AZAZELBLUE’S EARTHWORMS , L’INTERVIEW EXCLUSIVE

 

Sensation de ce début d’année, le quatuor Lausannois semble recueillir tous les suffrages avec sa formule de rock sauvage teinté de blues. La rencontre avec ces vieux briscards s’imposait d’elle-même et c’est donc autour d’une bonne bière qu’elle a eu lieu.

Comment un nouveau groupe peut-il utiliser internet et les médias pour se faire connaître?

Stephen Garey: Faut surtout pas matraquer, il faut viser au bon endroit et continuellement. Si tu laisses ta page Myspace vide pendant six mois c’est fini. On va faire le tour de la Romandie et après on va s’attaquer à la Suisse alémanique, la France voisine et éventuellement l’Allemagne. On compte aussi sur Urgence Disk qui a des contrats de distribution à l’étranger.

Il m’a fallu une bonne semaine pour me rappeler et prononcer correctement le nom de votre groupe, ça vient d’où d’ailleurs?

Stephen Garey: Azazel est un démon de seconde classe qui vient de la Grèce antique. On le retrouve dans la culture juive et indirectement dans l’église chrétienne, à chaque fois décrit différemment. J’aime dire qu’il a été à la fois rejeté par Dieu et par le Diable.

Andy P: Et les worms c’est déjà vachement plus drôle parce que c’est que je représente avec les autres membres du groupe et nous sommes avec Stephen qui est notre Azazel.

Stephen Garey: pour ce qui est du nom complet, il y a d’autres groupes avec des noms imprononçables comme Kiss, Trust ou AC/DC (rires). Plus sérieusement, il y a bien Creedence Clearwater Revival, John Spencer Blues Explosion, Them Crooked Vultures, alors on est pas les seuls tu vois. On nous a tellement dit de changer de nom qu’on l’a gardé.

Vous avez tous un pedigree assez long mais vous n’êtes jamais restés très longtemps dans vos groupes respectifs.

Stephen Garey: C’est une évolution.

Azazelblue’s Earthworms c »est pas un peu le nom d’un groupe qui n’a rien à perdre?

Andy P: C’est plutôt le nom d’un groupe qui a tout à gagner, on y croit à fond et on va tout faire pour que ça marche.

L’album a une putain de production, il sonne puissamment sans saturer.

Stephen Garey: On l’a enregistré dans le local de Ärtonwall qui est insonorisé. Raphael Bovey et Alain Chanel ont fait un super boulot. On voulait absolument jouer en live et on a pu chacun enregistrer séparés. Comme je jouais de la guitare j’ai enregistré les voix après.

Andy P: On a enregistré en une semaine.

Stephen Garey: Plus quatre jours complets pour les voix. J’ai voulu prendre des one take. On a reprit des chansons des deux premiers jours à la fin car on étaient chauds.

Les chansons sont arrivées au moment de l’enregistrement ou vous les aviez avant?

Stephen Garey: On les avaient déjà avant.

Andy P: Il y en a une qu’on a presque complètement changée, c’est  »Second Class Demons » qui commençait à la guitare.

Stephen Garey: Il y a eu deux trois changements en effet. Pour ce qui est de la prod, qui est assez heavy, le premier mix l’était encore plus mais c’était trop et Raphael, qui est aussi le batteur de Krueger, avec son oreille, a décidé avec nous qu’il fallait revenir à un son moins heavy.

Il faut que nous parlions de cette incroyable reprise de Bauhaus,  »Bela Lugosi’s Dead », qui réussit à être lourde sans être pesante.

Andy P: C’est déjà pas la même version. J’ai écouté l’original il y a deux semaines en arrière et je me suis dit: c’est quoi cette… enfin j’ai pas du tout aimé.

Stephen Garey: (rire) Il a jamais été cold wave, moi j’aime bien, j’ai eu ma petite période cold wave.

Andy P: Je dois avouer que j’avais jamais vraiment prêté attention à ce morceau.

Stephen Garey: J’adore la version que Peter Murphy de Bauhaus a faite avec Trent Reznor. D’ailleurs ce qu’il fait en solo en dehors de Bauhaus est juste magnifique. Ce qu’il a fait avec ses musiciens turcs est juste grandiose. Il a tellement bien vieillit.

Oui, c’est le David Bowie cold wave, ils ont un peu le même timbre de voix d’ailleurs.

