DC COMICS PRESENTS: THE DC CHRONICLES

Cover for The Batman Chronicles (DC, 2005 series) #1

Défunte version souple et bon marché d’une autre collection prestigieuse de l’éditeur américain DC Comics (The Archive Editions, elle aussi arrêtée) rééditant les premières histoires de ses héros entre les années 40 et 60, The DC Chronicles représente l’un des plus tristes exemples d’intégrale avortée à des milliers de pages de son objectif initial.

Toujours en train de la compléter malgré son arrêt, j’ai décidé de lui rendre un hommage à sa mesure au travers de ce petit article.

Tout d’abord, parlons du design particulier de cette collection, en tout point parfaite. Sous une couverture blanche mate immaculée, se détache une typographie et un design en relief satiné du plus bel effet. Acquérir chacun de ces volumes est comme une quête sacrée, leur contenu étant riche en découvertes historiques. Ces épais volumes de près de 200 pages, imprimés sur un beau papier épais à l’ancienne, proposaient dans une exacte chronologie les premières aventures des héros de DC Comics avec les couvertures originales et un travail de re-colorisation fidèle à celles de l’époque.

Publié entre 2005 et 2012, The Batman Chronicles aura été la plus longue série de cette collection, atteignant douze volumes et collectant, Detective Comics 27 à  85, Batman 1 à 21, ainsi que ses apparitions dans d’autres comics de l’époque, l’ensemble couvrant la période  1939 à 1944. On y retrouve la création de Bill Finger et Bob Kane, avec l’assistance de Gardner Fox, Sheldon Moldoff, Jerry Robinson et quelques autres. Outre les toutes premières apparitions de personnages désormais légendaires (The Joker, Robin, Catwoman, Scarecrow, etc.), ces premières années étonnent par leur relative noirceur, certaines aventures flirtant de près avec le fantastique, le surnaturel et même l’horreur, une constante qui durera jusqu’aux années 50 avant que Batman ne tombe dans la parodie et l’humour potache, longue et douloureuse qui durera jusqu’à la fin des années 60 et l’arrivée d’un certain Neal Adams qui allaient dynamiter l’ensemble pour créer le mythe moderne de l’homme chauve-souris.

Cover for The Superman Chronicles (DC, 2006 series) #1

Dix volumes seulement pour Superman, publiés entre 2006 et 2012, proposant Action Comics 1 à 55, Superman 1 à 19, ainsi que ses apparitions dans d’autres titres, couvrant les années 1938 à 1942. Le héros de Jerry Siegel et Joe Shuster y appairait ici sous sa version définitive, cinq après après avoir été préalablement refusé par tous les éditeurs du marché. A la différence de Bob Kane qui était un dessinateur correct et original (ainsi qu’une crapule et un voleur, mais c’est une autre histoire…), Joe Shuster, tout co-créateur qu’il est, était un piètre dessinateur, ce qui provoqua la création d’un studio d’illustrateurs pour le remplacer de plus en plus souvent. On citera Wayne Boring, Jack Burnley, Paul Cassidy et quelques autres qui firent beaucoup pour donner de l’ampleur à l’homme de fer, faisant de lui, artistiquement parlant, l’égal de Batman, les deux héros n’allant pas tarder à se rencontrer par l’intermédiaire de World’s Finest Comics en 1941, dans un premier temps sur les couvertures, leurs aventures étant séparées, puis enfin, après des années de cohabitation, sous la forme de véritables team-ups.

Cover for The Wonder Woman Chronicles (DC, 2010 series) #1

A l’image du machisme gangrenant encore (mais de moins en moins grâce à de nombreuses scénaristes et artistes féminines) l’industrie des comics, Wonder Woman ne compte que 3 volumes, publiés entre 2010 et 2012, reprenant Sensation Comics 1 à  18, Wonder Woman 1 à 5 et Comic Cavalcade 1 à 2, soit la courte période de 1942 à 1943. On y retrouve la princesse amazone crée par William Moulton Marston, co-créateur du détecteur de mensonge et grand défenseur de la femme et ses vertus, ce qui est pour le moins paradoxal avec ses histoires mettant perpétuellement son héroïne en situations de bondage, attachée, ligotée, empêchée par tous les moyens possibles et imaginables à l’époque. Niveau graphisme, Harry G. Peter offre un style quelque peu grotesque mais non dénué de charme pour l’époque, ses splash pages étant iconiques à souhait.

