SPARTACUS, WAR OF THE DAMNED

Quatrième (en comptant la saison 0) et dernière saison des tribulations de Spartacus et ses gladiateurs contre la toute puissance de Rome, War of the Damned vient sagement mettre un terme à une épopée barbare qui aurait certainement souffert à se poursuivre plus longtemps, surtout après la mort, bien réelle de son acteur principal, ainsi que d’une partie de ses protagonistes les plus charismatiques (on pense bien évidemment au Spartacus original joué par le regretté Andy Whitfield, mais également au couple romain Lucretia et Batiatus incarné par Lucy Lawless et John Hannah, ainsi qu’à quelques gladiateurs dont on ne fera pas la liste ici).

On retrouve donc Spartacus (incarné par Liam McIntyre) et ses hommes, marchant sur les Alpes pour retrouver leur liberté une bonne fois pour toute, tandis que l’armée du riche Crassus les défient à Rome. Partagé entre la volonté de faire tomber un empire et la simple envie de fuir, Spartacus doit en plus faire face à des dissensions dans ses propres rangs, de nouveaux alliés difficilement tenables s’étant joints à eux et ses généraux remettant en doutes ses décisions.

La dualité avec son frère d’armes et ancien rival, Crixus (Manu Bennett, bien plus convainquant que dans Arrow) est d’ailleurs l’un des grands ressors scénaristiques de la série, culminant dans des joutes verbales et physiques d’une puissance rare.

Ayant vu cette dernière saison il y a déjà quelques mois, je ne vais pas trop revenir sur l’histoire, la conclusion de ces deux années de fuite en avant étant, comme chacun le sait, ô combien dramatique; ce que le combat final ne manquera pas de souligner, en rajoutant dans les épilogues cruels ou simplement tristes.

D’un point de vue subjectif, j’ai apprécié le fait que les effets spéciaux (la majorité de la série étant tournée en studios) semblaient plus discrets et moins maniérés que par le passé. C’est peur-être dû également à une certaine habitude de l’ambiance visuelle de Spartacus, mais en tout cas, l’ensemble me semblait plus cohérent et moins kitsch, visuellement parlant.

Pour ce qui est de l’interprétation de Liam McIntyre, si dans un premier temps, j’ai eu beaucoup de mal avec son remplacement de l’acteur principal incarné par Andy Whitfield (à qui il ne ressemblait pas du tout!), je dois bien avouer que l’implication et l’engagement de McIntyre dans son rôle ont terminé de me convaincre avec cette dernière saison, principalement dans l’ultime épisode où il donne tout, devenant véritablement le seul et unique Spartacus. Ce n’était pas gagné et il y est pourtant arrivé. Une grande performance.

Comme je l’avais dit lors des chroniques des précédentes saisons, je ne pensais pas me lancer dans le visionnage d’une série comme Spartacus et, au final, je suis content de l’avoir fait. Il est peu probable que je la regarde à nouveau dans un futur proche (il y a tellement de séries à voir!) mais je la recommande vivement à toute personne intéressée de près ou de loin par le sujet. Sans compter qu’il se dégage un véritable souffle épique de cette saga et que ce ne sont pas les performances d’acteurs et d’actrices qui manquent.

https://www.starz.com/series/spartacus/episodes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s