SHOWCASE PRESENTS (PARTIE 4)

Cover for Showcase Presents Strange Adventures (DC, 2008 series) #2

Suite et fin de cette présentation de la collection Showcase Presents avec cette quatrième partie. Dans ma présentation, j’en parlais comme d’une série en sommeil et dont l’arrêt ne semblait pas avoir tété décidé. Après avoir parcouru quelques sites et forums internet ces derniers jours, je me dois de remettre en perspective mon espoir que cette collection se poursuive. En effet, même si DC Comics n’a pas officiellement annoncé l’arrêt de Showcase Presents (ce qu’elle fait rarement pour ses séries), elle semble marcher sur les pas de sa rivale Marvel, ayant également liquidé à bas prix l’ensemble de son stock et commencé à republier (dans des volumes hors de prix) certains vieux titres en couleurs. Ce geste ne laisse plus vraiment de doute sur sa volonté de ne republier que les sempiternelles mêmes histoires, laissant volontairement une partie de son catalogue (les années 50 et une partie des années 70 à 80) inédite pour encore très longtemps. Le monde de l’édition américaine est ainsi fait.

Strange Adventures, volumes 1 et 2

Reprenant les années 55 à 58, ces deux volumes sont l’équivalent papier de The Twilight Zone et The Outer Limits, ayant même très probablement influencé la création de ces deux séries télévisées mythiques quelques années plus tard! Entre invasions extra-terrestres et machines infernales, Strange Adventures laissa plus tard la place à de nouveaux héros tels que Deadman, Adam Strange ou encore animal Man, s’arrêtant en 1973. Même en enlevant ces séries collectées ailleurs et les quelques rééditions en fin de série, il manque encore quelques volumes pour apprécier l’entièreté de cette folle expérience créative.

Super Friends, volume 1

Adaptation du cartoon Hanna-Barbera (et donc produit pour les plus petits, ce volume unique et donc incomplet (la série comptant 47 épisodes de 1976 à 1981) ne vaut que pour son côté nostalgique, son contenu ne dépassant pas les aventures de Scooby-Doo.

Cover for Showcase Presents: Supergirl (DC, 2007 series) #1

Supergirl, volumes 1 et 2

Compilation d’apparitions et de back-up stories parues entre 1958 et 1965 dans les autres titres de son illustre cousin, ces deux volumes sont un bel exemple de la misogynie de l’époque (le volume sur Batgirl était pas mal non plus dans le genre), Kara devant attendre 1972 pour avoir son propre titre! Malgré tout, ces volumes possèdent un certain charme qui dépasse de loin celui de Superman, totalement figé dans son précieux rôle de pompe à dollars pour DC.

Superman, volumes 1 à 4

L’histoire ne semble retenir qu’un dessinateur de Superman dans le Silver Age: Curt Swan (dont le style passe-partout était le modèle à suivre pour travailler chez DC), un honnête tâcheron  qui passa plus de la moitié de sa vie sur le titre. Mais c’est bien le formidable Al Plastino qui rend Superman encore lisibles 50 ans plus tard. Grâce lui soit rendue. Couvrant la période 58 à 64 (Action comics et Superman), ces quatre tomes sont loin de faire le lien avec le revival de l’homme d’acier dans les années 80.

Superman Family, volumes 1 à 4

Proposant les aventures de Lois Lane et de Jimmy Olsen (dans leurs propres titres en plus) entre 1954 à 1961, ces compléments à Superman sont avant tout à réserver aux complétistes, rien de bien fascinant ne s’y passant, si ce n’est les transformations absurdes et à répétition du jeune ami photographe de Superman.

Cover for Showcase Presents: Tales of the Unexpected (DC, 2012 series) #1

Tales Of The Unexpected, volume 1

Du même tonneau que Strange Adventures, cette fabuleuse anthologie de science-fiction malade aurait bien mérité quelques volumes supplémentaires, un seul volume reprenant les années 56 à 57 alors que le titre s’est arrêté dix ans plus tard.

Teen Titans, volumes 1 et 2

Cette série générationnelle de DC nous est proposée au travers de deux volumes couvrant la période 1964 à 1971 (en occultant les années 70, s’arrêtant en 78 avant son come-back triomphant des années 80) de la jeune équipe menée par Robin. Il aurait suffit d’un seul volume pour avoir l’intégrale… dommage.

The Unknown Soldier, volumes 1 et 2

Introduit en 1970 dans le titre Star-Spangled War Stories, le Soldat Inconnu fut tellement populaire qu’il fit changer le titre à son nom, et ce jusqu’à la fin de ses aventures en 1982 (le deuxième volume s’arrêtant en 1978). Personnage énigmatique  crée en 1966 par Kanigher et Kubert (qui d’autres?!), son identité n’a jamais été révélée depuis.

