JOY DIVISION

 

Manchester, mai 1976. C’est à un concert des Sex Pistols que Bernard Sumner, Peter Hook et Terry Mason décident de fonder Stiff Kittens. Rencontrant Ian Curtis au second gig des Pistols, ce dernier (assistant social et déjà marié) devient leur chanteur. Fin mai 1977 Sumner, Hook, Curtis et Tony Tabac (batteur vite remplacé par Steve Brotherdale), deviennent Warsaw en référence au « Warszawa » de David Bowie.

 

Apprenant l’existence du groupe Warsaw Pakt, le groupe réfléchit à une solution  pour éviter toute confusion. Avant le EP « An  Ideal for Living » qui sortira un an plus tard,  Warsaw enregistre une demo, qui regroupe cinq chansons punk qui resteront longtemps invisibles. Stephen Morris devient le batteur définitif. Le line-up ne changera plus.

 

Joy Division donne  son premier concert le 25 janvier 1978. Leur nom fait  référence  de manière littéraire aux bordels juifs crées durant la guerre par les nazis. Accusé de sympathies fascistes, le groupe joue en fait (déjà avec Warsaw) de cette image pour dénoncer l’oubli de ces horreurs. Après un concert en avril à quatre heures du matin, un certain Rob Gretton vient les féliciter puis dégomme Terry leur manager au culot pour le remplacer. Les sessions studios en mai ne donnent rien de bon. Seuls deux titres referont surface sur le coffret « Heart and Soul » deux décennies plus tard. En septembre Ian provoque Tony Wilson dans un pub pour passer dans son show. Ca fonctionne, Joy Division passe sur Granada TV. Ian surprend par sa gestuelle. Le mois suivant Factory Records voit le jour. Joy Division est la première signature, soutenue par Tony Wilson qui signera le contrat avec son propre sang ! A noter que la Factory est aussi un club, version anglaise de celui d’Andy Warhol. Martin Hannett devient le producteur de Joy Division, leur donnant ce son particulier qui les caractérisera bientôt sur album. Le groupe joue pour la première fois à Londres en décembre devant une misérable trentaine de personnes! Lors du retour en voiture, Ian connaît sa première crise d’épilepsie devant un groupe choqué. Il devra prendre des médicaments sans garantie et aux nombreux effets secondaires jusqu’à la fin de sa vie.

 

1979 commence avec l’enregistrement des légendaires Peel’s sessions pour la BBC Radio (rebelote en novembre). Puis en février Joy Division passe à la radio nationale.

Enregistrement de « Unknown Pleasures » en avril. « Transmission »,  absent de l’album, est réenregistré pour sortir en EP. Joy repasse sur Granada TV avec « She’s Lost Control » (inspiré d’une jeune femme épileptique, rencontrée au bureau de Ian, depuis décédée) et fait son plus grand concert à l’Electric Ballroom de Londres fin août devant 1200 personnes ! Debbie, la femme de Ian, tombe enceinte, ce dernier oubliant de le mentionner au groupe.

 

Début 80, Ian rencontre Annik Honoré, timide et envoutante journaliste belge qui lui fait perdre pieds. Epuisé par les concerts, son traitement et désormais père d’une petite fille, il fait une première tentative de suicide au rasoir. Le groupe marque une pause et commence l’enregistrement de son second album. Lors d’une première partie des Stranglers, Ian a une nouvelle crise sur scène et doit être évacué. En avril, menacé de divorce, il avale des barbituriques. Son remplacement le lendemain à un concert déclenche une émeute qui s’achève en bagarre générale. Les dates suivantes sont annulées. Avant une tournée US, Joy Division donne un dernier concert le 2 mai à Birmingham. Le 18, à la veille du départ, à cinq heures du matin, Ian se pend dans sa cuisine. Sa femme, éjectée la veille, le trouve en rentrant vers midi. En juin et juillet, « Love Will Tears Us Apart » et l’album « Closer » sont publiés. Ce dernier ne comporte pas la fameuse chanson écrite par Ian à propos de son mariage à la dérive.

 

1981 Sortie de l’album du Velvet Underground, « Sister Ray ».posthume « Still ». Ce disque est fait de titres rares et de prises live, dont la cover 

 

Après une année et demie de doute, Summer, Hook et Morris, rejoints par Gillian Gilbert, décident de continuer sous le nom de New Order. Mais ceci est une autre histoire.

 

En 2007, les trois albums officiels sont réedités avec des live additionnels. Le photographe Anton Corbijn, qui avait shooté le groupe bien avant de devenir le complice de Depeche Mode, sort son premier film. Tourné en noir et blanc, « Control » capte Ian Curtis au plus prêt, magnifié par l’interprétation impeccable de Sam Riley.

 

Groupe post-punk ayant synthétisé son malaise intime pour fonder à son corps défendant la cold wave et ses ramifications gothiques, Joy Division demeure aujourd’hui cette étoile filante qui aura rendu la pop music plus humaine de par son rapport à la normalité du quotidien, aussi glauque soit-il. Grace leur en soit rendue. 

 

 

 

http://www.myspace.com/joydivision

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s