DAVID BOWIE  »BLACKSTAR »

Bien qu’involontaire, la chronique du dernier album de David Bowie à la suite de celle de Suede n’en est pas pour autant innocente, ces derniers ayant bien plus en commun avec lui que l’on ne pourrait le croire. En effet, sans les albums seventies de Bowie, Suede n’aurait probablement jamais existé, en tout cas pas sous ce nom et le line-up que l’on connait. Quand à Bowie (en pleine reconstruction durant les nineties), il n’aurait pas non plus été aussi révéré par le jeune public si Suede (suivis par Placebo, Nirvana et Nine Inch Nails) ne s’était ouvertement revendiqué de lui. La fulgurance d’albums comme  »1. Outside » ou encore  »Earthling » doit beaucoup à cette dynamique crée par les groupes influencés par Bowie et dont Suede en en le plus fidèle représentant. Il est donc bienvenu de pouvoir parler de leurs dernières œuvres musicales respectives et parues à deux semaines d’intervalle seulement.

Sortit début janvier,  »Blackstar », le vingt-sixième album de David Bowie tranche franchement avec  »The Next Day » (album du come-back tonitruant de 2013 bardé de hits comme à la grande époque). Enregistré à New York avec des musiciens de jazz,  »Blackstar » est un disque résolument anti-rock, préférant partir dans des ambiances expérimentales tout en gardant des schémas pop faits de variations sur couplets afin d’occulter les habituels refrains propres au conditionnement radiophonique.

Pourtant, à l’image des deux premiers singles ( »Blackstar » et  »Lazarus »), on demeure constamment en territoire Bowien, l’album s’avérant fort plaisant à écouter dans sa totalité. Alors oui, le single éponyme fait près dure dix minutes et peut s’avérer quelque peu creepy (rappelant parfois la période  »Low »), mais son mode liturgique et incantatoire fonctionne totalement. Quand à l’émouvant  »Lazarus », son côté sombre et prophétique (accentué par ce qui restera comme le riff de guitares de 2016) s’avère l’écrin ultime pour la voix de Bowie, cette dernière atteignant un niveau solennel rare.

Une fois de plus, ce grand artiste aura tout prémédité pour réussir son coup en beauté. Tout comme il l’avait fait en 1983 avec  »Let’s Dance » ou encore en 1995 avec  »1. Outside », rien ici n’a été laissé au hasard, faisant de  »Blackstar » un album impossible à occulter le jour de sa sortie et qui n’avait certainement pas besoin de ce petit coup de pouce promotionnel (dont on se serait bien passé) deux jours plus tard.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas trop envie de parler de la perte immense que représente l’absence physique de David Bowie sur Terre. Pour moi, il sera toujours là, dans ma discothèque, dans ma vidéothèque et dans les magazines de rock que je collectionne depuis un quart de siècle. J’ai  acheté mes premiers albums de lui dans les années 80 et ai eu la chance de le voir une fois en live lors du Outside tour en 95. Je ne serai d’ailleurs pas étonné que le futur voie la sortie des suites programmées de  »1.Outside », à savoir  »2. Contamination » et  »3. Afrikaan », hyper-cycles composés avec Brian Eno et abandonnés en cours de route. Ajoutez à ça les films qu’il a tournés et la tonne de documents (inédits ou juste obscures) disponibles sur internet ou ailleurs et vous verrez qu’il y a bien assez de matériel pour s’occuper jusqu’à notre propre départ.

Pour en revenir à  »Blackstar », j’aimerai bien que d’autres singles voient le jour, que la magnifique ballade  »Dollar Days » devienne un clip vidéo. Je ne serai même pas étonné que Bowie ai eu le temps de tourner un clip dans le plus grand secret, entre deux discussions avec Tony Visconti, son producteur historique. En attendant, je continuerai à écouter  »Blackstar » en m’efforçant de retrouver les sensations éprouvées durant ces deux petits jours précieux pendant lesquels David Bowie était encore sur Terre pendant que son disque résonnait dans mon salon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s