Cover for The Green Lantern Chronicles (DC, 2009 series) #1

Un poil plus chanceux, Green Lantern bénéficia de quatre volumes, entre 2009 et 2012, rééditant ses aventures de Showcase 22 à 24 et Green Lantern 1 à 20, plus une apparition dans The Flash. A la différence de ses camarades, ce n’est pas ici le Green Lantern original du golden age (Alan Scott), mais son successeur (Hal Jordan) du silver age qui a les honneurs de cette réedition. Couvrant la période 1959 à 1963, ces comics formidables permettent d’apprécier les talents de scénariste de John Broome et, surtout, l’avènement de l’un des plus grands dessinateurs du genre, l’élégant Gil Kane, dont le run légendaire sur la série (plus de 70 épisodes) allait asseoir sa réputation jusqu’à la fin de sa vie, revenant régulièrement pour quelques pages, une histoire ou une couverture du héros de jade.

Cover for The Flash Chronicles (DC, 2009 series) #1

Même topo avec le dernier personnage de cette collection, The Flash, qui est non seulement la version du silver age (Barry Allen et non Jay Garrick) mais le représentant vivant de cette époque charnière pour les comics. Reprenant les épisodes parus dans Showcase 4, 8, 13 à 14, puis The Flash 105 à 124 (la série reprend la numérotation de celle arrêtée en 1949 au numéro 104), soit les années 1959 à 1961. Scénarisé par John Broome et Robert Kanigher et dessiné principalement par l’immense Carmine Infantino (jusqu’au numéro 174), The Flash demeure l’une des séries les plus divertissantes de son temps.

Commencé en 2009, cette collection s’arrêta en 2013, soit le dernier volume de la collection DC Chronicles, l’éditeur abandonnant l’idée d’aller plus loin pour privilégier (durant un temps) ses grosses anthologies de 600 pages en noir et blanc, les fameux Showcase Presents. DC Chronicles faillit bien accueillir un sixième titre avec Justice League of America volume 1 mais après l’avoir annoncé dans son catalogue (il y est toujours référencé d’ailleurs!), le trade paperback ne sortit jamais.

L’ironie de l’histoire, c’est qu’en 2016, DC Comics s’apprête enfin à sortir Justice League of America (ainsi que The Flash et Supergirl) sous le titre The Silve Age. Même nombre de pages, même prix. Pour la continuité, on repassera. Au lieu de continuer ses Chronicles, DC préfère lancer une nouvelle collection qui durera probablement encore moins longtemps…

A l’heure actuelle, la politique de réédition de DC Comics tourne dans le vide, l’éditeur ressortant pour la troisième ou quatrième fois (dans un nouveau format et un nouveau design) les sempiternelles mêmes histoires que tout collectionneur possède déjà d’une façon ou une autre, toutes époques confondues, laissant des trous béants dans son catalogue (les années 40 à aujourd’hui) et continuant de supposer que les lecteurs qui achètent des rééditions hors de prix de vieilleries sont également de vielles personnes fortunées. Désolé mais je ne suis ni vieux ni fortuné et je n’ai pas les moyens de payer au prix forts des comics qui devraient êtres vendus au tiers du prix auquel ils sont proposés. Surtout, j’en ai assez qu’on essaie de me vendre le même produit sous un nouvel emballage.

D’un autre côté , DC semble avoir repensé son idée d’abandonner ses Showcase Presents (voir article), annonçant deux titres pour 2016. Si seulement il pouvait en faire de même pour ses Chronicles et laisser tomber ses nouvelles éditions qui n’intéressent plus personne en 2015 et surtout pas les collectionneurs fidèles qu’ils ont laissé tomber au cours de ces dernières années.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s