ASTORIAN, LIVE A LA ROCK CAVE, MONTREUX

Astorian, deuxième round! Après la révélation d’un concert (pris en cours de route à la fête de la Musique de Lausanne) il y a quelques semaines et qui m’avait laissé aussi fasciné que perplexe, l’idée qu’un groupe actuel (et local) puisse pratiquer la new wave en 2016 me laissant quelque peu sans voix, il me fallait vraiment en avoir le cœur net.

Pour la petite histoire, j’aurai du être au concert de Patti Smith et PJ Harvey, mais les aléas de la vie en ont décidé autrement. Me retrouvant libre pour la soirée, je pouvais enfin retrouver Astorian à la Rock Cave de Montreux, ce que je fis avec un enthousiasme rare, entraînant le neveu de ma copine avec moi dans l’aventure.

Constitué de Alexandra Schmidt (chant), Olivier Bruchez (guitare), Luis Alameda (basse, synthés), Pascal Evard (batterie) et de José Mereno (synthés), Astorian, tout de noir vêtu, arrive sur la petite scène de la Rock Cave, l’endroit étant quelque peu plus rempli que lors de la prestation de Dieu… pardon, Verena Von Horsten, deux soirs plus tôt.

Débutant leur concert par une douce intro electro, avant que Alexandra n’arrive sur scène en dernier, Astorian démarre les hostilités en terrain conquis, les premières notes de  »Giving Yourself Away » étant accueillies par un public déjà au fait de leur répertoire. Enchaînant avec  »Waiting for You », le groupe prend rapidement ses marques sur la scène de la Rock Cave.

Petite anecdote amusante s’il en est, Astorian aura provoqué quelques larsen sans le vouloir au travers du son qui passait par la pédale d’effets de voix, cette dernière étant traitée numériquement et donnant trop de fréquence médium, rendant la voix quelque peu nasillarde et provoquant de petits larsens! La faute venant surtout de l’installation trop professionnelle du Montreux Jazz Festival, ce genre de pédale étant prévue pour les petites sales et les bars.

Le concert se poursuit dans une ambiance quelque peu bruyante niveau public, la gratuité des lieux donnant le prétexte à passablement d’individus de parler tout le long (certains tournant le dos à la scène) et ce jusque dans les premiers rangs, profitant de quelques titres plus légers comme  »Shed New Light » ou  »Common Idea ». Heureusement, le groupe en ayant sous le capot, le brouhaha général est rapidement recouvert par sa musique. Une forme de justice poétique assez réjouissante. On en espérerait presque que le cd de  »Night Flight », lancé dans la foule depuis la scène, soit tombé sur la tête d’un mec qui n’arrêtait pas de causer!

Semblant flotter sur scène, Alexandra, la chanteuse, est véritablement à l’image des compositions d’Astorian, un ange aux longs cheveux blonds vêtu de noir et distillant des textes doux-amers, romantiques et sombres à la fois, se balançant au gré des sonorités du groupe, entre dream et power pop, avant de se mettre à sautiller sur place quand la situation en provoque le besoin, comme sur  »Lady Sunshine ». Une frontwoman qui en impose avec sa voix racée et faussement froide, révélant une belle âme aspirant à l’absolu.

Les furieux  »Wika » et  »State React », suivis par l’envoûtant et génialissime  »Sky Scrapers » viennent terminer de grande manière l’heure de concert, la performance du groupe (mention à Olivier et sa guitare fiévreuse) étant finalisée par un  »Night Flight »d’anthologie, le morceau titre de leur mini album étant déjà emblématique de la marque de fabrique indie du groupe lausannois.

C’est sur un déluge d’applaudissements que nous prenons congé d’Astorian, le groupe semblant également fort satisfait de sa prestation de la soirée, Alexandra ayant d’ailleurs rappelé à quel point ils étaient contents de jouer le même jour que Patti Smith et PJ Harvey (ces dernières se produisant techniquement quelques étages plus haut dans le même bâtiment).

Nous quittons la Rock Cave avec le sourire aux lèvres, le neveu de ma copine (qui n’a que 14 ans) se voyant déjà jouer dans un groupe quand il sera plus grand. J’espère pouvoir lui ressortir cette chronique d’ici quelques années quand il aura mis en pratique ce vœu d’adolescent assistant à son premier véritable concert de rock.

http://www.astorian.ch/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s