nine inch nails live rock oz’arenes

 
Nous arrivons à temps pour assister à la performance de Devastation, un groupe américain pour le moins problématique à juger, tant sa performance en plein jour semble décalée et peu à sa place avant nin. Une ambiance de petite salle mal éclairée aurait été plus appropriée, surtout à l’écoute du dernier morceau, rempli d’un spleen électrique digne des meilleurs moments de Sonic Youth. A garder en tête pour le futur.
La nuit tombe enfin sur Avenches et la scène se met en place pour accueillir la formation indus, l’immense  écran de lumières ayant fait couler tant d’encre dans la presse (le festival ayant dû trouver un camion supplémentaire pour le fournir en énergie) trône au fond de la scène, prêt à s’illuminer de mille feux ce soir.
Enfin, Nine Inch Nails arrive. « Hyperpower! » retentit dans les arênes tandis que Trent Reznor apparait, le cheveux court et habillé en gris militaire. Le public lui fait une ovation.
Les titres de « Year Zero » s’égrennent les uns après les autres avec un certain bonheur, (mention spéciale à « The Beginning of The End »)même si on est loin de la furie de « The Fragile » ou même de la tournée pour l’album  « With Teeths ».
Des titres comme « THe Hand That Feed » ou « Only » passent plutôt bien, entre des classiques comme « March Of The Pigs » ou le fameux « Dead Souls » de Joy Division. Mais trop de nouveaux morceaux viennent casser l’ambiance et la dynamique du concert. « The Good Soldier » ou « The Great Destroyer » sont de très bons morceaux (le final chaotique de ce dernier étant un grand moment de ce concert), mais il manque définitivement quelque chose pour que le spectacle soit total, et c’est de la cohésion.
Problème, Nine Inch Nails est partit dans de si nombreuses directions ces dernières années qu’on ne s’y retrouve pas en live. De plus, la bande de zombies de la tournée 2.0 a fait place à un groupe de rockers assez propre sur lui, et Trent a vieillit, il ne hurle plus comme avant, ne fait plus peur comme avant.
Heureusement, des titres comme « Hurt » joué seul au piano, font taire jusqu’au plus dubitatif et la magie opère à nouveau.
« Head Like a Hole » fait toujours son petit effet en fin de concert et Nine Inch Nails sait y faire pour tenir une scène jusqu’au bout.
Le public réagit bien malgré un son pas assez fort depuis le début de la prestation et NIN repart sous une pluie d’applaudissements nourris, laissant ses fans les plus hardcores, dubitatifs mais néanmoins heureux d’avoir assisté à la soirée. Paradoxal.
Publicités

3 réflexions sur “nine inch nails live rock oz’arenes

  1. Salut! Merci à toi aussi 😉
    C’est vrai qu’IAMX est à Fribourg?!! Trop cool! j’espère que je pourrais y aller!
    Vive IAMX et co…
    A+ et bonne soirée
     
    Dark Gaëlle
     
     

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s