punish yourself live aux docks

Ce soir, c’est grand soir. Tous les goths et punks de la région se sont réunis en une seule et grande famille. Cheerleader 69 (side project du chanteur de Punish Yourself) a ouvert les hostilités un peu plus tôt, suivit des genevois de Bak XIII, et c’est maintenant aux punks fluos Toulousains de Punish Yourself d’enfoncer le clou. 

Enfin, après une attente interminable (la première fois que je les vois en live!) la scène est plongée dans l’obscurité, et des lampes à ultra violet disposées autour de la scène retiennent toute l’attention de la foule. il faudra pourtant attendre un instant pour les beaux effets lumineux.

le groupe arrive sous les hurlement d’un public en délire et complètement déchaînée. Le chanteur vx69, recouvert de rouge et de vert, vient se poster devant la foule, bien différent de l’image renvoyée en début de soirée lorsqu’il présentait son side-project, habillé au naturel. Là, il ressemble à un indien prêt au combat. A ses côtés, l’imposante MissZ, toute verte, guitare en bandoulière, renvoit l’image d’une femme elle aussi décidée à en découdre. Massive, sa lourde poitrine dressée, elle juge l’assistance en silence, prête à faire résonner sa guitare.

Le concert commence dans un déluge industriel insensé, puis, enfin, les cyberpunks fluos apparaissent sous un flot de beats et de lumière aveuglante, et la fosse se transforme instantanément en dancefloor surexcité. Le public semble être tombé dans une folie collective des plus spectaculaires, comme si Punish était le plus grand groupe de la galaxie ce soir, leur electro-indus (dont moultes extraits des albums « Sexplosive Locomotive » et « Gore Baby Gore! » seront joués ce soir) mêlant riffs énormes, refrains dantesques, samples, beats technoïdes et vocaux saturés. Le son, massif se révèle à la hauteur de l’expérience supra naturelle. 

Miss Z lève sa guitare dans tous les sens, la frotte contre les retours, joue des percussions sur une poignée de titres. Elle emprunte à la danseuse du groupe son boa en plume et son chapeau de cow-girl, ce dernier passant de membre en membre durant tout le concert. 

P.RLOX, deuxième guitariste posté sur la droite de la, rayonne d’un bleu ardent (ou est-ce vert, je ne sais plus…), acceptant une bière venue de la foule avant de poursuivre de plus belle dans l’exécution de ses parties.

le batteur, X.av, n’est pas en reste, frappant son instrument comme si sa vie en dépendait, tout en gardant une rythmique infernale tout le long du set. Un putain de batteur en rouge et jaune. 

Klodia, la seule danseuse de la soirée, maquillées des pieds à la tête à l’image du groupe, se démène comme une diablesse possédée, tantôt en pom pom girl de l’enfer puis aspergeant la scène (et le groupe, surtout Miss Z qui semble s’en délecter…) d’étincelles en jouant d’une meuleuse qu’elle frotte en rythme contre une plaque de metal sur son torse, rappelant à certains la dernière tournée des glammers de Mötley Crüe.

Le groupe termine le concert dans un chaos indescriptible, laissant son auditoire sur les genoux.

Quand à moi, je me mord les doigts d’avoir laissé passer  l’opportunité d’interviewer MissZ quelques heures plus tôt. mais bon, on ne fait pas toujours ce que l’on veut certains jours. En pénitence, je me suis acheté tous les albums de Punish Yourself. La prochaine fois, je serai prêt.

 

Publicités

Une réflexion sur “punish yourself live aux docks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s