JACNO

Le musicien Denis Quillard dit Jacno, le 16 juin 2006 dans l'émission «Campus», sur France 2

Jacno est mort en 2009. Il avait 52 ans et toute sa classe.  Peu de gens savent qui était cet homme à la beauté fulgurante et à la clope constamment vissée aux lèvres. On se rappelle l’avoir vu en invité chez Ardisson à l’époque, mais comme c’est souvent le cas, personne ou presque n’a vraiment pris le temps d’aller écouter sa musique après l’avoir écouté parlé. Ni même avant si on y réfléchit bien, la France n’en ayant jamais vraiment eu grand chose à faire de ses pop stars, préférant verser dans la variété  française ou internationale.

Pionier du punk français avec la sublime Elli Medeiros,  il fonde en sa compagnie les Stinky Toys en 1976, écumant les salles de concert en proposant une véritable alternative au son anglais. Sa compagne, quand à elle, se fera piquer l’idée de l’épingle à nourrice dans les habits par Vivienne Westwood de la boutique Sex lors d’un voyage à Londres.

Mais c’est avec son album solo, « Rectangle » qu’il rentre dans l’histoire du rock français pour de bon, cette œuvre  influençant toute une génération de musiciens électroniques de par son originalité folle pour l’époque, le titre se faisant même reprendre pour une publicité de boisson chocolatée.

On le retrouvera vite en compagnie de l’amour de sa vie sous le nom Elli & Jacno, inaugurant la mode des duos homme-femme qui allaient pulluler dans les années 80 (Rita Mitsouko, Chagrin D’Amour, Mikado, Luna Parker, Blues Trottoir, etc.). Le duo s’arrêtera en même temps que leur histoire d’amour (laissant quelques singles éternels comme  »Main dans la Main »,  »Je T’aime Tant » ou encore  »Le Téléphone » ), Jacno reprenant sa carrière solo dès 85.

Producteur émérite pour Daniel Darc ( »Sous Influence Divine » en 1987), Lio (son album éponyme de 1980), Jacques Higelin ( »Tombé du Ciel » en 1988), Etienne Daho ( »Mythomane » en 1981),  ou encore Pauline Laffont et Mathématiques Modernes, il aura participé à quelques-uns des plus mythiques albums des années 80.

Compositeur pour Les Valentins ( »J’ai triste »), Paul Personne ( »Le Bourdon »), Jacno continue à sortir des albums d’esthète,  se payant quelques duos fameux comme un avec Romane Bohringer ( »D’une Rive à l’Autre » en 1994), un autre avec Helena Noguerra ( »Désamour » en 2002), ainsi que Mareva Galanter en 2006.

Compositeur pour une poignée de films, il apparaîtra  dans des petits rôles dans L’Auberge Espagnole, Variété Française, Les Lionceaux ou encore Code 68.

Ayant succombé à son addiction de clopes (son nom de scène étant un emprunt au créateur du logo des paquets de Gauloises), Jacno  laissera l’image d’un artiste rare et élégant proche en bien des points d’un autre dandy du rock nommé David Bowie.

Trois ans après sa mort, la scène française qui compte lui offre un magnifique hommage avec le tribute album  »Jacno Future ». Sous une pochette dessinée par son grand ami Jean-Charles de Castelbajac, c’est Christophe, Katherine, Thomas Dutronc, Dominique A, Brigitte Fontaine, Miossec, Benjamin Biollay, Jacque Higelin et quelques autres qui reprennent ses meilleures compositions. Grand moment de ce disque, la reprise grandiose par Etienne Daho et Calypso Valois (sa fille avec Eli) du titre  »Amoureux Solitaires », produit par Jacno pour Lio.

 

http://www.allypitypang.com/index.php/2011/06/21/jacno-future/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s