SOMA. « JEWEL AND THE ORCHESTRA »

 

Un groupe qui commence la première chanson (« Get Down ») de son premier album par un yeah et ensuite en met partout dans le refrain ne peut être complètement mauvais. Soma gagne déjà un bon point, malgré des références vraiment visibles, passant des Strokes à Phoenix et surtout Oasis (l’album est mixé par Dave Hardy, producteur de ces derniers et de Jet également), avec une témérité qui force le respect pour des petits français. Ce qui est aussi épatant, mis-à-part la puissance tubesque de certains titres comme « Funeral Party », c’est que le groupe a tourné pendant une décennie avant d’enregistrer ce premier album, enfin convaincu de son potentiel studio. Dommage que les influences prennent le pas sur un talent certain. Le suivant sera certainement génial.

www.myspace.com/somafrance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s