THE BOOK OF ELI

Après la leçon de cinéma de George Miller qu’est Mad Max Fury Road, le moins que l’on puisse dire c’est que la vision de ce truc est plutôt gênante, pour ne pas dire plus.

Par où commencer?

Quand on veut faire du post-apocalyptique, il ne suffit pas de filmer le désert et des gens livrés à eux-mêmes dans un monde désolé (ça, les italiens l’ont assez fait à l’époque des premiers Mad Max).

D’abord, il faut trouver une bonne histoire (pas un bout de carotte accroché à un bâton avec au final une propagande de la Bible!!!) et des bons vilains (Gary Oldman est tellement sous-employé que ça en est criminel, reste l’impeccable Ray Stevenson en faire-valoir vite expédié).

Quand au héros (Denzel Washington comme d’habitude j’ai envie de dire), en faire un héros invincible qui semble protégé des balles et qui se bat comme le ninja ultime… Ouais…

On va faire bref, c’est un plagiat honteux de Farenheit 451 de Ray Bradbury. Voilà, si vous avez lu ce livre gigantesque, je vous ai spoilé le film, mais c’est pour votre bien. Bonne soirée. Ne regardez pas ce film. Jamais.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s