THE BLACKLIST, SAISON 2

Je retrouve avec un immense plaisir le génial James Spader dans le rôle de Raymond  »Red » Reddington, l’un des criminels internationaux les plus recherchés par le FBI et travaillant avec eux depuis la première saison pour mettre la main sur le mystérieux  »Berlin ».

Pour ceux et celles qui n’auraient jamais eu la chance de voir les deux premières minutes absolument extraordinaires du premier épisode de la première saison, je n’en dirai pas plus (j’ai déjà tout spoilé dans ma chronique précédente!), me contentant de préciser que Red et le FBI ont des intérêts communs, le premier faisant le ménage dans ses  »anciens amis » en utilisant les moyens du second pour barrer tous les numéros de sa liste noire, constituée de meurtriers, pédophiles, esclavagistes, terroristes et autres criminels de niveau supérieur, tellement supérieur que même le FBI ignore tout de leurs existence.

Quand à sa coéquipière (imposée par Red dès le début), Elizabeth Keen (Megan Boone de plus en plus fascinante), le moins que l’on puisse dire, c’est que la première saison n’a pas été de tout repos pour elle, son mari Tom (le très inquiétant Ryan Eggold) s’étant avéré un imposteur doublé d’un redoutable assassin, tandis que ses certitudes les plus profondes ont été remises en doute, son nouveau partenaire semblant connaître et cacher beaucoup d’informations la concernant, la plus troublante étant le lien qui semble les unir et dont il se refuse à parler, sans que l’on sache vraiment si c’est pour sa protection à elle ou simplement pour son intérêt à lui.

Dans cette deuxième saison, Red et Elizabeth sont séparés la plupart du temps, l’agenda de Raymond étant plutôt chargé, manquant de se faire exécuter au Cameroun en faisant son numéro à un warlord pour finir par se faire kidnapper (temporairement) par le Mossad. Et ce n’est que le premier épisode. Ayant son propre agenda, Red va éliminer passablement de personnes, se faisant finalement arrêter à Hong Kong, une fois de plus très temporairement.

Pendant ce temps, Liz, continue son enquête de son côté, tout en devant gérer un mystérieux ange gardien engagé par Red pour la protéger, cette dernière finissant par le faire arrêter avant qu’il ne puisse divulguer une incroyable découverte la concernant.

On apprend que l’un des personnages de la première saison est en vie, ce qui ne va pas manquer d’en énerver quelques-un(e)s. Mais visiblement, il y avait encore des choses à en tirer, comme le pensait l’un des deux personnages principaux.

Mais le véritable rebondissement scénaristique de cette seconde saison, la finalité de plus d’une quarantaine d’épisodes, la résolution de tous le mystère entourant l’étrange relation entre Red et Liz… eh bien, je vous laisserai la découvrir par vous-même (en partant de l’idée que ce n’est pas encore fait), car c’est vraiment balèze d’avoir osé aller aussi loin.

Je dois bien avouer que je ne regardais The Blacklist que pour le plaisir d’observer les performances de James Spader. Deux ans plus tard, je me rend compte que j’ai totalement occulté le personnage interprété par Megan Boone, le réduisant à un vulgaire sidekick, alors qu’il était ce qu’il y a de plus important de la série.

Une erreur que je ne commettrai pas avec la troisième saison.

http://www.nbc.com/the-blacklist

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s