafouillant cinq bonnes minutes (promettant un titre salsa) avant de jouer  »Panico! This is Love », extrait de  »White Death & Black Heart ». Aucun morceau de l’inaugural  »How to Perform a Funeral »… snif.

Un super concert, ce groupe mérite une reconnaissance internationale, bon sang!

http://www.onthecamper.com/peterkernel/

http://peterkernel.tumblr.com/

https://peterkernel.bandcamp.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s