NIGHT OF THE GHOULS DE ED WOOD

Ecrit, réalisé et produit par Ed Wood en 1958, Revenge Of The Dead (titre original et suite plus ou moins officielle de Bride Of The Monster) est totalement représentatif de son cinéma foutraque et bordélique. L’histoire nous est vendue comme quelque chose d’extraordinaire, des événements improbables vont se produire très vite et on ne va rien y comprendre une fois de plus.

D’entrée de jeu, on retrouve la formidable narration de The Amazing Criswell (déjà présent en 1956 dans Plan 9 From Outher Space), cet improbable voyant assurant la voix off après être sortit d’un cercueil à la manière d’un Bela Lugosi, ce dernier décédé depuis deux ans.

Pour ce qui est de l’histoire, il est question d’une maison hantée sur laquelle la police enquête et qui sert de lieu de travail à un bonimenteur (le Dr. Acula…) qui prétend pouvoir entrer en contact avec les morts. Tandis que l’histoire nous balade entre les activités lucratives douteuses de ce personnage et l’enquête piétinante de la police, une femme démoniaque (The Black Ghost) semble hanter la forêt environnante, accumulant les victimes les unes après les autres.

Un peu mieux construit que Plan 9 From Outher Space, Revenge Of The Dead, malgré quelques coupes visibles, réussit assez bien à raconter son histoire, aidé en cela par la voix off de The Amazing Criswell, ainsi que par les apparitions fantomatiques de la superbe Jeannie Stevens et de la non moins splendide Valda Hansen (The White Ghost), toutes deux étant les seules véritables raisons de se taper le reste de la narration qui ne fait que brasser de l’air.

Suite de Bride Of The Monster oblige, on retrouve, entre autres acteur, le volumineux Tor Johnson, une fois de plus sous-utilisé (et semblant éternellement en souffrance) mais nettement mieux maquillé pour le coup!

Mais le plus fascinant avec Revenge Of The Dead, ce qu’il s’agit probablement de la première pierre qui servit à construire l’édifice du revival Ed Wood. Je m’explique.

Totalement ruiné par l’échec commercial de Plan 9 From Outher Space, Ed Wood ne put jamais pu se payer le développement physique de Revenge Of The Dead, le film étant resté inédit durant deux décennies (malgré une première cinéma en 59). Ayant utilisé passablement d’images diverses de différents projets (dont des spots pour la prévention routière), Ed Wood souhaitait changer le titre du film, en retirer The Amazing Criswell et le remplacer par Bela Lugosi (mort depuis des années), ce dont il n’eu jamais l’occasion, le studio de développement gardant l’original du film dans l’attente de son paiement qui ne vint jamais.

C’est l’archiviste Wade Williams qui retrouva la copie dans les années 80 et paya son développement, le film sortant en vhs en 1984 sous le titre de Night Of The Ghouls, cinq ans après la mort de son réalisateur.

C’est un peu triste comme dénouement, surtout quand on sait que Ed Wood est mort dans la misère, mais au final, sans la sortie de ce film  »perdu » devenu mythique, il y a fort à parier que jamais Ed Wood n’aurait bénéficié d’un tel regain d’intérêt, sa filmographie intégrale devenant un sujet de discussion et de fascination sans égale.

C’est aussi cette ignoble et insultante affiche qui déclencha la légende du  »worst director ever », laissant peu de doute sur les intentions mercantiles de Williams.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s