TU TE SOUVIENS DE PROPAGANDA?!

Après avoir suscité un intérêt certain en 1984 avec la sortie de leur premier single  »Dr. Mabuse »(produit par Trevor Horn, producteur filou de Frankie Goes to Hollywood et leader des Bugles), les quatre allemands de Propaganda laissèrent une empreinte indélébile sur l’année 1985, bombardant les charts avec deux singles electro-pop foudroyants : »Duel » et, surtout,  »P. Machinery », dont le clip demeure aujourd’hui une borne des années 80.

C’est d’ailleurs à ce moment que je suis devenu fan de ce groupe, achetant ce fameux 45 tour de  »Duel » avec la belle Claudia Brücken criant sur la pochette, maquillée comme une Madonna punk! Quand on a douze ans, ce genre de photo impressionne. Mais pas autant que le clip de folie qui allait débouler trois mois plus tard et que je n’ai depuis jamais passé plus d’une année sans le revoir, tellement il m’a impressionné.

Un album ( »A Secret Wish ») sortit rapidement et se vendit comme des petits pains, le groupe devenant l’une des icônes de MTV (avec Art of Noise et quelques autres formations synthétiques) durant ces quelques mois de règne absolu, profitant du succès pour sortir un album de remixes dans la foulée, ce qui n’était pas encore si courant.

Une année plus tard, le groupe se rendit compte que son contrat était une arnaque sans nom qui ne leur rapporterait jamais d’argent tout en les liant à leur label pour toujours. Une bataille juridique commença et même si elle se termina rapidement (le groupe redevenant libre en 1987), le mal était fait, leur chanteuse Claudia Brücken étant déjà partie en solo.

Il fallut attendre 1990 pour que Propaganda (avec un line-up recomposé) revienne avec son second album. Les ventes furent plus qu’honorables mais ce n’était plus vraiment Propaganda et  »1234 » sonna comme le chant du cygne. Heureusement pour moi, ce retour ne fut pas porté à mon attention, préservant la magie de ces trois singles, n’ayant jamais acheté leur premier album.

Depuis, des tentatives de réunion ont été faites, le groupe original manquant à chaque fois de se reformer complètement pour des raisons aussi diverses que farfelues, allant d’une hospitalisation de dernière minute à un brusque changement d’humeur. Quelques titres inédits sortirent ici et là, créant à chaque fois un buzz sans suite. On retiendra la performance à Wembley Arena en 2004 de trois membres originaux (dont Claudia Brücken) jouant  »Dr. Mabuse » pour honorer la carrière de Trevor Horn.

Rattrapé par la hype des années 80,  »A Secret Wish » ressortit en grandes pompes en édition collector pour ses 25 ans en 2010. Etant disquaire à l’époque, vous pouvez imaginer ma joie quand ce double-album luxueux est arrivé dans mes mains, le passant aussitôt dans les enceintes pour le vendre aussitôt. J’ai bien dû le recommander cinq fois avant de finalement le ramener chez moi pour ne plus jamais le partager avec qui que ce soit, si ce n’est quelques amis triés sur le volet.

Des rumeurs de réunion apparurent à nouveau dans la presse spécialisée (désormais, nous avions Elegy et D-Side) mais rien de concret n’arriva, la seule à donner de ses nouvelles étant Claudia avec sa carrière solo et ses collaborations.

En mourant d’un cancer en 2013, Andreas Thein compromit à tout jamais la reformation du line-up original de Propaganda. Une triste nouvelle que je n’ai apprise qu’au moment de rédiger cet article. Pourquoi devons-nous survivre à nos héros?

http://www.claudiabrucken.co.uk/

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s