THE PREMATURE BURIAL

Autre film de Roger Corman adaptant Edgar Allan Poe (il y en a eu 8), The Premature Burial (plus connu chez nous sous le titre de Enterré Vivant), sortit en 1962, est une autre occasion d’admirer le jeu tout en nuances de Ray Milland, un acteur d’exception (oscarisé) qui n’a inexplicablement jamais atteint le statut légendaire d’autres acteurs du genre, tels Vincent Price ou Peter Cushing.

Se passant à l’ère Victorienne, l’histoire raconte l’obsession de Guy Carrell (Ray Milland), d’être enterré vivant par mégarde. Etant fortuné, il décide de prendre les devants en investissant dans un système de sécurité révolutionnaire pour l’époque, le dispositif de survie pouvant s’activer de l’intérieur de son cercueil une fois dans la crypte. Ses proches n’arrivant pas à le rassurer, il s’enfonce peu à peu dans une psychose inquiétante, convaincu que l’on en veut à sa vie et qu’il ne lui reste que peu de temps pour tout planifier. Semblant retrouver un peu de bon sens au contact des siens, Guy décide de détruire sa crypte à la dynamite pour exorciser sa peur; une décision qu’il ne va guère tarder à regretter, étant victime d’une attaque foudroyante. Mais l’histoire ne s’arrête pas là…

Utilisant à fond les ressorts dramatiques d’un sujet aussi simple qu’original, Roger Corman capitalise beaucoup sur la performance troublée et troublante de son acteur principal (Milland totalement habité par son rôle), ajoutant quelques scènes oniriques (dont un cauchemar ou Guy Carrell se retrouve fatalement piégé à l’intérieur de sa crypte) du plus bel effet et noyant ses décors extérieurs dans une brume fantomatique qui rappelle beaucoup The Hound of the Baskervilles de Terence Fisher sortit trois ans plus tôt.

Petite anecdote amusante, le directeur des dialogues du film n’est autre que le jeune Francis Ford Coppola.

Filmé glorieusement en Panavision (pellicule anamorphique similaire à celle utilisée par Quentin Tarantino pour  son récent The Hateful Eight), The Premature Burial est un film visuellement splendide et hautement flippant de par le traitement inédit du thème abordé, la peur de se réveiller six pieds sous terre bloqué dans son cercueil pouvant être partagée par tout un chacun.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s