TU TE SOUVIENS DE BLOEM DE LIGNY?!

C’est en 1998 que je tombais sur une chronique de  »Zinc » dans un défunt magazine de rock alternatif. Le journaliste semblait fasciné par cette jeune chanteuse hollandaise, tout en ne réussissant pas totalement à cacher le petit malaise (mélangé de fascination) que lui inspirait la troublante ressemblance de l’artiste avec Björk, cela tant physiquement que vocalement.

Intrigué à mon tour, je me précipitais en courant chez mon disquaire (Oui, on faisait ça à l’époque, on prenait même le train pour aller acheter un single à perpète). Une fois rentré, le cd ne quitta pas ma platine durant des mois. L’influence de Björk sur l’ensemble était évidente, limite malsaine (les photos du livret sont fascinantes de mimétisme, jusqu’à son tatoo quasi similaire sur l’épaule). Pourtant, malgré une voix qui, quand elle part dans les aigus et les graves, fait immédiatement penser à celle de sa grande sœur islandaise, ce n’était pas un disque de Björk. Influencé par Robert Wyatt, Bloem de Ligny a fait de  »Zinc » un album en tout points surréaliste et dont le single  »Fingiecrookie » ne donne qu’un faible aperçu de ses trésors cachés:

Nocturne, hanté et rempli d’une mélancolie rarement vue ailleurs que chez les anglais de The Cranes,  »Zinc », malgré sa belle singularité (que Columbia a très probablement gommé dans sa communication, préférant vendre un ersatz de Björk à la place), ne réussit pas à devenir un succès et la jeune femme retomba dans un relatif anonymat.

De mon côté, espérant toujours que  »Zinc » devienne un hit, je guettais des signes de sa présence dans les charts internationaux, dans la presse et sur les chaînes musicales, évidemment en vain. Faisant découvrir l’album à tout mes amis de l’époque, je réussis bien à en faire vendre quelques-uns, ma modeste contribution à un disque que je considérais comme aussi important que le  »Debut » de qui vous savez.

En 2002, s’amusant de son destin contrarié, elle fit une apparition sur un album de Mist appelé ironiquement  » We Should Have Been Stars ». Evidemment, je n’en entendis jamais parler.

Changeant plusieurs fois de noms de scène ( Bloem de Wylde, Serafina Ouistiti, Lady Oo entre autres) et intégrant différents groupes (Polichinelle en 2005), enchaînant les collaborations et créant même un collectif artistique nommé Dream Society, tout cela semblant bien plus proche de ses véritable aspirations, comme le montre brillament le titre  »Animal Spirit » datant de 2014 et que je viens de découvrir presque deux ans plus tard (une performance si je compare avec le reste de sa production!).

Tout comme son discret parcours musical, somme toute assez fascinant, il est relativement possible de réunir toutes les pièces du puzzle pour qui voudra s’en donner la peine, chaque découverte demeurant plus fascinante que la précédente.

Je ne peux que vous encourager à aller fouiller les recoins d’internet à la recherche de cette merveilleuse artiste. Et je me rends compte que j’essaie à nouveau de vendre sa musique à d’autres…

http://www.alwaysontherun.net/bloem.htm

http://3voor12.vpro.nl/artikelen/artikel/41852551

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s