MADEMOISELLE K, L’INTERVIEW EXCLUSIVE

 

Retour gagnant pour la rockeuse française qui, loin de s’être assagie, a décidé de baisser le volume de sa guitare pour mieux faire passer son message. La grande Katerine à des trucs à nous dire et il est temps de l’écouter. Ça tombe bien, on est exactement là pour ça.

En cinq ans d’activités tu as sortit trois albums et un live, tu viens d’avoir 30 ans, est-ce que tu tires déjà un bilan ou est-ce trop tôt?

Katerine: J’en tire tout le temps des bilans. Au moment où je te parle je me dit que j’ai aucun regret et que je suis très contente d’avoir fait tout ce que j’ai fait. J’ai été traversé par plein de choses, musique classique, pop, rock, et j’ai enfin pu mettre tout ça dans  »Jouer Dehors ». Pour  »Laurène Lhorizon » par exemple, je l’ai commencé au piano car c’était un guitare voix et tout s’est fait naturellement.

Ton premier album est très rentre dedans, genre me faites pas chier, je fais du rock, je suis une fille et je vous emmerde, mais le deuxième on sent déjà ce troisième album avec des titres plus calmes, comme une cassure, tout ça pour dire que tout semble couler de source dans ta discographie.

C’est sûr que j’aurais pas fait cet album si il n’y avait pas eu les deux autres. Je me suis dit qu’il y avait des choses que je n’avais pas encore fait et qu’il était temps de le faire. Il fallait reprendre le piano, j’en avait un peu marre de la guitare. On avait pas eu le temps sur le deuxième,  »Jamais La Paix ». Cette fois on l’a prit. Il fallait revenir à l’essentiel pour composer.

Tu t’es faite allumer dans Rock & Folk…

J’ai vu. Ça m’a énervée, si un jour je le croise lui… je suis pour les critiques mais là j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de choses gratuites et en plus il n’a pas bien cité la chanson qui est  »T’es Mort ? » et non pas  »Tu Meurs ». Pour moi c’est un peu le summum de la critique où un mec dit un truc et il est même pas foutu de citer juste. C’est ça qui m’a énervée.

Ce que j’ai compris dans sa chronique, c’est qu’il avait écouté une fois l’album et que ça l’avait fait chier parce qu’il était pas rentré dedans…

Pour le coup d’ailleurs ça je respecte plus.

C’est le paradoxe avec ce disque, même si on sent qu’il y a une maturité au niveau de la manière de faire passer des sentiments, le texte peut poser problème de par son côté adolescent, on ne peut pas rentrer dedans dès la première fois.

C’est marrant, parce que la fille de Télérama elle a vraiment aimé l’album alors qu’avant elle aimait pas ce que faisais. J’ai apprécié cette honnêteté et sa phrase qui parlait de post-ado pas fini. Moi je considère que je suis pas finie et, globalement, je le souhaite à personne, sinon t’es vieux et con. J’ai l’impression qu’il y a des gens qui sont nostalgiques de l’enfance et qui s’empêchent de grandir à tout prix en se trouvant un faux truc pour rester connectés. C’est dommage et plus simple que ça.

Comme tu as un peu baissé le son, les auditeurs t’entendent mieux, certains même pour la première fois. Comment as-tu vécu l’écriture des textes?

C’est marrant parce que je ne me suis pas dite que cette fois on allait tout mettre dans les textes, j’ai toujours travaillé de la même façon. Les mots sont portés différemment cette fois, les mélodies sont plus travaillées, l’intonation est plus appuyée qu’avant, tout est vraiment à sa place, rien ne se bouscule, chaque mot est mit en valeur et c’est peut-être ça qui fait la différence, même si jamais je ne me suis dit qu’il y aurait une primauté du texte sur la musique.

Il y a cette chanson,  »Que Toi » que je trouve invraisemblable, je ne sais pas d’où ça sort d’écrire des trucs pareils, genre ce serait criminel de ne pas sortir ça en single, elle est… démentielle. Elle sort d’où, elle est arrivée quand dans le processus d’écriture?