Cover for Showcase Presents The Unknown Soldier (DC, 2006 series) #1

Warlord, volume 1

Création de Mike Grell, Travis Morgan est un vétéran du Vietnam et pilote de chasse qui se retrouve au centre de la Terre dans un monde de dark fantasy nommé Skartaris. Lutant pour sa survie, il finira par devenir le libérateur de tout un peuple. Série grandiose pour l’époque, malgré ses emprunts au Pellucidar de Edgar Rice Burroughs, Warlord fut publié entre 1975 et 1988, faisant de ce volume unique (et s’arrêtant en 1979) un achat pour le moins frustrant.

The War That Time Forgot, volume 1

Combinant ses fameux récits de guerre avec des dinosaures tout droit sortis du Monde Perdu de Sir Arthur Conan Doyle, The War That Time Forgot est une délicieuse aberration des sixties. Reprenant les épisodes parus dans Star Spangled War Stories entre 1960 et 1966 mais oubliant les neuf derniers épisodes courant jusqu’en 1969, cette presque intégrale se dévore littéralement, le mélange des genres fonctionnant à fond.

Weird War Tales, volume 1

Même principe  que The War That Time Forgot, sauf que cette fois, on remplace les dinosaures par des revenants (d’ailleurs, c’est la mort qui fait ici office d’hôte à chaque numéro). Des douze ans qu’aura duré cette étrange série, nous n’avons droit ici qu’aux quatre premières (1971-1974), la série étant passée de bimestrielle à mensuelle, accueillant sur le tard The Creature Commandos, mais c’est une autre histoire.

Cover for Showcase Presents: The Witching Hour (DC, 2011 series) #1

The Witching Hour, volume 1

C’est du très lourd qu’il nous est donné de redécouvrir avec ce titre monumental connu chez nous sous le titre inquiétant de: Il est Minuit… l’Heure des Sorcières. Compilant les années 69 à 72, ce volume fascinant et orphelin fait hautement regretter les six années manquantes, Marv Wolfman et un armada de dessinateurs ayant littéralement terrorisé toute une génération de lecteurs. Totalement culte.

Wonder Woman, volumes 1 à 4

Comment dire? Dans le genre misogynie, racisme et débilité profonde, on atteint ici des sommets! Publiés entre 1958 et 1968, ces épisodes sont un concentré d’absurdités presque fascinants s’il n’étaient pas aussi répétitifs. Même Robert Kanigher et Ross Andru (arrivés en cours de route) n’arrivent pas à sauver cette série coincée au début des années 50, obligeant DC à effectuer un virage à 360 degrés, hélas provisoire, le titre ne devenant lisible qu’avec le sauvetage de George Perez en 1987.

World’s Finest Comics, volumes 1 à 4

Voila comment aurait du s’appeler le dernier film de Zack Snyder, plutôt que ce titre mensonger à rallonge. Officialisant les team-ups entre Batman et Superman, cette série historique (les quatre volumes couvrant 1952 à 1971) les mettant enfin ensemble dans la même histoire après treize années de cohabitation. Et le résultat est totalement ridicule! Incapable de rendre cette association un tant soit peu légitime, World’s Finest Comics s’achèvera en 1986, demeurant l’une des séries les plus calamiteuses sur la longueur (quatre décennies tout de même) de l’éditeur.

Cover for Showcase Presents: Young Love (DC, 2012 series) #1

Young Love, volume 1

On termine avec un titre plus important qu’il n’en à l’air. Racheté à Crestwood/Prize par DC Comics, cette série à l’eau de rose (un genre hyper populaire après la seconde guerre mondiale) a vu défiler pas mal de dessinateurs devenus légendaires depuis, de Jack Kirby en passant par Gene Colan, Don Heck ou encore John Romita. Bref, de quoi faire passer ces histoires d’une nunucherie sans nom où des goujats et autres idiots du village rivalisent avec des oies blanches et quelques garces de compétition.

J’en ai donc terminé avec cette fabuleuse collection qui, comme je le disais au début de cette dernière partie, semble avoir été totalement abandonnée par DC Comics, l’éditeur n’ayant même pas officialisé son arrêt. Encore plus que l’arrêt de la collection Essential de Marvel, c’est une véritable perte pour DC, son vénérable catalogue étant bien loin d’avoir été réédité (comme le démontre les trous dans la collection Showcase).

Rendre accessible des décennies de publication à ce prix et à cette vitesse ne se reproduira probablement plus. En moins d’une décennie, DC a réussi à ressusciter la quasi-intégralité de ses plus grandes séries. Il ne lui aurait pas fallu plus d’une autre décennie pour arriver à proposer un panorama exhaustif de ces dernières.

Quand aurons-nous l’intégrale de The Witching Hour, de Jonah Hex, de Sgt. Rock ou encore de Warlord? Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour lire les Batman des années 80 ou les Superman des années 70? Et surtout, qui acceptera de les acheter en couleurs à un prix prohibitif?!

Toutes ces questions, DC (tout comme Marvel) ne se les pose pas, préférant lancer de nouvelles collections (qui n’ont de nouvelles que le titre et le prix) rééditant sans fin les sempiternelles mêmes histoires que tout le monde a acheté il y a dix ou vingt ans en espérant compléter un jour sa collection. Au final, une démarche qui rappelle fortement le comportement mercantile de certaines maisons de disques et éditeurs de films.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s