BRUCE SPINGSTEEN & THE E STREET BAND LIVE AU STADE DE SUISSE

Résultat de recherche d'images pour "bruce springsteen stade de suisse"
C’était le premier juillet dernier dans la capitale Suisse. Je n’avais pas encore reprit mes chroniques sur mes blogs mais j’étais déjà avec ma copine, cette dernière m’ayant convié à l’accompagner pour assister à la venue du Boss dans notre pays. Une occasion qu’on ne rate pas quand on aime le rock.
Tandis que nous montions les escaliers pour rejoindre l’intérieur du stade, quelle ne fut pas notre surprise d’être accueilli par un accordeon jouant un morceau typiquement Suisse. Le temps de rejoindre les 40000 spectateurs pour nous diriger vers la pelouse, le E Street Band avait déjà entonné les premières notes du classique de 1978, « Badlands » donnant le feu vert à un marathon de près de 30 chansons durant pas loin de trois heures.
Affichant une mine des grands jours, Bruce Springsteen a été impérial tout le long de sa performance, souriant, hilare parfois, proche de ses musiciens et de son public, le faisant chanter ou l’haranguant, filant un de ses médiators à un gamin ravi (qui se souviendra longtemps de la complicité d’un instant avec cette légende vivante) ou allant piquer les panneaux en cartons du public par dizaines avant d’aller les poser sur scène afin de les trier pour choisir les titres à venir et ainsi pouvoir les présenter sur les écrans géants à la foule en délire (il fallait entendre les cris quand le carton de « The River » est apparu!.
Passant quatre décennies de répertoire en pas loin de 160 minutes de show total (le E Street Band étant quand même un musée du rock à lui tout seul), le Boss a été à la hauteur de sa réputation, comme on a pu l’entendre sur « The Rising », « Dancing In The Dark », « Born To Run », « Hungry Heart » ou encore le magnifique « Because The Night » (écrit par bruce pour Patti Smith)sur lequel s’est particulièrement impliqué son formidable guitariste, le grandiose Nils Lofrgren, ce dernier tournant sur lui-même dans un final épique, tandis que Bruce, ce dernier s’étant mit en retrait de la scène volontairement, jouissait du spectacle avec nous.
C’est là aussi que l’on reconnait la grandeur des hommes, quand celui en position de force s’efface complètement afin de laisser briller l’autre. A ce délicat exercice, le Boss a été exemplaire, s’effaçant totalement devant son saxophoniste Clarence Clemons, ce dernier recevant une ovation digne d’un dieu du stade, le public n’ignorant rien de ses graves problèmes de santé et du caractère quasi miraculeux de sa présence sur scène. Même chose pour le guitariste Steven Van Zandt qui reçoit lui aussi son lot d’applaudissements nourris, autant pour sa participation active sur scène que pour son rôle récurent mythique dans la série The Sopranos.
Chantre de la classe ouvrière, ami des travailleurs et des petites gens dont il fait partie à sa manière, Springsteen n’a pas manqué de leur adresser quelques titres bien sentis et d’une résonnance particulière en ces temps de crise économique, à l’image du vieux standard « Hard Times Come Again No More » écrit il y a plus de 150 ans. Il n’en a pas néanmoins oublié de promouvoir son nouvel effort studion, « Working On A Dream », en jouant le titre éponyme ainsi que « Outlew Pete »
Le concert arrivant à sa fin, la fine équipe décide de reprendre le « Rockin All Over The World » de Status Quo, enflammant le stade de Suisse une ultime fois, laissant les 40000 spectateurs le souffle coupé et ivres de bonheur. Ce soir, une fois de plus, le Boss a nourri les coeurs et les âmes de ses disciples. Hallelujah.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s