disown « rest for the cockatoos »

 

 

 

C’est toujours quand on pense avoir touché le fond du spleen qu’un disque de cette envergure arrive sans prévenir et vous assassine de grande façon. Vic Chesnut, influence évidente de l’affaire, n’est pas loin, mais c’est encore autre chose, un ailleurs musical, un quelque part non communiqué. Les coupables de ce crime magnifique se nomment Disown, transfuges de Grace et Brazen, formations biens connues de nos services ; et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces huit pièces de musique étourdissent par leur maîtrise, entre folk crépusculaire et post-rock dépouillé de tout artifice. Votre serviteur n’en dort plus la nuit, songeant à recommencer la clope, tandis qu’un verre d’absinthe tournoie à l’intérieur de sa main vacillante.

 

 

 

 

 

 

 

www.myspace.com/disowndisown

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s