SAVAGES  »ADORE LIFE »

Après un foudroyant premier album ( »Silence Yourself » cette tuerie post-punk qui ressuscitait le cadavre de Joy Division) qui avait bien ébranlé 2013 sur ses fondations, les quatre londoniennes de Savages nous reviennent avec leur très attendu second effort studio:  »Adore Life », confirmant pour la seconde fois qu’elles sont bel et bien ce qui est arrivé de mieux à l’Angleterre et au rock en général et ce depuis très longtemps.

Album du changement, de la transformation, de l’évolution,  »Adore Life » semblait plus lisse et passe-partout que  »Silence Yourself » à la première écoute, une impression qui se transforma fort rapidement en chimère après plusieurs heures en boucle, le groupe n’ayant rien perdu de sa formidable agressivité ni de sa juste vindicte, ayant simplement trouvé une nouvelle manière de faire passer son message. Certainement mieux produit et disposant d’un budget plus important pour sa réalisation, l’album se révèle assez vite comme un tourbillon d’émotions (au travers de thèmes abordés essentiels, tout le spectre des émotions humaines étant passé au crible), les dix titres s’avérant autant d’uppercuts à la face du monde, le tout magnifié par la voix froide et forte de Jehnny Beth, une femme avec laquelle on aura intérêt à baisser les yeux avant de s’en prendre une douloureuse (oui, la main baguée de la pochette est la sienne).

Surtout, on a pour la première fois la certitude que le groupe a écrit des titres emblématiques qui traverseront les âges comme les classiques qu’ils sont déjà. J’irai même plus loin en affirmant que rien qui ne soit sortit ces dernières années n’arrive à la cheville des compositions de ces demoiselles.

Du fiévreux  »The Answer » à  »Mechanics » en passant par le bouleversant  »Adore » ou encore le magnifique  »Surrender » (à croire qu’il n’y a que des singles en puissance sur  »Adore Life »), Savages écrit sa légende au fer rouge comme aucun groupe de filles ne l’avait fait auparavant, si ce n’est peut-être The Runaways, L7 ou encore Girlschool; et encore, même elles n’ont jamais eu un tel répertoire entre les mains.

Surtout, aucun groupe de garçons en 2016 n’arrive à surpasser l’invraisemblable puissance de feu des quatre anglaises. Héroïnes aussi inattendues que totalement dignes de régner au sommet, Savages est peut-être le groupe qui, à défaut de sauver le rock, nous sauvera de cette léthargie infâme dans laquelle il se complaît depuis trop longtemps.

Avec le Bowie, c’est déjà l’un de meilleurs albums de 2016. J’attend le nouveau Suede d’un jour à l’autre. Malgré les morts, le rock continue à nous garder en vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s