IAMX, LIVE A LA GRAVIERE, GENEVE

Le Metanoia Tour passant par Genève, nous nous devions de répondre présent une nouvelle fois afin de constater de la bonne santé de ce que Chris Corner appelait en 2004 son groupe provisoire. Onze ans plus tard, Sneaker Pimps étant bel et bien morts et enterrés (ce qui n’empêchera pas le visuel de  »Bloodsport » d’apparaître ce soir sur les écrans) et Corner étant enfin devenu la rock star flamboyante que personne n’osait espérer à l’époque, force est de constater que IamX n’a jamais été aussi populaire dans les milieux alternatifs.

Quelques jours à peine après cette bonne claque dans la face que fut le concert de la sublime Chelsea Wolfe, je retrouve deux de mes camarades de sortie ainsi que quelques autres afin de nous rendre en convoi exceptionnel aux limites de Genève et de la Suisse en direction de la Gravière, une salle dont je n’avais jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui.

Le temps de se parquer à proximité, je débouche une bouteille de Clairette pour fêter l’événement, puis nous nous rendons dans la queue devant la salle, nous faisant accueillir par des directives criées par un gars de la sécurité visiblement là pour des raisons autres que musicales. Une fois à l’intérieur, je découvre des lieux qui me font penser à un vieux dancing des années 60, la décoration et le poids des années donnant un charme désuet à l’ensemble, à commencer par le bar qui semble appartenir à un vieux décor de cinéma. Petit passage par la table du merchandising (pendant que l’éclairage se reflétant dans la boule disco de l’entrée me fait tourner la tête), oh… des badges!!!

Passant dans la salle de concert à proprement parler, nous sommes accueillis par la setlist du groupe (Skinny Puppy, Losers, etc.), la foule commençant à remplir les lieux assez vite. Scrutant la petite scène, je constate que niveau optimisation de l’espace, le staff du groupe a fait des miracles, les quatre écrans tenant en concave derrière les claviers de Janine Gezang et Sammi Doll, tandis que la batterie de Jon Siren trône au fond, presque à l’aise.

Enfin,les lumières s’éteignent et les écrans s’allument, le groupe déboulant sur scène pour entamer l’hymne  »I Come with Knives », l’intro étant chantée en allemand par les deux demoiselles. Monsieur X arrive assez vite pour entamer sa partie, le visage maquillé tel un masque vénitien sous sa capuche. La foule devient folle, le concert est lancé.

Ça ne retombe pas, bien au contraire, avec  »The Alternative », puis le single  »Happiness » nous achève déjà au troisième round, Chris Corner chantant comme un dieu, tandis que son groupe semble comme possédé depuis le début des hostilités.

Les morceaux s’enchaînent sans que le groupe ne cède à la facilité du best of live, balançant quelques titres obscures entre des versions totalement originales de  »Volatile Times » et  »Spite It Out », sans oublier le dernier single en date,  »Oh Cruel Darkness Embrace Me ».

Des pétales de roses commencent à tomber sur les écrans et l’intro de  »Bernadette » résonne à nos oreilles. C’est le moment que choisit Chris Corner pour arrêter la machine IamX, désirant faire quelque chose d’original pour marquer le coup. Hélas, après quelques tentatives infructueuses, le groupe devra se résigner à reprendre le cours de sa setlist. Comme dira Janine Gezang:  »Back to plan A! ».

Le concert se termine avec de formidables versions de  »After Every Party I Die » et  »Your Joy Is My Low », Corner se faisant porter à bout de bras par la salle sur toute sa longueur avant d’être rapatrié de la même façon jusqu’à la scène.

Le reste du groupe n’est pas en reste, Jon Siren tapant sur sa batterie comme un forcené, tandis que Sammi Doll et Janine Gezang redonnent leurs lettres de noblesse à la notion d’engagement musical au ceint d’un groupe. Assez admirable quand on sait qu’à l’exception des voix de Janine, aucun des trois n’a joué sur l’album. Là, ou d’autres se contenteraient de cachetonner en se la pétant, ces trois là suent sang et eau dans tous les sens en manquant de se disloquer sur scène chaque soir pendant une heure et demie comme si leur vie en dépendait. De la même trempe que leur leader au final et avec la classe absolue des plus grands performeurs.

Quittant la scène sous des torrents d’applaudissement, le public et votre serviteur étant totalement chaviré, le groupe revient nous achever avec le fondateur  »Kiss + Swallow » et le foudroyant  »I Am Terriffied » et son final dantesque.

La messe est dite, le triomphe de IamX est total et il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer le fait que ce soit déjà fini. On aurait pas craché sur une demi-heure de plus, mais la prestation était tellement furieuse que le groupe doit être éreinté. Je les imagines backstage, hilares mais trempes de sueur, ne pensant qu’à prendre une douche bien méritée.

Dehors, la neige nous accueille. Le froid aussi, ce qui est plutôt bienvenu avec le sauna que nous venons de quitter. On finit par descendre dans la petite cour devant la salle et sacrifions à nos petits rituels de fin de concert. Je tente à deux reprises, mais en vain, de retrouver une amie à moi, ayant discuté avec sa charmante copine, puis part retrouver mes camarades. Il est temps de rentrer. La neige continue de tomber. We are X.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s