TRUTH DE JAMES VANDERBILT

 

Encore un biopic journalistique, cette fois sur le fameux scandale qui éclaboussa la chaîne CBS en 2004 au travers d’un reportage de leur émission d’information phare: 60 Minutes durant les élection présidentielles.

L’histoire est aujourd’hui connue de tous, le président américain de l’époque, George W. Bush, ayant fait jouer son influence pour éviter de participer à la guerre du Vietnam, se faisant muter dans une base-fantôme avant sa démobilisation et la reprise de ses études .

Ce scandale fur révélé par l’équipe d’investigation de la journaliste Mary Mapes (Cate Blanchett, parfaite comme à chaque fois), via le présentateur vedette de l’émission 60 Minutes: Dan Rather (Robert Redford, impérial et touchant comme jamais).

Hélas, la véracité d’un document capital (qui aurait pu être reproduit à l’aide d’un programme informatique courant et dont l’obtention semble avoir été organisée dans le but de piéger CBS) fut mit en doutes après sa diffusion, provoquant un véritable retournement des médias et de l’opinion publique contre Mary Mapes et son équipe, ces derniers devenant les victimes d’une chasse aux sorcières sans précédent. Dan Rather fut même dans l’obligation de présenter ses excuses en direct à la télévision, peu de temps avant de prendre sa retraite forcée. Quand à Mary Mapes, elle ne travailla plus jamais pour la télévision depuis cette époque.

Sorte de Spotlight (film de Tom McCarthy sortit cette année et traitant de la pédophilie au sein de l’église catholique américaine) qui se finirait très mal, Truth est un film terriblement frustrant par son dénouement mais qui donne pourtant terriblement envie d’être journaliste.

Le mérite en revient pour beaucoup à l’équipe de choc de Mary Mapes, constituée d’acteurs fabuleux (Dennis Quaid, Elisabeth Moss et Topher Grace. Oui, Topher Grace) que l’on suit du début à la fin avec beaucoup de passion, leur travail de fourmi s’avérant au final bien plus capital que la triste résolution qui en découlera.

D’un point de vue performances d’acteurs, ce genre d’histoire ne laisse guère de place au cabotinage ou à la mise en valeur d’un acteur principal, pourtant, la relation de travail entre les personnages joués par Cate Blanchett et Robert Redford, ainsi que leurs petits moments d’intimité, font beaucoup pour la qualité de Truth, lui donnant ce petit côté en plus qui fera qu’on le reverra juste pour eux.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s