Stephen Garey: Il a sa personnalité. Moi j’adore Killing Joke. Ils ont pas pu jouer à Paris avec les Young Gods à cause d’une table de mixage supplémentaire qui coutait trop cher. Mais ils ont quand même pu jouer ensemble au Hammersmith Odeon de Londres.

 »Absolute Dissent » de Killing Joke est juste mon album de 2010.

Stephen Garey: Il y a juste  »The Raven King », la chanson en hommage à Paul Raven que je trouve horrible. On dirait de la disco à deux balles. En ce qui concerne Jaz Coleman, il a quand même été nommé chevalier des arts et des lettres à Paris, principalement pour sa musique classique. Le jour de la remise de sa médaille, qui était aussi le jour de la sortie du nouvel album de Killing Joke, on a été en groupe avec lui et sa famille à la rue de Verneuil où vivait Serge Gainsbourg. Le groupe avait réservé une petite salle dans un bar lounge et on a écouté du Gainsbourg jusqu’à trois heures du mat. Voilà pour l’aparté.

Pour en revenir à cette reprise de Bauhaus, Andy, tu as donc découvert la chanson avec la partition?

Andy P: Alors déjà les partitions ça existe pas chez nous (rires), il n’y a pas de partition.

Stephen Garey: (rire) Si tu lui donnes une partition c’est comme si tu donnes un couteau à une poule! Et moi la même chose. On a des structures et on colle des accords dessus mais on va pas commencer avec des partitions, quelle horreur…

Parlons de la pochette. J’imagine que cette horrible statue en bois doit être Azazel…

Stephen Garey: Comment tu sais que c’est une statue en bois d’ailleurs?

Ça ressemble qu’à ça!

Andy P: Bien vu, bien vu. J’étais en vacances cet automne dans les Dolomites. On a fait un tour dans la Bavière locale, on y est resté une semaine, on dormait chez l’habitant et en haut d’une faitière se trouvait cet espèce de petit monstre, visiblement là pour repousser les mauvais esprits dans la maison. Je l’ai prit en photo et au moment de choisir la pochette de l’album j’ai proposé ça à Stephen.

Votre musique se trouve sur le documentaire  »Moto Vintage par Riond » de Sébastien Riond (Les films à la con). Quésako?

Stephen Garey: Un de ses voisins est mort et il a récupéré des films super 8 de courses de motos des années 60. Il a invité des tas de groupes comme Guess What, The Wild Guys et nous. Il a prit deux de nos titres, c’était sympa.

Vous avez aussi été sur une compilation du Festival Jazz de Montreux?

Stephen Garey: oui, on a joué au Montreux Jazz café en 2009.

Andy P: C’était un tremplin auquel on participait.

Stephen Garey: C’était super, on a fait un très bon concert. L’enregistrement nous a servit comme demo. On avait rien à l’époque.

Andy P: C’était un bon coup de pied au cul. Ça nous a permit de prendre tout ça plus sérieusement, d’êtres plus structurés et d’avancer enfin. On savait qu’on avait qu’une demi-heure, on voulait faire cinq chansons et ça nous a vraiment boosté.

Votre musique respire beaucoup, elle est compacte mais tout en étant jouissive.

Andy P: on jamme beaucoup entre nous et puis après on Azazelise tout ça. Nous ne sommes pas des partochiens, tout fonctionne au feeling. Maintenant qu’on se connait bien, on a encore plus de facilité à faire de la musique ensemble.

Je n’ai pas pu m’empêcher de relever cette définition de votre musique que vous qualifiez de wild underground rock.

Stephen Garey: Des fois je marque wild greassy blues aussi. Ce qui est marrant, c’est qu’à chaque fois qu’on a eu un article, on nous a comparé à un groupe totalement différent. On nous a comparé à Sludge, aux Doors, à Sixteen Horsepower, Motörhead…

Andy P: Toi à Alice In Chains, bien vu.

On retrouve chez vous le côté empoisonné de leur musique.

Stephen Garey: Leur premier album,  »Facelift » oui.

Ta vois me fait un peu penser à celle de Tom Waits en moins cassée.

Stephen Garey: Il a plus de voix, on dirait qu’il a avalé cinquante rochers. Lemi à côté on dirait un enfant de chœur. Mais j’adore Tom Waits, je l’ai vu chanter au Grand Rex à Paris en 2008. (arrivée du batteur Alex Morpho en fin d’interview, mais j’ai plus de question)

 

http://www.myspace.com/azazelblue

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s