Elle est arrivée vers le milieu, dans les dernières. La dernière c’est  »Me Taire Te Plaire », tout doux, tout léger. J’écoute beaucoup les chansons après l’enregistrement. Pour  »Que Toi », ça faisait un moment que j’avais ce petit truc à la guitare qui tournoyait dans ma tête. Je l’ai beaucoup faite écouter à Antoine Gaillet en studio. Je me souviens que quand cette chanson est arrivée c’était bien intense. On a réussit à garder la magie de ce morceau en studio et puis le refrain est arrivé et on avait la chanson. C’est là que j’ai compris ce que je voulais dire car la chanson était encore plus torturée au départ, plus rock, mais la basse-batterie est venue changer tout ça et je trouve que c’est très beau. La chanson peut paraître simple au premier abord mais on est passés par tout un processus de groupe pour y arriver. Elle existe dans une autre version sur le vinyl.

Tu trouves que ton groupe est meilleur qu’auparavant?

Oui car on a fait des progrès dans les nuances que je ne pensais pas possibles. A un moment sur ces chansons, on se rendait compte que si on appuyait trop fort tout se cassait la gueule, donc on a du faire autrement pour que tout tienne ensemble et c’est là que je me suis rendu compte à quel point le groupe était doué.

Quel est le sentiment général autour du nouvel album?

Il y a quelques semaines, on a fait le tour de la France avec un bus pour faire écouter l’album, genre on s’arrêtait devant un bar et après on en discutait avec les gens. La plupart ne nous connaissaient pas et les autres étaient des fans. J’avais fait un petit questionnaire et les réponses sont surprenantes. Par exemple, les gens adorent ou détestent  »Laurène Lhorizon » pour les mêmes raisons, soit les violons et l’absence de guitare électrique.

Tu comptes jouer beaucoup de chansons de ce nouvel album en live?

Oui, on va le défendre. De plus, il se marie bien avec les deux premiers alors on va garder les meilleurs titres d’avant afin de pouvoir laisser de la place aux nouveaux sur scène.

Ça se passe bien avec tes musiciens?

Ça se passe super bien, ils sont très contents du résultat. On a tous été très sereins cette fois, peut-être aussi parce que je me suis ré-approprié mon domaine de compétence et eux le leur.

‘Jouer Dehors » C’est un peu le dernier disque adolescent quand on a trente ans, non?

(rire) Je sais pas. C’est pas une parenthèse en tout cas, c’est un nouveau tome et l’aboutissement d’un truc que je voulais faire depuis longtemps. J’ai envie de faire plein de choses différentes par la suite, comme de l’electro. Il me reste plein de terrains à explorer. Là j’ai mit le doigt sur quelque chose que je ne suis pas prête de lâcher pour l’instant: les cordes. J’ai très envie d’instrumentaux et de trucs plus filmiques.

Le clip de  »Jouer Dehors » filmé à l’envers avec son histoire de vampire urbain est juste incroyable.

Ça vient entièrement du réalisateur mais j’avais vraiment envie de ça, de raconter une histoire et de faire passer des sentiments. J’ai été très marquée par  »Karma Police » de Radiohead et je trouve que ça manque en ce moment ce genre de clips.

La pochette de l’album est-elle un hommage à Guillaume Tell?

C’est vrai qu’on est en Suisse, patrie de Guillaume Tell, mais ce que j’aime bien dans cette pochette, c’est qu’elle fait référence à beaucoup de choses, dont des textes de l’album qui font référence aux flèches et à la cible, même si la première référence est effectivement Guillaume Tell. Il y aussi le fait de s’assumer et de se montrer pour la première fois, vu que je tournais le dos sur le premier album. C’est vraiment j’assume mon truc. Je me suis assez lancé de flèches, là j’ai mon bouclier invisible devant moi, même si les mauvaises critiques me font toujours chier, j’ai plus de distance sur les choses.

 

http://www.myspace.com/01mademoisellek

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s